Accueil du portailSEMAINE-INDUSTRIEAccueilActualités › La mixité des métiers

Semaine 2018 terminée
Rendez-vous pour la 9e édition en 2019 !

Écouter la page
 

La mixité des métiers - 23/02/2015

Les femmes représentent 48% de la population active. Leur offrir les mêmes possibilités d’évolution de carrière que les hommes suppose de développer une réelle égalité des chances et de traitement entre les deux sexes en matière d’orientation, de formation, de recrutement, de conditions de travail, de déroulement de carrière, de promotion et de rémunération.

Dans le secteur industriel, les femmes représentent un faible pourcentage (24%), et en moyenne il y a 15% de femmes parmi les effectifs techniques. Or c’est un secteur en besoin de recrutement à tous les niveaux de qualification : les industries technologiques prévoient d’embaucher 80 000 à 100 000 personnes par an d’ici 2020 dans des secteurs variés.

Orientation et éducation

 Dès l’enfance, les magasins de jouets orientent les enfants dans des sections sexuées : les jouets des filles (dinettes, poupées) participent à leurs choix d’orientation, les « formatant » dans des stéréotypes de futures femmes et mères, tandis que les garçons ont d’avantage de jeux de construction, d’assemblage, qui leur donne une plus grande approche des sciences et de la technologie.

" Les filles restent moins nombreuses à s’orienter vers des études scientifiques et techniques, et même lorsqu’elles choisissent cette orientation, elles sont moins susceptibles d’entreprendre une carrière dans ces domaines." (OCDE (2012), Inégalités hommes-femmes : Il est temps d'agir)

Même si la tendance diminue, les femmes restent moins orientées vers les métiers de l’industrie. Or dès le collège et le lycée les filles ont déjà une idée très précise de ce qu’elles veulent faire plus tard. La méconnaissance des métiers de l’Industrie ainsi que l’image déformée qu’elles s’en font les fait hésiter à choisir ces parcours. Il est donc important qu’elles rencontrent des professionnel(le)s de l’Industrie lors de salons ou événements tels que la semaine de l’Industrie.

L’image de l’industrie doit aussi se détacher des idées reçues : métiers "d’hommes", "physiques", "salissants" et "avec des horaires impossibles", ils pâtissent de la vision traditionnelle des usines du 19e et 20e siècle. La vérité est tout autre : Yves Fiorda, vice-président de la Fédération des industries mécaniques (FIM) quand on l’interroge sur les clichés liés à l’industrie, répond que ces métiers ne sont pas réservés aux hommes, que les femmes "accèdent à toutes les fonctions beaucoup plus facilement". Les métiers ne sont plus contraignants physiquement, modernisés et facilités par les machines. Les temps de travail sont aménagés et compatibles avec la vie personnelle, les usines "sont propres et respectent de plus en plus l’environnement". Enfin, les mentalités ont évolué. Hommes et femmes sont aussi bien accueillis dans les métiers de l’industrie car "tous les acteurs du secteur sont d’abord des passionnés".

Le Gouvernement, un acteur impliqué pour la mixité

Les droits des femmes sont une priorité du Gouvernement. A la loi du 4 août 2014 sur l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, s'ajoute un ensemble de mesures destinées à promouvoir le respect de ces droits et la juste représentation des femmes dans la société française. Cela inclut le renforcement de la place des femmes dans les établissements publics industriels et commerciaux de l’Etat dans une optique de briser le plafond de verre en place et d’accélérer l’égal accès des hommes et des femmes à des postes de cadres dirigeants.

Dans les entreprises, plusieurs mesures sont prévues pour arriver à l’égalité professionnelle ; le congé parental est réformé de façon à favoriser le partage des responsabilités parentales. En 2017, les conseils d’administration des grandes entreprises devront comporter 40% de femmes.

Le Gouvernement a fixé l’objectif qu’un tiers des métiers deviennent mixtes d’ici 2025, contre 12% actuellement.

L’entreprenariat au féminin

En 2014, nous constatons une augmentation de 2,3% de créations d’entreprises. 30% des entrepreneurs sont des entrepreneuses.

La Secrétaire d'Etat chargée des Droits des Femmes Pascale Boistard explique au salon des entrepreneurs que les femmes doivent s’affranchir des stéréotypes. Trop peu osent se lancer dans des projets ambitieux (23% des entrepreneuses ont peur d’échouer, contre 15% des entrepreneurs), et la plupart se limitent à des secteurs traditionnellement féminins.

Lorsqu’elles choisissent de fonder leur entreprise, les femmes citent plus souvent que les hommes le souci d’un meilleur équilibre entre travail et vie personnelle et/ou la nécessité économique comme motivation principale de leur projet de création d’entreprise. Pourtant, les entreprises appartenant à des femmes contribuent de façon déterminante au revenu des ménages et à la croissance économique.

Exemples d’entreprises qui mettent en place des dispositifs en faveur des femmes

WOMEN@RENAULT, un dispositif global en faveur des femmes dans l’entreprise

Renault a lancé début 2010 le plan Women@Renault afin d’améliorer la représentation des femmes à tous les niveaux de l’entreprise. Ses objectifs:

- recruter 30 % de femmes sur les postes techniques et 50 % sur les profils commerciaux ;

- augmenter la part des femmes parmi les postes clés du Groupe ;

- proposer au moins une femme parmi les trois candidats dans les plans de succession des postes clés du Groupe.

Renault veille également à l’égalité de traitement entre hommes et femmes.

SNCF

Même si les femmes représentent 35 % des recrutements de cadres de la SNCF, elles sont encore trop peu représentées dans les métiers techniques et de terrain. Signataire de la charte de la diversité en 2004, la SNCF s’engage notamment sur la mixité hommes/femmes.

Airbus group

Airbus Group a choisi de s'engager dans une politique active de parité en matière de ressources humaines. Il s'est fixé l'objectif d'embaucher chaque année au minimum 20% de femmes pour l'ensemble de ses recrutements et a signé un accord de parité en 2004 autour de deux axes de progrès : l'égalité et la mixité professionnelles. Cet accord est principalement centré sur l'évolution de carrière, la formation et la parentalité d'une part, et l'amélioration de l'image et l'attractivité des sciences et des techniques chez les jeunes filles d'autre part, pour les inciter à se diriger vers ces carrières.

Pour atteindre ce second objectif, Airbus Group  a mis en œuvre un ensemble cohérent d'actions s'inscrivant dans la durée et visant à promouvoir les métiers de l'aéronautique et du spatial auprès des femmes, à développer la féminisation de ses recrutements et à faciliter l'accès des femmes à des filières professionnelles aujourd'hui peu féminisées.

Thales

Historiquement orienté vers des métiers technologiques plébiscités plus particulièrement par les hommes, Thales souhaite associer de plus en plus les femmes à son développement.

Cette volonté se traduit par la mise en place de mesures visant à éviter toute inégalité de carrière et de rémunération entre les hommes et les femmes, mais également à promouvoir une plus grande diversité au sein de l’entreprise.

Thales souhaite donc accroître leur présence par la mise en œuvre d’une politique engagée pour la promotion et le recrutement de talents féminins.

Bouygues Construction

Depuis son lancement en juin 2013, Welink, le Réseau des Femmes managers de Bouygues Construction, connaît un vif succès et dépasse aujourd'hui les 500 adhésions. Welink a pour objectif de faciliter l'intégration et l'évolution des femmes en complément des actions menées par le Groupe pour favoriser la mixité. Ce réseau est une première pour le secteur de la construction et témoigne de la volonté de promouvoir la carrière des femmes dans l'entreprise.

Le réseau Welink vient en complément de la politique Mixité de Bouygues Construction qui met en œuvre un ambitieux plan d'action à tous les niveaux de l'entreprise. Depuis 2012, un comité de pilotage coordonne les actions liées à l'égalité professionnelle hommes - femmes. Bouygues Construction incite au recrutement, à compétences égales, de femmes sur les métiers à forte dominante masculine et sur les postes de direction.

L’Oreal

En 2014, la Fondation L'Oréal a dressé un constat aux côtés de la communauté scientifique : le premier facteur de sous-représentation des femmes dans les filières scientifiques est le choix d'orientation. En effet, alors que les filles composent près de la moitié des classes de terminale S, elles représentent seulement 30% des étudiants scientifiques après le baccalauréat.

Face à ce déséquilibre, la Fondation L'Oréal lance en 2014 L'Oréal Pour les Filles et la Science une action de sensibilisation inédite pour que les jeunes filles envisagent la science comme un horizon futur.

L’ambition de la Fondation L’Oréal avec notre nouveau programme : poursuivre le combat contre les idées reçues sur les femmes et sur la science pour susciter des vocations. 

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »