Accueil du portailSECTEURS-PROFESSIONNELSIndustrie › La présence des firmes chinoises et indiennes en Europe (Résumé) - juillet 2010

Écouter la page
 
Europe

La présence des firmes chinoises et indiennes en Europe (Résumé) - juillet 2010

La présente étude s’inscrit dans le prolongement de l’étude pionnière réalisée en 2007 par les mêmes auteurs sur l’arrivée des firmes chinoises et indiennes en Europe. Dans ce cadre, une base de données ad hoc sur les filiales européennes de ces nouveaux investisseurs avait été constituée pour en cerner les caractéristiques, les comportements et les stratégies ainsi que les premiers effets de leur arrivée sur les économies européennes.

Si la crise financière et économique globale a mis à rude épreuve les économies européennes, elle constitue, a priori, une opportunité pour les firmes chinoises et indiennes pour accroitre leur présence en Europe dans le cadre de la vive progression observée depuis le début de la décennie de leurs investissements à l’étranger. Certes l’Asie, l’Afrique ou l’Amérique du Sud sont perçues, plus que jamais, par les entreprises chinoises et indiennes comme de nouveaux axes de leur développement international, mais l’Europe dispose encore d’avantages indéniables.

La présente étude vise à appréhender l’effet de la crise sur le comportement des entreprises chinoises et indiennes en Europe. Elle s’appuie sur deux types de données originales.

Le premier type est constitué de la base de données conçue par les auteurs en 2007 sur les modalités d’entrée en Europe, la localisation, les secteurs et fonctions assurées par les firmes chinoises et indiennes. La base a été régulièrement actualisée depuis.

Le deuxième type est constitué d’enquêtes menées par les auteurs auprès de représentants de diverses institutions et de filiales européennes de ces firmes. Ces enquêtes se sont déroulées en priorité sur le territoire français mais d’autres pays européens, comme l’Allemagne et la République tchèque, ont été ciblés.

L’étude se décompose en deux parties.

La première partie introduit le cadre des investissements directs chinois et indiens réalisés à l’étranger pour la période 2008-2009. L’accent a été mis sur la dynamique des fusionsacquisitions menées par ces entreprises au plan mondial afin de mieux positionner leurs opérations réalisées en Europe.

La deuxième partie procède de l’exploitation systématique de la base de données relative à l’Europe. Elle a été enrichie par des interviews menées par les auteurs dans la première moitié de l’année 2010.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »