Tutoriel 2 : approche des offres de l’entreprise par rapport au slow tourisme

La deuxième étape va vous permettre de qualifier les éléments de votre offre qui peuvent dans la dimension du slow tourisme.


A quoi sert le tableau ?

Le tableau vous propose de formuler les éléments de votre offre qui peuvent participer facilement au slow tourisme, qualifié selon 4 regroupements de critères. Ces critères sont en-dessous du tableau.

Les éléments qui peuvent participer au slow tourisme, moyennant quelques améliorations, évolutions ou investissements, vous permettront d’écrire la feuille de route de votre entreprise afin d’améliorer peu à peu vos prestations slow touristiques et consolider ainsi votre positionnement (dans le tableau ils sont nommés « Éléments à améliorer ou à créer »).

On distinguera, comme pour le tutoriel 1, les composantes majeures de l’offre en lien avec l’activité première de votre entreprise qui correspondent à votre cœur de métier, des composantes complémentaires de l’offre qui viennent enrichir les prestations de base et qui souvent donnent sa singularité à votre entreprise. Attention cependant : dans le cadre de votre offre, vous pouvez considérer des composantes complémentaires comme majeures parce qu’elles jouent un rôle essentiel dans la qualité, la singularité, l’intérêt de votre offre…

Pour vous aider à remplir ce tableau

Vous pouvez consulter la présentation des fiches des quatre établissements engagés dans la démarche : établissement gites / chambres d’hôte ; établissement hôtelier ; restaurant-bar de village ; guide-accompagnateur de moyenne montagne, guide du patrimoine (liens hypertextes).

 


Télécharger : approche des offres de votre entreprise par rapport au slow tourisme

Télécharger : approche des offres de votre entreprise par rapport au slow tourisme, en cliquant sur le tableau


Place à l’expérience (1)

Des activités et des prestations à participation active de la part du visiteur ; des moments de partages et de rencontres (la participation du visiteur à la vie locale, la rencontre de l’habitant en tant qu’ambassadeur, témoin, conteur, guide bénévole…) ; la stimulation des 5 sens ; la pratique d’activités singulières qui différencie de la concurrence, la découverte de la nature, de la richesse des patrimoines du territoire, des savoir-faire, des traditions et des fêtes locales ; le vécu d’une expérience personnelle, originale, unique et intime pour le visiteur.

le goût => savourer les plaisirs de la table, gastronomie, œnologie, tout un art de vivre, goûter ;

la vue => contempler, observer, apprendre à regarder, à voir ;

l’ouïe => écouter, rêver, identifier, reconnaître ;

l’odorat => odeurs et parfums, sentir, rechercher les correspondances, reconnaître ;

le toucher => ressentir, prendre, affleurer, saisir, appréhender.

Prendre le temps (2)

Avoir du temps pour soi, des temps suspendus, des parenthèses, des respirations, des temps choisis. Porter attention à la gestion des temps personnels, permettre et favoriser les rythmes lents. Les temps de bien-être, de détente, de ressourcements, de méditation, de respiration… Exemples : la sieste, le farniente, la flânerie, les pauses avant, pendant et après l’activité, les prestations de bien-être, les pratiques d’activités « softs », les temps décalés…

Favoriser les mobilités douces et participer à la réduction des émissions de CO(3)

Porter attention aux déplacements (limités et le moins impactant possible pour l’environnement que ce soient les transports en transit ou que ce soient les transports sur place) : proposer des activités de découvertes en privilégiant les déplacements doux (balades pédestres, à vélo, à cheval…) ; organiser et encourager le co-voiturage ; mettre à disposition des visiteurs un véhicule (si possible électrique voire à hydrogène demain) ; assurer la réception des voyageurs aux gares d’arrivées (train ou car)…

Participer à la conservation des patrimoines du territoire, au maintien de la biodiversité, au respect des ressources disponibles… (4)

Privilégier l’usage et la valorisation des ressources locales, des producteurs locaux et des circuits courts ; sensibiliser au respect des milieux naturels, des patrimoines et de la biodiversité ; porter attention au chauffage, à la consommation de l’eau, aux produits consommables (économie verte, aliments bio, produits verts ou neutres pour l’environnement, pour la construction et l’entretien, bannir l’usage des produits polluants, ...) ;

Mis à jour le 05/10/2020

Partager