Accueil du portailSEMAINE-INDUSTRIEAccueilActualités › "L’indus’trip : un vélo, des usines et des hommes", l'interview de Dimitri Pleplé

Semaine 2018 terminée
Rendez-vous pour la 9e édition en 2019 !

Écouter la page
 

"L’indus’trip : un vélo, des usines et des hommes", l'interview de Dimitri Pleplé

À la fin de ses études, Dimitri Pleplé s'est lancé dans un projet audacieux : L'indus'trip, un tour de France à vélo des usines ! Son objectif ? Valoriser les  acteurs et les métiers de l’industrie. Un an après, il revient sur son parcours. Découvrez son interview

  • Quel est votre parcours ?

Après un Bac S et une prépa scientifique, j’ai intégré Centrale Supélec en septembre 2013. J’ai toujours été intéressé par les sciences et les mathématiques mais je ne savais pas ce que je voulais faire après.

Mon stage opérateur dans un supermarché en première année m’a fait découvrir la grande distribution. Ce n’était pas encore l’industrie mais le concret du terrain et la proximité avec le client me plaisaient. Des premiers indices qui m’ont aidé à m’orienter vers le secteur industriel.

Je suis entré pour la première fois dans une usine à la fin de ma seconde année, chez McCain, dans la Marne, alors que je cherchais où effectuer ma césure l’année suivante. Ça m’a tout de suite plu ! Les produits, la complexité de la fabrication, la grandeur des machines, le bruit et l’espace… Sans oublier le côté humain. Il y a des femmes et des hommes derrière les machines, leur présence est nécessaire. J’ai eu un coup de cœur pour ces deux aspects, la technique et l’humain.

Après cette découverte, j’ai visité beaucoup d’autres usines, pour comprendre la fabrication des produits. J’ai effectué un stage aux Etats-Unis et un autre dans une start-up industrielle à Grenoble, avant ma dernière année d’école option Génie industriel. À l’issue de ces expériences, j’ai décidé de faire L’indus’trip, qui s’est terminé il y a un an. Aujourd’hui, je suis responsable en CDD d’une équipe de 25 personnes, à l’emboutissage chez PSA.

  • Comment est né « L’indus’trip » ? Quels étaient les objectifs du projet ?

J’avais ce coup de cœur pour le monde de l’usine et de l’industrie et l’envie d’en voir plus.  L’industrie est assez méconnue du grand public et j’étais frustré de constater la différence entre l’image perçue et la réalité. Ça m’a poussé à me lancer dans ce projet.

J’ai pensé que ce serait enrichissant pour moi et que je pourrais partager ce que j’aurais appris, pour casser cette image un peu désuète et négative. Depuis un an, je saisis d’ailleurs toutes les occasions que j’ai pour expliquer ce que j’ai fait.

Le parcours

  • Comment avez-vous défini les étapes ?

Mon but était d’interroger des personnes, pour valoriser l’aspect humain de l’usine. Je n’avais pas de critères industriels particuliers ; j’ai tracé un périmètre très large avant de contacter les entreprises. L’itinéraire a commencé à se dessiner dans le Nord et le Sud-Ouest. Seule contrainte : j’étais à vélo, il fallait donc que toutes les usines soient accessibles.

  • Comment avez-vous été accueilli par les entreprises ?

J’ai reçu énormément de réponses positives, ce fut une bonne surprise ! Les personnes étaient contentes d’ouvrir leurs portes et de savoir que je souhaitais parler d’elles. Les zones industrielles ne sont pas toujours très accueillantes, à l’écart des villes et parfois cachées, mais si on a les contacts, elles deviennent vraiment accessibles.

  • Quel est le souvenir le plus marquant de votre périple ?

Lors d’une étape dans le Nord, j’ai dormi chez quelqu'un qui travaillait dans l’usine que j’avais visitée plus tôt. C’était intéressant de le rencontrer dans un cadre opposé à celui dans lequel je l’avais interrogé. Il y a une grande différence entre ce que sont les gens dans leur vie privée et leur vie au travail. Cette personne-là m’a témoigné d’un manque de motivation au travail à cause d’une faible reconnaissance. Plein de savoir-faire n’étaient pas exploités dans son travail. Ce fut une expérience intéressante, sur l’importance du bien-être dans le milieu professionnel.

L'indus'trip, le best-of en vidéo

  • Avez-vous une sensibilité particulière pour une ou des filière(-s) industrielle(-s) ?

J’aime bien quand le process est très visuel, quand on voit le produit évoluer et sa fabrication, comme dans l’industrie manufacturière. On peut vraiment voir le produit se construire.

  • Comment définiriez-vous l’industrie ?

C’est une bonne question… Je pense que l’industrie a un sens très large : il y a plein de choses et de métiers vraiment différents. Ce qui me plait, c’est le monde de l’usine et de la production. C’est un monde incroyable de complexité technique, dans lequel la place des hommes et des femmes est fondamentale pour bien fonctionner, être performant et faire des produits de bonne qualité.

  • Quel(-s) lien(-s) y a-t-il entre l’industrie et les territoires ?

Les usines sont partout en France. Malgré mes critères géographiques assez forts, j’en ai trouvé énormément ! La production est moins visible mais ça ne signifie pas qu’elle n’est pas présente. J’ai vraiment été surpris par la densité des usines sur les territoires que j’ai visités.

  • L’industrie est-elle un secteur d’avenir pour les jeunes ?

Pour moi, l’industrie n’est pas plus un secteur d’avenir aujourd’hui qu’il y a 10 ou 20 ans. Le problème est l’image que les gens ont du secteur, qui reste encore à découvrir. Quand les jeunes iront dans les usines, ils verront que l’on peut s’y amuser !

  • Que diriez-vous à un jeune qui hésiterait à s’engager dans l’industrie ?

Je lui dirais d’aller voir, se déplacer, rencontrer des gens du terrain, sans préjugés et en étant à l’écoute. De s’intéresser aux gens pour découvrir ce qu’est vraiment l’industrie, sa complexité et ses savoir-faire, avec un regard objectif. Même ce que je raconte n’a aucune valeur par rapport à une visite !

 

© YouTube L'indus'trip

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus

  • L'indus'trip, en chiffres : 2 800 km parcourus, 33 usines visitées ! Le récit et les témoignages de l'aventure de Dimitri Pleplé sont à retrouver sur son blog : lindustrip.com
  • La Fabrique de l’industrie a publié son journal de bord, avec le soutien de l’Onisep, d’OPEO et de la chaire FIT² pour la Semaine de l'Industrie 2018. Plus d'infos
 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »