Accueil du portailTOURISMEDestinationsTourisme itinérantTourisme à vélo › Séjours à vélo des tours-opérateurs en France en 2011

Écouter la page
 

Séjours à vélo des tours-opérateurs en France en 2011

promenade en véloLa part des opérateurs français augmente dans un marché en progression


L'analyse des séjours à vélo proposés en France par les tours-opérateurs (TO) français et étrangers est un révélateur de tendances et donne un aperçu des motivations des clientèles. Elle nous renseigne sur leurs destinations favorites et le type de séjours consommés.
Néanmoins, ces clientèles ne représentent qu'une petite partie de l'ensemble des touristes qui découvrent la France à vélo.
Cette 3ème édition confirme l'attractivité de quelques destinations telles que le Val de Loire, la Provence ou la Bourgogne et permet de cerner les raisons du succès des itinéraires aménagés.

 

 

1- Les destinations programmées par les tours-opérateurs

 

 

5 destinations sont privilégiées par les tours-opérateurs
Les 5 régions les plus programmées rassemblent 50% des circuits. Ce sont les « hauts lieux » du tourisme à vélo, attirant des opérateurs de toutes nationalités. Ces destinations étaient déjà présentes en 2008, elles ont toutes progressé en nombre de TO et de circuits, seul l'ordre des 2 premiers a changé.
Les destinations Bretagne et Canal du midi approchent les 50 TO, la Bretagne dépasse les 100 circuits. La Normandie, le Languedoc, le littoral atlantique,...sont essentiellement programmés par des tours-opérateurs européens (français, britanniques, néerlandais et allemands). Ces marchés sont davantage marqués par la proximité géographique des opérateurs ou la volonté de ceux-ci de proposer des circuits insolites.

La plupart des tours-opérateurs sont spécialisés dans les voyages à vélo, certains complètent leur activité par d'autres formes de randonnées ou de tourisme actif.

Le top 5 des destinations et leur évolution entre 2010 et 2011

Destination

Nombre de circuits

Nombre de TO

Val-de-Loire

358

+28%

117

+29%

Provence-Camargue

327

+18%

118

+24%

Bourgogne-Beaujolais

227

+12%

97

+24%

Dordogne-Lot

191

+32%

80

+20%

Alsace-Vosges

159

+34%

76

+30%

 

Cette étude est conduite dans le cadre de la démarche France Vélo Tourisme, qui réunit divers acteurs issus de collectivités territoriales, d'entreprises, de l'État et d'associations impliqués dans le tourisme à vélo. Elle a pour but de développer l’économie touristique liée au vélo, à travers 5 missions qui consistent à développer les outils qui apportent une valeur ajoutée à l'ensemble de la filière :
- Promotion / Communication de la destination
- Mise en place d'un label pour les services aux cyclistes
- Harmonisation de la signalisation / numérotation des itinéraires
- Développement de nouveaux itinéraires interrégionaux
- Amélioration de la connaissance du marché et évaluation

Les 5 premières destinations totalisent 50% de parts de marché en 2011 pour 60% en 2010, signe que le tourisme à vélo se diffuse dans de nouvelles régions, grâce à l'apparition de nouveaux opérateurs. Le zonage des destinations a été revu, faisant apparaitre plus finement les destinations programmées (Nord par exemple) ou de nouvelles destinations (Gers par exemple).

2- Des marchés émetteurs de plus en plus européens

Un marché concentré
Sur 38 pays émetteurs, les 5 premiers (France, Etats Unis, Allemagne, Grande Bretagne, Pays Bas) totalisent 74% des opérateurs et 75% des circuits proposés. Les 3 premiers représentent plus de la moitié des opérateurs et des offres. Entre 2010 et 2011, l'échantillon étudié est passé de 143 à 186 tours-opérateurs (+30%). Le nombre de circuits, passé quant à lui de 1754 à 2 510 (+43%), montre que les opérateurs étoffent sensiblement leur activité.

Près de 3 tours-opérateurs sur 4 sont étrangers
La proportion de tours-opérateurs étrangers dans l'échantillon baisse régulièrement, passant de 80% en 2008, à 77% en 2010, puis 74% en 2011.

Les tours-opérateurs européens dominent
Si l'on partage les opérateurs entre ceux des marchés lointains (Amérique du nord, Australie...) et ceux des marchés européens, on constate une progression très nette de ces derniers. Leur part passe de 58% en 2008 à 70% en 2010, puis 78% en 2011.
Les pays les plus représentés sont l'Allemagne (28 TO en 2011), la Grande Bretagne (19 TO) et les Pays-Bas (12 TO), ce sont eux qui ont renforcé le plus leur présence sur le marché français ces dernières années. Le nombre d'opérateurs lointains s'effrite légèrement en valeur absolue, passant de 44 en 2008 à 43 en 2010, puis 40 en 2011.

Des opérateurs français en plein boom !
L'augmentation du nombre de tours-opérateurs français est sensible : ils sont 48 en 2011, alors qu'ils n'étaient que 33 en 2010, les circuits proposés étant passés de 425 à 738 (+74% ). Leur clientèle reste composée en bonne part de touristes étrangers. Cependant la clientèle française se développe régulièrement, certains opérateurs étant quasi exclusivement orientés vers cette clientèle.
Les opérateurs français étoffent leur offre et développent leur activité comme semble le montrer le nombre de circuits proposés par opérateur. Celui-ci passe de 12,9 en 2010 à 15,4 en 2011 : à mesure que de nouvelles destinations deviennent attractives et que les destinations existantes complètent leur maillage de réseaux cyclables.

Des destinations et de nouveaux produits apparaissent
Défrichées par des tours-opérateurs locaux ou qui cherchent à sortir des sentiers battus (Belges et Britanniques principalement), de nouvelles destinations sont programmées : Vallées Alpines, Gers, Littoral du Nord et de la Picardie, Marais Poitevin, Mayenne. Les TO à l'écoute des nouvelles attentes des clientèles développent des produits de séjours mixtes (vélo / gastronomie, vélo / bateau...).
On dénombre 89 circuits « vélo + bateau ». Les 2 principales destinations pour ce type de séjours sont le Rhône (Provence et Camargue) et les Canaux Ligériens, ces 2 destinations regroupent 47% des séjours.
Ces séjours prennent trois formes : des circuits à faire au choix à vélo ou en bateau ; des circuits qui alternent quelques jours à vélo puis quelques jours en bateau et enfin des séjours où le bateau ne sert que d'hébergement.

3- Les types de séjours proposés par les TO

Les tours-opérateurs proposent principalement des séjours à vélo itinérants, linéaires ou en boucle, ainsi que des randonnées « en marguerite » à partir d'un hébergement. Les destinations qu'ils privilégient reflètent une motivation principale des clientèles : la découverte des patrimoines active mais paisible. Ces touristes sont dans leur majorité rebutés par de trop grands efforts. C'est pourquoi, le transport des bagages est souvent assuré par le tour-opérateur. Cependant, une minorité de séjours met en avant l'activité sportive et l'image du Tour de France.

 

Les séjours découverte

Ils représentent environ 80% de l'offre totale. Ils proposent de découvrir les destinations par des parcours de moyenne distance (40 à 60 km/jour en général), ponctués de nombreuses visites, le plus souvent en autonomie. Ces circuits se concentrent dans les destinations au contenu patrimonial fort : oenotourisme, gastronomie, patrimoine bâti, patrimoine naturel, grands sites... toutes les régions viticoles par exemple accueillent ce type de séjours.
A mesure que des aménagements cyclables sécurisés se développent, les tours-opérateurs, en particulier français et néerlandais, proposent des circuits conçus pour les familles. Le tourisme urbain est peu présent, hormis pour les tours-opérateurs américains, qui incluent une visite de Paris dans leurs séjours. La thématique des chemins de Saint-Jacques de Compostelle est encore peu exploitée par les tours-opérateurs (8 TO, 13 circuits), elle reste une affaire de routards, se débrouillant pour organiser leurs parcours, en ayant recours à des topoguides ou des réseaux de voyageurs à vélo, associatifs ou sur internet.

 

Zoom sur les séjours découverte

Pour mieux connaître les séjours découverte, un échantillon de 20 TO (11% du panel) représentant 423 circuits (17% du panel) a été examiné plus en détail, autour de 3 caractéristiques (mode d'hébergement, durée de séjour, prix par personne).Il révèle un plébiscite pour les séjours de 4 nuits et plus (95%), à l'hôtel (88%).
La majorité (54%) des clients dépense entre 100 et 200 € par jour durant leur séjour. 4 touristes sur 5 dépensent plus de 100 € par jour, ce qui traduit une clientèle très « haut de gamme ».

Les séjours sportifs : une affaire de spécialistes
La part de séjours mettant en avant l'activité sportive et l'image du Tour de France se maintient d'une année à l'autre, à environ 20% de l'offre globale observée. 24 TO, soit 13% du panel, sont spécialisés exclusivement dans les séjours sportifs, essentiellement en zones de montagne (Alpes, Pyrénées, Corse et Massif central). Ces opérateurs sont plus petits que les TO généralistes, totalisant moins de 10 circuits chacun en moyenne contre 13,5 pour le panel. Il s'agit en majorité de marchés lointains, dont les Etat-Unis représentent la moitié.

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »