Accueil du portailTOURISMEDestinationsTourisme ruralVélos routes et voies vertes › Vélos routes et voies vertes

Écouter la page
 
Tourisme

Vélos routes et voies vertes

Bénéficiant d’un courant favorable de l’opinion publique, les véloroutes et voies vertes concourent aux changements de mentalité et aux actions en faveur du développement durable.

Ces itinéraires répondent à une demande croissante de circulations douces, particulièrement à vélo.
 
Les itinéraires empruntant les routes à faible circulation motorisée sont accessibles aux cyclistes et aux marcheurs ; les voies vertes, elles, sont réservées aux usagers non motorisés : piétons, cyclistes, patineurs, personnes à mobilité réduite, cavaliers…
 
Ces itinéraires sont ainsi le support de déplacements polyvalents : professionnels, scolaires, de loisirs, de services urbains… Pour les quelques 20 millions de personnes souffrant d’un handicap ou âgées, ces voies représentent aussi un espace d’autonomie.

Enfin, en complément de ces fonctions, elles offrent la possibilité de pratiquer quotidiennement une activité physique et sportive, source reconnue de santé, d’équilibre personnel et de meilleure qualité de vie.

La constitution de ce réseau satisfait aux objectifs d’économie d’espace et d’énergie ainsi que de qualité environnementale.

Par la réutilisation d’anciennes voies ferrées, d’emprises au bord de canaux ou de rivières, ou encore de routes peu fréquentées existantes, il est le premier réseau d’infrastructures réalisé sans consommation d’espace supplémentaire.

Ensuite, ces itinéraires induisent peu d’émissions de gaz à effet de serre ; ils contribuent à réduire la congestion dans les villes et les espaces péri-urbains et à améliorer la qualité de l’air.

La découverte maîtrisée des espaces naturels et des paysages facilite leur appropriation par la population, ce qui est favorable à leur protection.

Ces aménagements sont aussi l’occasion de développer un projet local fédérateur, facteur de cohésion sociale, qui peut aussi susciter la restructuration d’espaces urbains ou ruraux en déprise.

Le désir de nature, le besoin de ressourcement qui traversent nos sociétés urbaines suscitent un tourisme et des loisirs privilégiant la qualité ; les 3V renouvellent ainsi l'offre de découverte des territoires touristiques en permettant aux visiteurs de mieux appréhender et connaître les patrimoines culturels et naturels. Elles les incitent aussi à adopter un comportement plus respectueux et plus proche des habitants des espaces traversés.

Les milliers d’emplois de proximité engendrés par la réalisation des véloroutes et des voies vertes concernent principalement les secteurs de l’aménagement (construction, entretien des réseaux), des services (location, réparation, restauration, transports publics,) et du tourisme (hôtellerie, organisation de séjours, animations culturelles).

La mise en place de la mission nationale véloroutes et voies vertes, en 2003, s'inscrit dans le cadre plus général de la politique en faveur du vélo menée par les différents ministères concernés.