Écouter la page
 

Le tourisme à vélo

En quelques années, le tourisme à vélo est devenu la première pratique d’itinérance des touristes sur le territoire, ce qui positionne aujourd’hui la France comme la seconde destination mondiale pour le tourisme à vélo après l’Allemagne, avec plus de 9 millions de séjours par an, les étrangers représentant 25 % des touristes à vélo, dont une majorité d’Allemands, de Suisses, de Nord-Américains et d’Australiens. Parmi ces touristes, on distingue les itinérants à vélo, qui randonnent et changent d’hébergement au fil de leur séjour et les touristes qui utilisent un vélo comme mode de déplacement sur leur lieu de vacances (ballades, excursions, courses…).

Les retombées économiques du tourisme à vélo sont importantes. Au plan national, le chiffre d’affaires de la filière est estimé à 2 Mds € pour environ 16 000 emplois. Sur les territoires, ces retombées sont de l’ordre de 65 à 105 € de dépenses journalières par touriste (contre 54 € pour l’ensemble des touristes) et de 16 à 30 000 € au kilomètre d’itinéraire. Avec une croissance de la fréquentation des itinéraires cyclables de 14,5 % en 2016 et de 8 % 2017, le tourisme à vélo est aussi l’une des filières touristiques les plus dynamiques du marché français, correspondant à une évolution profonde des pratiques touristiques vers plus de bien-être, d’attention portée à l’environnement et au partage. A noter également que le tourisme à vélo se pratique en toutes saisons (63 % de la fréquentation des itinéraires au printemps et en été, 37 % le reste de l’année).

Le territoire est particulièrement bien organisé pour l’accueil des cyclo touristes :

  • la France s’est dotée d’un schéma national des véloroutes et voies vertes de 22 800 km dont certaines de dimension européenne (8430 km), aujourd’hui réalisé aux deux tiers et à hauteur de 80 % pour la partie Eurovélo. On y trouve des itinéraires de notoriété internationale comme la Vélodyssée (littoral Atlantique), La Loire à Vélo (Val-de-Loire) ou la Via Rhôna qui mettent particulièrement en valeur les richesses géographiques, culturelles et patrimoniales du territoire. 5 500 km d’itinéraires touristiques régionaux et 3000 circuits routes et VTT (135 000 km) complètent ce schéma national ;
  • 3200 prestataires, déploient la marque Accueil Vélo© sur le territoire, et proposent des services adaptés à l’accueil des cyclistes (hébergement, restauration, sites touristiques, réparateurs.. et récemment ports de plaisance). La Fédération Française de Cyclotourisme recense quant à elle sur son site environ 650 « Bonnes adresses cyclotouristiques » ;
  • de nombreux événements liés au vélo génèrent du tourisme en France. Parmi ceux-ci on peut citer la Semaine fédérale internationale de cyclotourisme, plus grand rassemblement de cyclotouristes d’Europe (12 000 participants, 2000 bénévoles inscrits sur des circuits de 40 à 150km par jour), Slow up en Alsace (36 000 participants), Via Rhôna en fête (20 000 participants), les journées nationales des voies vertes et la fête du vélo ;
  • en matière de promotion, le Cluster « tourisme de pleine nature » animé par Atout France accorde une place importante au tourisme à vélo. Plusieurs salons publics et professionnels (« Rendez-vous en France », « Destination France », « Destinations Nature » et « les Assises nationales randonnées et activités de pleine nature ») ainsi que trois sites internet valorisent en particulier l’offre française en matière de tourisme à vélo :

    - France vélo tourisme,
    géré par l’Association éponyme avec l’appui de l’Etat, qui informe sur les itinéraires, les points d’intérêt touristiques et les établissements Accueil Vélo© ;

    - Vélo en France créé par la Fédération française de cyclotourisme ;

    - Véloroutes et voies vertes de France, mis en ligne par l’Association française qui agit pour le développement des vélos routes et voies vertes.

Depuis une dizaine d’années, les pouvoirs publics, en lien avec de nombreux partenaires (associations, fédérations sportives ou professionnelles) se sont fortement mobilisés pour structurer et développer la filière du tourisme à vélo.

L’investissement cumulé des collectivités locales (Départements et Régions) dans les infrastructures avoisine aujourd’hui 1,5 milliard d’euros, auquel s’ajoutent les actions en matière de structuration touristique et d’offres de services menées avec leurs opérateurs en charge du tourisme (BIT, OT, CDT, CRT).

Au plan national, la Direction Générale des Entreprises anime le Comité National du Tourisme à Vélo, qui définit les grandes orientations et la stratégie collective de ses membres, représentants des collectivités locales, des opérateurs du tourisme et des professionnels du cycle. Cette stratégie se décline en quatre axes qui visent à développer des outils apportant une valeur ajoutée à l'ensemble de la filière :

  • soutien à la démarche de l’association « France Vélo Tourisme » pour attirer de nouvelles clientèles autour du Schéma National des Véloroutes et Voies Vertes (création et gestion du site « France Vélo Tourisme » et déploiement de la marque nationale Accueil Vélo©). En 2017 l’Etat a soutenu financièrement la création d’une plateforme web de deuxième génération pour France Vélo Tourisme et ses marques associées, à hauteur de 40 K€, qui devrait être opérationnelle fin 2018.
  • harmonisation de la signalétique sur les itinéraires du schéma national ;
  • développement de nouveaux itinéraires interrégionaux ;
  • observation des retombées économiques du tourisme à vélo avec la publication d’études et d’un « baromètre du tourisme à vélo » en 2015 et 2017.

La thématique du tourisme à vélo est par ailleurs inscrite de manière directe ou indirecte dans un certain nombre de contrats de destination signés entre l’Etat et les partenaires locaux :

  • le contrat de destination « impressionnisme » qui vise notamment à créer la « véloroute de la Seine impressionniste », élément structurant le long de la Seine, de Paris à Honfleur ;
  • le contrat de destination « Voyage dans les Alpes » qui doit permettre d’accroître l’attractivité des offres d’itinérances des grandes traversées à VTT (Trans Verdon, Vercors, Alpes-Provence), ainsi que les petites « routes du soleil » (1 300 km dans les pré-Alpes) ;
  • le contrat de destination « Val-de-Loire » et le contrat de destination « Bourgogne » ;
  • le contrat « Côte Atlantique », signé en 2018, qui vise notamment à accroitre l’attractivité et la promotion de la « Vélodyssée ».

L’itinérance à vélo est aussi un axe important de plusieurs contrats SPôTT, qui fédèrent les porteurs de projets touristiques de proximité sur des territoires moins emblématiques, notamment en Normandie, en Ardèche, dans le Perche ou en Alsace.

Ces efforts, menés conjointement avec les collectivités locales et le milieu associatif, se sont avérés payants puisque la France s’est vue décerner le prix Most popular Cycle Tourism Country 2017 lors du salon international du tourisme à Berlin en mars 2018, pour l’importance et la renommée des itinéraires européens qui la traversent.


Crédits photos : © Phovoir.fr et © JaySi / Getty images

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »