Écouter la page
 

La fabrication additive

Qu'est-ce que c'est ?

Il s’agit d’un ensemble de procédés de fabrication d’un objet physique à partir d’un fichier informatique décrivant un objet en 3 dimensions, qui permet de passer directement de la pièce virtuelle à la pièce fabriquée par ajout de couches successives de matériaux. L’impression 3D est aussi appelée « fabrication additive ».

Par comparaison aux procédés traditionnels, l’impression 3D présente des avantages pour l’allègement des pièces, l’intégration de nouveaux matériaux et de nouvelles fonctionnalités, une plus grande liberté dans le design, un niveau de complexité géométrique supérieur, la personnalisation des produits, la réduction des stocks par la fabrication à la demande et le raccourcissement des cycles de développement de produits.

À qui s'adresse-t-elle ?

De la conception à la production et à la logistique, l’impression 3D concerne toutes les entreprises, de toute taille et tout secteur. L’impression 3D est aujourd’hui utilisée dans des domaines aussi variés que l’aéronautique, le BTP ou la réalisation de tissus biologiques.

L’impression 3D peut également être utilisée dans un cadre personnel, pour concevoir et fabriquer ses propres objets. Les Fab Labs et les communautés de Maker proposent des solutions ouvertes au grand public.

Un secteur d'avenir

L’impression 3D représente un marché mondial estimé en 2015 à 4,7 milliards d’euros, en forte croissance de plus de 20 % par an. Selon le cabinet Wohlers Associates, ce marché va connaître une croissance fulgurante en passant à 18,5 milliards d’euros en 2020.

En matière d’équipements, les États-Unis sont loin en tête avec 40 % du parc de machines industrielles installées contre 29 % en Europe et 26 % en Asie-pacifique. La France ne dispose que de 3 % de ce parc et se classe au 7e rang mondial et au 4e rang européen.

Même si sa filière de l’impression 3D est encore naissante, la France possède de nombreux atouts pour amplifier son développement en s’appuyant sur des acteurs de recherche de qualité (laboratoires publics et Instituts de recherche technologique, centres techniques…), des fabricants de poudres de niveau mondial (Constellium, Eramet), des acteurs du logiciel, des PME et startups dynamiques et des grands ingénieristes et industriels précurseurs. L’Alliance Industrie du futur a souhaité accompagner et accélérer ce développement.

Une feuille de route a été élaborée par l’écosystème français de l’impression 3D, sous l’animation de l’Alliance Industrie du Futur (AIF). Plus de 120 acteurs (industriels, académiques, centres de recherche) ont participé à la démarche.

Principaux objectifs :

  • donner du sens, de la continuité et de la cohérence aux travaux des groupes de travail ;
  • servir de cadre à l’action de l’AIF et de la filière ;
  • faciliter le dialogue entre les acteurs, industriels et académiques, et les pouvoirs publics ;
  • fournir une fondation pour faciliter l’articulation avec l’action des territoires.
     
 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »