Accueil du portailPRECURSEURS-CHIMIQUES-DROGUESAccueil › Un partenariat pour lutter contre le détournement des précurseurs chimiques

Écouter la page
 
Industrie

Un partenariat pour lutter contre le détournement des précurseurs chimiques - 11/07/2017

La Mission nationale de contrôle des précurseurs chimiques de drogues (MNCPC) et le Pôle Judiciaire de la Gendarmerie Nationale (PJGN) ont signé le 22 juin 2017 une convention de coopération afin de prévenir et lutter contre le détournement de précurseurs chimiques.

Rattachée à la Direction générale des entreprises (DGE), la MNCPC est l'autorité compétente en France dans le domaine du contrôle des précurseurs chimiques de drogues. Elle pilote et coordonne la mise en oeuvre des politiques de lutte contre le détournement des précurseurs chimiques et assure la surveillance du commerce licite de ces précurseurs. Elle traite au niveau national des signalements de vols, disparitions ou transactions suspectes de produits chimiques pouvant être utilisés pour la fabrication illicite de drogues.

Le pôle judiciaire de la gendarmerie nationale (PJGN), et plus particulièrement le Plateau d'Investigation eXplosifs et Armes à Feu (PIXAF), a été désigné par décision du Ministre de l’Intérieur en date du 25 mars 2016 comme point de contact national de signalement des vols, disparitions ou transactions suspectes de précurseurs d’explosifs  conformément règlement (UE) n°98/2013 du Parlement européen qui vise à limiter l'accès des particuliers aux précurseurs d'explosifs.

Dans la mesure où certains précurseurs chimiques – tels que l’acide sulfurique ou l’acétone - peuvent être détournés et utilisés indistinctement pour la fabrication illicite de drogues ou d’explosifs, cette convention a pour objectifs :

  • d’intensifier les échanges mutuels d’informations et d’expertises,
  • de mutualiser leurs actions de sensibilisation auprès de l’ensemble des opérateurs économiques et organisations professionnelles concernés par ces produits chimiques
  • de renforcer la surveillance pour empêcher l’accès à ces substances par les organisations criminelles et, le cas échéant de démanteler des réseaux et/ou des laboratoires illicites.

 

Pascal Faure et les agents de la DGE vous souhaitent une bonne année 2018