Accueil du portailSECTEURS-PROFESSIONNELSCommerce › L'internationalisation du e-commerce : pour une stratégie gagnante

Écouter la page
 

L'internationalisation du e-commerce : pour une stratégie gagnante

du 03/10/2017 au 03/10/2017 (Clos)
Paris 12ème

Les Rendez-vous du Commerce

Lieu : Ministère de l'économie et des finances, Centre Pierre Mendès France, 139 rue de Bercy, Paris 12ème.

Les « Rendez-Vous du commerce » s’adressent aux professionnels. Leur objectif est de favoriser l’échange de bonnes pratiques entre les acteurs clés du commerce sur des thèmes d’actualité, généralement à travers des tables rondes d’experts. De nombreux sujets y ont déjà été traités : le management de centre-ville, la préemption commerciale, l’éco-responsabilité, la transformation numérique du commerce interentreprises, la dynamisation du commerce…

Pour la première fois, la direction générale des entreprises (DGE), et la direction générale des douanes et droits indirects (DGDDI) ont organisé ensemble cet évènement consacré aux défis du e-commerce, en partenariat avec la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (FEVAD).

Comme l’a rappelé la Fevad, en France, le marché de la vente en ligne est dynamique : avec plus de 200 000 sites marchands actifs, les ventes du secteur ont atteint 72 milliards d’euros en 2016 et devraient s’élever à plus de 80 milliards d’euros en 2017, pour une croissance annuelle à deux chiffres. Avec plus de deux commandes par acheteur et par mois, l’achat en ligne se « banalise ».

Par ailleurs, les échanges se font à une échelle qui est devenue continentale et même mondiale : les débouchés se trouvent en Europe, mais aussi en Chine, aux Etats-Unis, et dans d’autres zones géographiques comme l’Afrique. Les e-commerçants français ont donc d’importantes perspectives de développement et des opportunités à saisir.

L’export en e-commerce, devient un puissant levier de développement, et il n’y a pas un modèle de développement unique. En fonction de la maturité et de la taille de l’entreprise les acteurs gagneront à y aller seul, fort de leur marque, ou à travailler avec une ou plusieurs places de marché, en direct ou avec un intermédiaire, accompagnées ou non.

Au sein de l’Europe, les échanges internationaux représentent d’ailleurs 16% du volume de transactions e-commerce. En revanche, pour plus de la moitié des e-commerçants français qui le pratiquent, il ne constitue au plus que 5% des ventes en volume. Celles-ci sont focalisées sur la Belgique et les pays voisins proches : l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie.

Grands et petits acteurs ne sont pas égaux pour gérer la logistique qui est un des éléments du succès à l’export. Les premiers ont généralement des volumes qui permettent d’obtenir des conditions de prix et de service avantageuses de la part des prestataires logistiques. Tandis que les petits e-commerçants ont souvent des compétences, des moyens et des volumes qui ne leur donnent accès qu’à un choix encore trop limité de solutions logistiques. Les aspects juridiques, logistiques et fiscaux demeurent les freins les plus récurrents que rencontrent les acteurs à l’export.

Ainsi, la transformation numérique, la vente en ligne et l’export en e-commerce sont tout autant un défi en termes de régulation de l’économie. Cela concerne aussi bien la sécurisation des flux du e-commerce, que la réglementation et les taxes locales des pays de destination.

Le différé de la matinée