Accueil du portailPOLITIQUE-ET-ENJEUXCompétitivitéInvestissements d'avenir › Programme des Investissements d’Avenir

Écouter la page
 
Compétitivité - Innovation

Programme des Investissements d’Avenir

Logo investissement d'avenir

Dans un contexte d’économie globalisée, un effort d’investissement massif et ciblé dans la recherche et l’innovation constitue la condition sine qua none de la compétitivité, de la croissance, de l’emploi sur nos territoires.

C’est pour relever ce défi de la compétitivité et faire émerger un nouveau modèle de croissance qu’a été lancée l’idée d’un « Grand Emprunt » en 2009, qui a été nommé peu après « programme d’investissements d’avenir » dans la loi du 9 mars 2010. 

 

Une commission présidée par deux anciens Premiers ministres, Alain Juppé et Michel Rocard, a identifié 6 axes stratégiques pour l’avenir. Ces investissements ont vocation à promouvoir l’excellence française en matière d’enseignement supérieur et de recherche. Ils financent un continuum d’action allant de la recherche fondamentale à l’innovation industrielle, en passant par la formation, le transfert de technologie, la maturation etc.

  • L’enseignement supérieur et la formation ; afin de faire émerger des pôles universitaires d’excellence capables d’affronter la concurrence mondiale.
  • La recherche fondamentale et sa valorisation économique ; pour donner à nos laboratoires les moyens d’atteindre l’excellence et pour accélérer le transfert de technologie.
  • Les filières industrielles ; pour soutenir le développement des PME et des ETI innovantes et consolider les filières stratégiques de demain.
  • Le développement durable ; afin de contribuer fortement à la transition énergétique et écologique, source d’un nouveau modèle de croissance, plus durable.
  • L’économie numérique ; afin de déployer des infrastructures Très Haut Débit sur l’ensemble du territoire et permettre le développement de nouveaux usages destinés aux entreprises comme aux ménages.
  • La santé et les biotechnologies ; afin de progresser dans le domaine de la connaissance et de développer des solutions nouvelles et pour permettre d'anticiper, d'améliorer, de développer et de valider de nouvelles approches en médecine et en agronomie fondées sur l'utilisation des capacités du vivant.

Le programme d’investissements d’avenir soutient également des projets innovants sur un plan industriel, et en particulier les projets collaboratifs, dans des thématiques aussi variées que le Cloud computing, le Big Data, les réseaux électriques intelligents, les biotechnologies, la chimie verte, les énergies marines etc. À ce titre, il est partie prenante des 9 solutions thématiques et du plan transverse « Industrie du futur » mis en place par le ministère de l'économie, de l'industrie et du numérique pour construire la « Nouvelle France industrielle ».

Trois volets du PIA ont été votés pour un montant total de 57Md€ : un premier volet de 35 Md€  2010, un deuxième de 12 Md€ en 2013 et un troisième (PIA3) de 10Md€ dans le cadre de la loi de finances pour 2017.

Le PIA 3 est organisé autour de 3 priorités :

  1. Soutenir les progrès de l’enseignement et de la recherche (2,9Md€)
  2. Valoriser la recherche (3Md€)
  3. Accélérer la modernisation des entreprises (4,1Md€)

Ainsi, le PIA3 n’est pas structuré par secteur mais de l’amont (enseignement et recherche) vers l’aval (innovation et développement des entreprises) autour de deux vecteurs de transformation de notre économie : la transition vers le monde numérique et l’impératif de développement durable. Afin de répondre à cette dernière ambition, 60% des crédits du PIA seront consacrés à la croissance verte.

Autre spécificité du PIA 3, 10% des crédits soit 500M€ seront co-décidés avec les régions qui accompagneront à la même hauteur les projets sélectionnés.

Le programme d’investissements d’avenir se traduit par des appels à projets nationaux autour de thématiques d’avenir destinés à sélectionner des équipes d’excellence (biotechnologies, recherche fondamentale, réseaux électriques intelligents, etc.), préparés par l’Etat et ses opérateurs. Les projets sont évalués par un jury d’experts indépendants, parfois internationaux et réunissant des compétences de haut niveau chargé de sélectionner les projets innovants, à fort potentiel de croissance.

La direction générale des entreprises est pleinement impliquée dans le pilotage et dans la mise en œuvre de ce dispositifs pour les actions en faveur de l'innovation, de l'industrie, du numérique et, plus généralement, des entreprises.