Accueil du portailSECTEURS-PROFESSIONNELSIndustrieTransportsAutomobile › Nouveaux enjeux de la filière automobile française

Téléchargez l'appli smartphone
Connaissez-vous l'appli mobile Semaine de l'Industrie ?
Idéale pour géolocaliser les événements, répondre à un quizz, customiser vos photos... Pour smartphone Ios et Androïd
En savoir plus
 
Écouter la page
 

Nouveaux enjeux de la filière automobile française

Après de trop longues années de crise, un léger vent d’optimisme souffle enfin sur notre industrie automobile.

Après 10 années de recul, la production d’automobiles en France repart en effet à la hausse. Nous le devons en partie à l’engagement responsable des partenaires sociaux dans la voie de la compétitivité et à l’action menée par nos constructeurs. C’est un bon exemple de ce que les solutions aux problèmes de la France sont d’abord françaises : aidons-nous nousmêmes, avant de réclamer des solutions venues d’ailleurs.

Pourtant, la reprise est encore fragile et la filière automobile continue de souffrir. Les derniers résultats des constructeurs vont dans le bon sens. Les grands équipementiers se portent bien. Mais les sous-traitants de l’automobile, ici et là dans nos territoires, sont fragilisés par des années de difficultés et d’incertitudes. Je compte donc amplifier les actions en faveur du secteur automobile au cours des prochaines semaines et des prochains mois.

Pour soutenir la filière, le nouveau fonds « Avenir Automobile » et une « task force » dédiée seront mobilisés pour apporter des financements et faciliter la consolidation des acteurs.

La France doit également être le leader de l’automobile et de la mobilité de demain. C’est l’ambition de quatre des 34 plans industriels : bornes électriques de recharge, autonomie et puissance des batteries, véhicule consommant 2L aux 100 km pour tous et véhicule autonome. Les premiers résultats concrets sont déjà là et leur potentiel est considérable.

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »