Accueil du portailSECTEURS-PROFESSIONNELSNumérique › Calcul intensif et simulation numérique (appel à projets)

Écouter la page
 

Calcul intensif et simulation numérique (appel à projets)

du 25/10/2013 au 30/04/2014 (Clos)
Coeur de filière du numérique

L’usage du calcul intensif (ou « haute performance ») et de la simulation numérique constitue une opportunité majeure d’amélioration de la compétitivité des entreprises, en leur permettant de diminuer les coûts et les durées de leurs processus et d’augmenter la qualité globale de leurs produits. L’augmentation exponentielle des puissances de calcul permet en effet des simulations toujours plus riches, avec une multiplication des débouchés possibles. De plus, l’usage des technologies du calcul intensif, qui a longtemps été l’apanage de quelques grands acteurs industriels, devient désormais accessible aux ETI et PME, grâce notamment à des offres en mode « cloud ».

La simulation permet ainsi des gains de performance et de temps de développement dans un champ de plus en plus large de domaines industriels. Dans le secteur automobile, le recours à la simulation permet d’accélérer les cycles de conception des véhicules et de réduire les coûts en limitant le nombre de prototypes nécessaires avant d’aboutir à un produit final. Dans des secteurs comme la pharmacie ou la cosmétologie, les méthodes qui combinent des approches biologiques avec la simulation numérique constituent une alternative à l’évaluation sur des animaux de la sécurité d’un produit. Le domaine du multimédia devient de plus en plus, lui aussi un domaine privilégié de l’emploi du calcul intensif, afin notamment d’améliorer le rendu naturel de scènes artificielles de films et d’éviter les erreurs de conception concernant par exemple les effets d’éclairage de ces scènes.

En outre, l’émergence du Big Data et le développement des objets intelligents et connectés accroissent les besoins en calcul intensif. En effet, les technologies de calcul, liées à celles de stockage distribués, sont nécessaires au Big data, notamment pour l’analyse de flux de données. Le recours à la simulation permet de concevoir des objets toujours plus intelligents et connectés, qui bénéficient des puissances de traitement du cloud computing et accèdent aux données de l’Internet. La diffusion croissante de ces technologies génère également de nouveaux risques pour la sécurité numérique des institutions, des entreprises et des particuliers, qui appellent de nouvelles réponses.

La maîtrise des technologies du calcul intensif représente un enjeu d'indépendance pour l’Europe. La France dispose de compétences de premier plan en matière de conception d'architecture et d'environnements logiciels nécessaires à la production et à l’exploitation des systèmes de calcul (« supercalculateurs ») à l'état de l'art mondial. Ces supercalculateurs présentent un aspect stratégique dans la mesure où ils sont nécessaires à la mise en oeuvre des solutions de simulation numérique les plus avancées. Afin de rester dans la compétition internationale, les acteurs français doivent augmenter la capacité de calcul de leurs systèmes dans les prochaines années, jusqu’à la puissance dite « exascale ». Au-delà des technologies matérielles qui constituent le coeur de ces systèmes, les outils logiciels de supervision et de programmation de ces systèmes constituent des éléments cruciaux pour en exploiter toute la puissance de calcul.

Le premier objectif de l’appel à projets est ainsi de renforcer la maîtrise des outils permettant d’exploiter les prochaines générations de supercalculateurs.

Le second objectif  est de contribuer au développement d’entreprises porteuses de solutions particulièrement innovantes, capables de saisir ces nouvelles opportunités économiques, en premier lieu des PME ou ETI engagées dans un projet ambitieux de croissance.

Le troisième objectif est de favoriser une coopération accrue entre les acteurs, en particulier fournisseurs de technologies et secteurs utilisateurs.


 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »