Accueil du portailPOLITIQUE-ET-ENJEUXEntrepreneuriat › Le financement des TPE

Écouter la page
 
PME - ETI - TPE - Entrepreneuriat

Le financement des TPE

Un rapport de l'observatoire du financement des entreprises - Juin 2014

Jeanne-Marie Prost, présidente de l’Observatoire du financement des entreprises a remis aux ministre de l’économie, du redressement productif et du numérique et au ministre des finances et des comptes  publics un rapport sur le financement des très petites entreprises (TPE).

 

Partant du constat de la grande hétérogénéité de cette catégorie d’entreprises, d’un éco-système en renouvellement constant (grand nombre de créations et de cessations d’activité), en excluant les micro-entreprises et les auto-entrepreneurs, l’étude montre que le tiers des TPE rencontre des difficultés de trésorerie. En outre, les TPE financent largement leurs besoins de trésorerie par des découverts. Cette modalité de financement, si elle présente l’avantage de la flexibilité, est jusqu’à trois fois plus onéreuse qu’un crédit à échéance.

Dès lors, au-delà des outils déjà existants pour pallier ces difficultés, le rapport rappelle de nombreux outils spécifiques déjà existants :

  • la médiation du crédit (43 000 entreprises ont saisi la Médiation du Crédit depuis sa création),
  • les produits de BPI France (70% des entreprises soutenues en 2013 par BPI France sont des TPE, soit environ 54 360 entreprises), Les mécanismes de garantie (SIAGI, SOCAMA), adaptés pour les TPE, qui ne sont pas assez connus
  • L’économie sociale et solidaire dispose d’outils spécifiques d’accompagnement à la recherche de financement (ADIE, Initiative France, Réseau Entreprendre, BGE, France active

Par ailleurs, le rapport recommande l’extension de cinq bonnes pratiques des banques. L’observatoire propose que :

  • les banques réaffirment leur mobilisation de donner leur réponse systématiquement dans des délais de 15 jours maximum à toutes les demandes d’ouverture ou de renouvellement de crédit, dès lors que le dossier est complet.
  • les directeurs d’agence des banques accordent un entretien d’explication des refus de crédit si le chef d’entreprise en fait la demande.
  • les différents réseaux adoptent une pratique simple et peu coûteuse, déjà mise en place par plusieurs d’entre eux : inscrire systématiquement sur l’ensemble des lettres de dénonciation la possibilité de recours à la Médiation du crédit aux entreprises.
  • les établissements de crédits veillent à ce que les chargés de clientèle TPE soient en capacité de proposer aux TPE des produits de financement qui conviennent le mieux à leurs besoins.
  • l’ensemble des réseaux bancaires retiennent pour objectif des durées de poste d’au moins quatre ans pour les chargés de clientèle TPE

L’Observatoire se propose enfin de revenir sur le sujet du financement des TPE dans un délai de deux ans. Ceci permettrait notamment d’évaluer la mise en place de ces cinq bonnes pratiques. Toutefois, s’agissant de la troisième, la mise en oeuvre peut être rapide.

 

Crédit photo : © Fotolia

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »