Accueil du portailSECTEURS-PROFESSIONNELSIndustrieChimie › Raccordement du réseau pétrochimique français au réseau européen - 2008

Téléchargez l'appli smartphone
Connaissez-vous l'appli mobile Semaine de l'Industrie ?
Idéale pour géolocaliser les événements, répondre à un quizz, customiser vos photos... Pour smartphone Ios et Androïd
En savoir plus
 
Écouter la page
 
Industrie

Raccordement du réseau pétrochimique français au réseau européen - 2008

Rapport de François Loos à la demande du Premier Ministre d'établir un rapport sur les conditions d’un raccordement des réseaux français et allemand de matières premières de la pétrochimie (1).

Cette lettre a été rédigée après que divers rapports aient déjà été rendus, tendant à présenter ce raccordement comme un élément stratégique pour le maintien d’une industrie pétrochimique compétitive en Europe, nécessaire au développement de l’industrie chimique.

Les conclusions de ces rapports établis par la Région et la Préfecture de Lorraine ainsi que la Commission européenne sont reprises respectivement dans les annexes n° 3, 4 et 5 du présent rapport.

Plus récemment, un rapport du Parlement Européen, joint en annexe n° 6, indique également l’importance stratégique de ces raccordements.

Les circonstances

Cette mission intervient suite à la décision, prise par Total Petrochemicals France (TPF), d’arrêter le vapocraqueur n° 2 de Carling début 2009. Les conséquences possibles de cet arrêt sur le tissu industriel local ont conduit les autorités régionales à lancer les études qui ont fait l’objet des rapports mentionnés ci-dessus.

Les différents partenaires économiques de TPF sont dans l’obligation de revoir leur stratégie d’approvisionnement du fait de l’arrêt définitif de cette installation qui prive l’aval des tonnages correspondants d’éthylène et de propylène.
Dès lors, la conclusion de la mission arrive au moment où de nouvelles stratégies d’approvisionnement se mettent en place.

Les enjeux

La cohérence indéniable au niveau européen d’un projet de raccordement des réseaux français et allemands suffit-elle aujourd’hui à justifier les jonctions entre ces deux réseaux ? Y a-t-il un intérêt économique direct, au-delà de la vision stratégique ? Y a-t-il un opérateur qui puisse porter un tel projet ?

Sans que la lettre de mission ne le précise, se pose évidemment, par contrecoup, la question des conséquences pour l’emploi en Lorraine et plus encore l’avenir de la chimie dans cette région.

(1) Les principales caractéristiques de ce segment de la chimie sont rappelées en annexe 2.

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »