La Direction générale des entreprises (DGE)

Au service du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance la Direction générale des entreprises (DGE) conçoit et met en œuvre les politiques publiques concourant au développement des entreprises.

Son action est au cœur des chantiers du gouvernement pour la transformation économique du pays. Elle porte des missions à la fois sectorielles (politique industrielle, régulation du numérique et déploiement des infrastructures, politiques de soutien à l’artisanat, au commerce, aux services et au tourisme), transverses (simplification règlementaire, politique d’innovation) et relatives à la transformation numérique et écologique de l’économie.

Notre organisation

Les entreprises sont confrontées à des défis majeurs, dans un contexte d’intensification de la concurrence internationale.

Afin d’accompagner ces mutations, l’État doit renouveler en permanence ses modes d’action et savoir mobiliser de nouvelles compétences rapidement. C’est dans ce contexte que la Direction générale des entreprises (DGE) a adopté, en septembre 2019, une organisation innovante autour du mode projet, pour renforcer ses capacités d’action.

Un service central organisé en mode projet

Le mode projet a été généralisé au sein de la Direction.

Cette organisation distingue :

  • les missions structurelles (suivi sectoriel, suivi réglementaire, exercice des tutelles administratives, animation des services économiques de l’État en région, …)
  • des missions à impact conduites en mode projet (pilotage des plans stratégiques, structuration d’offres industrielles en lien avec les filières, conception de nouveaux instruments de politique publique, organisation de grands événements nationaux et internationaux, ...).

Au sein des services, chaque sous-direction porte un portefeuille de projets structurants dans son périmètre d’action, à travers des équipes-projets placées sous la responsabilité de directeurs de projets, une fonction mise en place dans le cadre de la réorganisation. Les agents sont accompagnés, par le biais de formations et de coachings internes, pour promouvoir les nouvelles méthodes de travail, qui mobilisent le potentiel des outils numériques, et développer la culture de l’impact. Les fonctions d’adjoint sont supprimées à tous les niveaux et la circulation des notes a été dématérialisée pour accélérer la prise de décision.

La transformation de la DGE traduit un changement profond de la culture de travail au sein de l’administration, qui vise à rendre la direction plus réactive, plus impactante et plus opérationnelle. A travers ces innovations managériales, la direction offre un environnement de travail stimulant et un niveau de responsabilité élevé à ses agents, dont la montée en compétence est accompagnée.

La DGE et ses services

La DGE comprend, outre un secrétariat général chargé d’assurer son fonctionnement :

  • Le service de l’industrie
  • Le service de l'économie numérique
  • Le service du tourisme, du commerce, de l'artisanat et des services
  • Le service de la compétitivité, de l'innovation et du développement des entreprises
  • Le service de l'information stratégique et de la sécurité économiques

Un réseau au plus près des besoins des entreprises

Pour accompagner la mise en œuvre de la politique gouvernementale au plus près du terrain, la DGE s’appuie sur un réseau de services déconcentrés au sein des Directions régionales de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (DREETS).

Les Services économiques de l’État en région (SeEr), placés sous l’autorité du Préfet de région et des DREETS et en lien étroit avec les services de la DGE, portent les missions relatives au développement économique qui se déclinent en  trois missions principales :

  • l’appui aux filières stratégiques de la Région ;
  • l’animation de la politique territoriale d’innovation et de la transformation numérique des entreprises ;
  • la prévention des difficultés et la restructuration des entreprises industrielles.

Les SEER contribuent également à la sécurité économique des entreprises concourant à la souveraineté de la Nation dans le cadre d’une démarche régionale coordonnée par un délégué à l’information stratégique et à la sécurité économiques (DISSE).

Au sein des pôles Consommation des DREETS, les agents chargés des politiques relatives à la métrologie légale, encadrent le contrôle des instruments de mesure réglementés, au bénéfice de la protection des consommateurs et de la loyauté des échanges commerciaux.

En savoir plus : https://dreets.gouv.fr/

La DGE s'engage pour la mixité et l'égalité professionnelle

La mixité et l’égalité professionnelle sont des enjeux importants pour la DGE. A ce titre, elle a été signataire le 9 mars 2020 du plan ministériel 2020-2022 relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.Elle a par ailleurs souhaité aller plus loin en s’engageant sur un certain nombre de mesures complémentaires et ambitieuses dont la plupart ont vocation à concerner tous les agents de la DGE et qui visent à améliorer en son sein la mixité et l’égalité femmes-hommes. Ce plan directionnel comprend des mesures très concrètes, telles que le remplacement des agents partant en congé maternité ou en congé parental ou la fixation d’objectifs directionnels de nominations équilibrées afin de garantir un accès paritaire des femmes et des hommes aux postes de management.

Le plan d’action de la DGE

L'égalité professionnelle à la DGE

Où sommes-nous situés ?

Les services centraux de la DGE sont répartis sur 4 sites :

  • GRAND BERCY :
    • 139, rue de Bercy, Paris 13
    • 61, Boulevard Vincent Auriol, Paris 13
    • 6, Rue Louise Weiss, Paris 13
  • IVRY : 67 Rue Barbès, Ivry sur Seine (94)

 

Chiffres clés

La reconquête et la transformation de l’économie

Dans le cadre du Fonds de Solidarité et aides satellites, plus de 38 milliards d’euros de subventions versées à plus de 2 millions d’entreprises depuis mars 2020.

Dans le cadre de France Relance, 100 milliards d’euros de soutien public.

Dans le cadre de France 2030, 34 milliards d’euros de dotations dont 17 milliards d'euros dédiés à des acteurs émergents et 50 % dédiés à des objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre.

La reconquête et la transformation de l’économie représentent :

  • Plus de 10000 bénéficiaires des dispositifs industriels.
  • Plus de 15 milliards d’euros d’investissements réalisés par les industriels.
  • Plus de 250000 emplois créés ou confortés.
  • 10 milliards d’euros par an de baisse d’impôts de production pour près de 600000 entreprises.
  • 240 millions d’euros pour le plan France Très Haut Débit.

GUICHET INDUSTRIE DU FUTUR

C'est 878 millions d’euros de subventions pour soutenir plus de 8000 projets de numérisation et de robotisation portant sur 3 milliards d’euros d’investissements  industriels.

TERRITOIRES D’INDUSTRIE

573 millions d’euros pour soutenir 1 400 projets industriels portant sur 3 milliards d’euros d’investissements d’investissements industriels.

RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DANS L’INDUSTRIE

2,8 millions de tonnes équivalent CO2 par an économisés avec la décarbonation de l’industrie : 141 projets bénéficiant de 758 millions d’euros d’aide pour un investissement total de 2 milliards d’euros.

SANTÉ

c’est 830 millions d’euros d’investissements et 519 millions d’euros d’aides pour soutenir 42 projets industriels participant à la lutte contre le Covid-19.

RELOCALISATION ET SOUVERAINETÉ

  • 2,7 milliards d’euros d’investissements
  • 729 millions d’euros d’aides de l’État
  • 5 secteurs stratégiques : Santé, Agroalimentaire, Électronique, Intrants essentiels de  l’industrie, 5G
  • 407 projets soutenus pour environ
  • 45 000 emplois créés ou confortés

FRANCE NUM

  • 100 millions d’euros investis par la DGE entre 2020 et 2021 dans les dispositifs France Num
  • 112 000 chèques France Num de 500 €, 20 000 diagnostics et 70 000 TPE-PME bénéficiaires du programme d’accompagnements-actions

L’engagement pour la compétitivité et pour l’innovation

23 stratégies d’accélération dotées de 10 milliards d'euros sur des marchés à fort potentiel de croissance :

• Souveraineté (santé numérique, biothérapies…)

• Production alimentaire (agroéquipements, alimentation saine…)

• Numérique (Cloud, cyber sécurité, Intelligence artificielle...)

• Transition énergétique (technologies alternatives aux énergies fossiles, hydrogène et nucléaire)

French Tech

Plus de 10 milliards d'euros levés par les entreprises de la French Tech

22 licornes

Innovation

365 millions d’euros affectés à l’innovation dans le secteur spatial et pour la fin du développement du lanceur Ariane 6

Slow Tourisme

4 millions d’euros consacrés aux 61 projets retenus dans le cadre de l’appel à projets slow tourisme du Fonds tourisme durable

New Deal Mobile

  • environ 3 000 zones identifiées fin 2021
  • plus de 1 000 nouveaux pylônes 4G mis en service depuis 2018 dans des zones non ou mal couvertes.