Écouter la page
 
Artisanat

Le titre de maître restaurateur

Plus de 130 Maîtres Restaurateurs ont participé à l’Assemblée Générale de l’association française des maîtres restaurateurs le 28 novembre 2016 à Nice. 

Outre la participation remarquable des Chefs à chaque édition de la Fête de la Gastronomie, l’Association est chargée de l’organisation de 3 concours nationaux de cuisine valorisant le titre « Trophée Renée Lasserre », « Panier Mystère » et le « concours Jeunes talents Maîtres Restaurateurs ».

 

Fort de ses succès, un nouveau Conseil d’Administration de l’Association Française des Maitres Restaurateurs a été élu. Il est composé de :

  • Son Président, Francis ATTRAZIC, est reconduit
  • Mattéo MANSI « auberge de Théo » - 06 Nice
  • Véronique GAULON  « la forge » - 36 Lys St Georges
  • Benoît MARY « l’absolu restaurant » - 33 Auros
  • Henrique AGGUZOLI « jardins du Léman » - 74 Yvoire
  • Pierre NEGREVERGNE « la terrasse Mirabeau » - 75 Paris
  • Richard BAGNOL « l’Oulo » - 84 Mazan
  • Arnaud BARANDE « la tour d’Aussois » - 21 Saulieu
  • Jacques EBER « plaisirs gourmands » - 67 Schiltigheim
  • Martin FACHE « à l’agneau d’or » - 68 Munster
  • Pascal RAFFRAY « la table du marais » - 35 La Fresnais
  • Jean-Pierre VIDAL « restaurant Vidal » - 43 Saint Julien Chapteuil

Cette Assemblée Générale a également permis de :

  • nouer un partenariat avec le syndicat national des diététiciens et des nutrionnistes,
  • esquisser un guide de protection des ressources et des espèces de pêche, ainsi qu’une charte d’engagement,
  • présenter des cas de bonnes pratiques quant au traitement des déchets alimentaires en restauration,
  • présenter les complémentarités des « maîtres restaurateurs » et des « logis de France ».

L'objectif recherché

Reconnaître l'excellence des meilleurs professionnels de la restauration traditionnelle, en valorisant leur compétence ainsi que leur engagement en faveur de la qualité.

Les bénéficiaires de la mesure

Les entreprises de restauration indépendantes ou appartenant à de petits ensembles (maximum trois établissements) :

  • réalisant une cuisine " authentique ", placée sous la responsabilité directe du restaurateur ou de son chef cuisinier, ne recourant pas à l'assemblage ou à des plats déjà préparés qu'il s'agirait simplement de " réchauffer " ;
  • s'engageant à respecter un ensemble de règles simples, mais garantissant une prestations de service de qualité (accueil, service à table, décoration) ;
  • respectant la réglementation en matière d'hygiène et de sécurité.

Ces points sont vérifiés au moyen d'un audit qui devra être réalisé par un organisme certificateur déclaré, indépendant de l'Etat, comme des entreprises de restauration.

Par ailleurs, les candidats au titre doivent bénéficier d'une qualification ou d'une expérience professionnelle avérée en restauration.

C'est le préfet du département du principal établissement du candidat, ou de l'entreprise qu'il dirige, qui est chargé d'attribuer le titre de maître-restaurateur, au vu du rapport d'audit et de l'ensemble des pièces du dossier de candidature.

En contrepartie, l'Etat accompagne les chefs d'entreprises ayant obtenu le titre dans leurs efforts de modernisation et de développement de la qualité, en leur accordant un crédit d'impôt à hauteur de 50% des dépenses directement en rapport avec les exigences du titre.

Trouver un maître restaurateur


Le maître-restaurateur a le droit d’apposer la plaque officielle à l’entrée de son restaurant et d’utiliser le titre dans ses supports de communication.

 

On peut également localiser tous les maîtres-restaurateurs sur le site www.maitresrestaurateurs.com ou sur l’application smartphone dédiée.

Le titre se développe depuis 2007 et il y a maintenant au moins un maître-restaurateur par département métropolitain.

Le titre de maître-restaurateur créé en 2007, s’est vu conférer une valeur législative par l’article 7 de la loi n° 2014-344 du 17 mars 2014 relative à la consommation. Le décret n° 2015-348 du 26 mars 2015 a élargi aux employés des entreprises de restauration la possibilité de bénéficier du titre de maître- restaurateur.

Un arrêté du 26 mars 2015 modernise et simplifie le cahier des charges afin de le rendre plus pragmatique et plus opérationnel pour les professionnels. Les exigences principales, du titre que sont la cuisine faite sur place à partir de produits acquis majoritairement frais, sont maintenues. Le nouveau cahier des charges introduit un nouveau critère qui impose sur la carte la présence d’au moins cinq produits régionaux de saison

 

 

 

Le crédit d'impôt Maître restaurateur

Ce crédit d’impôt est accordé aux professionnels qui viennent d’obtenir le titre de maître-restaurateur ou son renouvellement, c’est-à-dire qui s’engagent pour la qualité de leur établissement et garantissent une cuisine 100% fait maison.

 

 

 

Télécharger

 

 

 

Connaissez-vous La page Facebook de la Semaine de l'Industrie ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »