Accueil du portailSECTEURS-PROFESSIONNELSIndustrieChimie › L'industrie de la chimie

L’industrie chimique en France

Un secteur industriel performant à l’amont des autres industries

La chimie est une industrie s’appuyant sur un large éventail de métiers qui fournissent des matériaux et des substances chimiques à des acteurs industriels, pour l’essentiel. Elle se présente comme « l’industrie de l’industrie ». En effet, un quart des produits de l’industrie chimique sont destinés à l’industrie chimique, la moitié aux autres industries et un quart directement à l’utilisateur et notamment au grand public (détergents, savons, peintures…).

 

 

Quelques chiffres clés

Troisième secteur industriel après l’automobile et la métallurgie, l’industrie chimique a généré en 2015 un chiffre d’affaires de l’ordre de 75 Mds€. La France se place ainsi au sixième rang mondial des pays producteurs, après la Chine (premier chimiste mondial depuis 2009), les Etats-Unis, le Japon, l’Allemagne, et la Corée du Sud.

L’industrie chimique est un secteur important de l’industrie en France : elle représente 0,8 % du PIB. En 2015, sa valeur ajoutée est estimée à 17 Mds€. Malgré une économie mondiale en croissance modérée en 2015, ce secteur a connu en France une hausse de 0,9% en volume, après une hausse plus soutenue de 2,8% en 2014.

Sa contribution aux échanges extérieurs est significative. Avec 55,6 Md€ à l’export en 2015, elle est le deuxième secteur exportateur après l’aéronautique (c’était le premier en 2014). Sa balance commerciale positive de 7,3 Mds€ la positionne au deuxième rang des secteurs industriels après l’industrie aéronautique.

Ce secteur emploie environ 157 000 salariés ; ce chiffre est en repli de 16% par rapport à 2006, mais on peut souligner un engagement de la profession de stabiliser les effectifs dans le cadre du pacte de stabilité. L’industrie chimique s’appuie sur quelques grands complexes industriels mais aussi sur un grand nombre de TPE-PME, disséminées à travers le territoire (l’effectif moyen des entreprises de la filière est de 47 ETP et la moitié des salariés travaille dans des établissements de moins de 20 personnes).

En 2015, l’industrie chimique a réalisé 3,4 Mds€ d’investissements (dont 45% pour le maintien et la modernisation de ses sites). Elle a par ailleurs consacré 1,8 Mds€ à la R&D, soit 10,8 % de sa valeur ajoutée, ce qui en fait l’une des industries les plus innovantes.

Les différents secteurs de la chimie

L’industrie chimique et ses métiers très diversifiés se répartissent globalement en trois grands secteurs qui couvrent une large gamme de produits et d’activités :

La chimie de base

Fabrication, à partir de matières premières facilement accessibles, de produits de grand volume mais à faible prix de vente (matières plastiques et caoutchouc), en peu d'étapes de réaction, dans des installations de grande capacité mobilisant des capitaux importants. Cette chimie, que l'on qualifie aussi de chimie lourde, est composée de deux sous-secteurs :

La chimie minérale

Fabrication, à partir d’eau, d’air, de sel, de soufre et de phosphates, de produits tels que des gaz industriels, des colorants et pigments ou d'autres produits chimiques inorganiques de base tels que le chlore, de produits azotés et d'engrais.

La fabrication est basée sur des processus de production simples et aboutit à la fourniture de gros tonnages à valeur ajoutée unitaire faible.

La chimie organique

Fabrication, essentiellement à partir du pétrole, de "grands intermédiaires de la chimie" qui sont ensuite utilisés comme matières premières par de nombreuses industries de la chimie à son aval, cosmétique, électronique, aéronautique…Outre l'éthylène et le propylène, les "grands intermédiaires" de la chimie organique sont notamment le butadiène, le benzène, l'éthanol, l'acétone...

Fabrication également de matières plastiques (polyéthylène, polypropylène) destinées aux industries telles que celles de l’emballage, de l’automobile, de la construction.

La chimie organique utilise également des matières premières renouvelables, issues pour la plupart de l'agriculture (céréales notamment maïs, colza, tournesol, pomme de terres, betterave sucrière), mais aussi des produits animaux (graisses).

La chimie de spécialité

Fabrication, à partir des matières premières de la chimie de base, de produits possédant des propriétés bien définies pour un usage spécifique : polymères de spécialité, peintures et vernis, explosifs, colles, huiles essentielles, produits phytosanitaires, encres d’imprimerie, additifs pour ciments ou béton, savons et détergents, produits cosmétiques…

Le savoir-faire de cette industrie repose notamment sur la maîtrise de la formulation, c’est-à-dire le mélange et le dosage des matières premières de la chimie de base.

Ces produits sont destinés à un large éventail de secteurs d’activité : construction automobile ou aéronautique, construction, agriculture, traitement des eaux...

La chimie fine

Fabrication à partir des produits de la chimie de base (grands intermédiaires), mais aussi d’extraits animaux ou végétaux, de molécules plus complexes à forte valeur ajoutée pour les industries pharmaceutique ou cosmétique.

Les molécules élaborées au terme d'un processus de recherche et développement intense sont complexes et leur production nécessite de nombreuses réactions chimiques en série. Les volumes de production sont plus restreints que ceux de la chimie de base et les produits élaborés peuvent être très coûteux comme par exemple les principes actifs des médicaments.

Crédit photo : © JacobH / iStock

 

Connaissez-vous La page Facebook de la Semaine de l'Industrie ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »