Écouter la page
 
Industrie - Compétitivité - Politique industrielle

Les 34 plans industriels

Ces 34 plans de reconquête industrielle ont pour objet d’unir les acteurs économiques et industriels autour d’un objectif commun, d’aligner les outils de l’État au service de cette ambition et de mobiliser les écosystèmes locaux autour de la construction d’une offre industrielle française nouvelle et compétitive, capable de gagner des parts de marché en France et à l’international et de créer ainsi des emplois nouveaux.

 

Calendrier :

 

9 juillet 2014 : Les sept derniers plans sont dévoilés

  • Services sans contact
    Ce plan a pour objectif de développer les offres françaises pour faciliter la mobilité et le confort des voyageurs grâce au ticket sur mobile avec un objectif, l’« Euro 2016 », pour permettre le transport et l’accès aux stades avec simplement un téléphone portable, et pour limiter l’attente aux caisses et personnaliser le parcours client en magasin face à la concurrence de l’e-commerce.
  • Biotechnologies médicales
    L'objectif : mieux soigner, à un coût acceptable, en soutenant la créativité des entreprises de biotechnologies. La France est le premier pays européen pour le nombre d’études menées en thérapies innovantes. Ce plan vise à convertir rapidement ce potentiel exceptionnel en projets industriels mâtures : nouveaux vaccins, nouveaux médicaments, nouveaux traitements, et la construction en France d’une capacité industrielle unique dédiée aux thérapies cellulaires.
  • Dirigeables – charges lourdes et Drones civils
    Ce plan valorise les progrès techniques considérables réalisés depuis 50 ans par l’industrie aérospatiale pour développer de nouvelles applications pour les dirigeables pour aboutir à l’horizon 2020 à la mise en service d’un prototype certifié de dirigeable dédié au transport point à point de charges lourdes. Par ailleurs, nous ferons sauter les verrous bloquant actuellement le développement d’une filière drone civil pour servir une multitude de besoins dans l’agriculture, les réseaux ou la protection de l’environnement.
  • Navires écologiques
    Ce plan à pour but de construire le navire du futur, plus propre, plus économe en énergie, plus sûr et plus intelligent. Il soutiendra financièrement des projets très concrets visant à relever ces défis énergétiques et écologiques : propulsion au gaz naturel liquéfié (GNL), énergie électrique, propulsion à voile, traitement des émissions de gaz et des déchets, etc.
  • Recyclage et matériaux verts
    Il s'agit de développer l’économie circulaire pour rendre notre société plus économe des ressources limitées de notre planète et donc plus compétitive. Très concrètement, 111 projets d’amélioration, d’extension ou de création de capacités de tri, de valorisation et de transformation des déchets ont été identifiés, en particulier dans le domaine de l’extraction des métaux précieux et rares qui sont contenues dans les cartes électroniques de nos téléphones et autres objets de grande consommation. Ils représentent un investissement de 785 M€ sur le territoire français, et la création de 1650 emplois directs.
  • Énergies renouvelables
    Ce plan a pour but de réaliser la transition énergétique avec une offre industrielle « verte » made in France et de dessiner la carte 2020 des forces industrielles françaises des énergies renouvelables autour d’un « Mittelstand » à la française, dans la lignée de l’objectif majeur du contrat de filière des énergies renouvelables : créer 125 000 emplois supplémentaires d’ici 2020.
  • Nanoélectronique
    Le plan Nano2017, validé par la Commission européenne, fera de Crolles (Isère) le site le plus avancé en Europe pour le développement et la production des composants nanoélectroniques qui peuplent notre quotidien : son attractivité conduira à doubler sa capacité de production d’ici 2020. Au-delà de ce socle technologique et industriel, le plan porte un véritable enjeu de souveraineté : il cherchera à assurer la disponibilité des composants stratégiques pour certaines filières industrielles clés, comme l’aéronautique, l’automobile ou la défense, dont ils conditionnent la capacité d’innovation et la compétitivité.

2 juillet 2014 : Six nouveaux plans prennent leur envol

  • e-Education
    Ce plan a une double ambition : consolider la filière industrielle française du numérique éducatif et ouvrir un potentiel de renouveau pédagogique, notamment pour les élèves les plus en difficulté, en équipant 70% des élèves de primaire et de collège à l’horizon 2020
  • Big data
    La multiplication des objets connectés génère des quantités inédites de données. Les nouveaux services issus de leur exploitation, au cœur de la transformation numérique de l’économie, doivent être portés par les ingénieurs et les start-up françaises, dans le respect de la vie privée de tous.
  • Robotique
    La densité de robots dans l’industrie hors automobile est 4 fois moins élevée en France qu’en Allemagne. France Robots Initiative, programme lancé en mars 2013 vise à remédier à ce retard. Ce plan vise à amplifier la démarche afin d'accélérer le rattrapage et restaurer la compétitivité du tissu industriel français avec des robots innovants « made in France ».
  • Véhicule autonome
    Ce plan à pour but de favoriser le développement des technologies qui s’intègreront d’ici 2020 dans la voiture de chaque Français pour améliorer la sécurité routière, optimiser et démocratiser les transports publics et améliorer la qualité de vie du conducteur.
  • TGV du futur
    Le TGV est l’emblème de l’excellence technologique « made in France » qui gagne à l’export. Ce plan est pour les industries françaises d'avoir les moyens de franchir un cap technologique pour rester à la pointe de la compétition internationale : un train à grande vitesse plus modulaire, transportant plus de passagers tout en consommant moins d’énergie.
  • Chimie verte et biocarburants
    Ce sont 45 projets industriels pour donner un coup d’avance à la France des molécules vertes dans l’anticipation de l’après-pétrole. Ces 45 projets représentent 2 Md€ d’investissement d’ici 2020 et 5 000 emplois créés ou pérennisés.

18 juin 2014 : Cinq nouveaux plans sont présentés

  • Industries du bois
    Adossée à la troisième surface forestière d’Europe, l’industrie du bois unit ses forces trouver de nouveaux débouchés économiques ici en France. L’objet fédérateur du plan est la construction en bois d’immeubles de grande hauteur. Les industriels vont développer une offre commune qui n’existe pas encore.
  • Rénovation thermique des bâtiments
    En fédérant pour la première fois l’ensemble des acteurs du secteur, artisans comme industriels, le plan va permettre de développer le réflexe d'éco-rénovation et surtout de mettre à disposition des artisans et des Français une offre abordable et « made in France ».
  • Santé numérique
    L’innovation par les outils numériques peut améliorer l'accès aux soins. En mettant l’accent sur la télémédecine, le traitement par le big data des données de santé ou la médecine personnalisée, le plan propose des voies concrètes pour mieux soigner à moindre coût, tout en développant de nouvelles activités économiques en France.
  • Dispositifs médicaux et nouveaux équipements de santé
    Les industries de santé vivent actuellement une révolution technologique, potentiellement créatrice d'emplois en France. Pour s'en assurer, il faut transformer l'excellence dans la recherche en innovations et réussites industrielles.
  • Objets connectés
    Avec des entreprises telles que Medissimo, Myfox, Netatmo, Parrot, Sen.se, Sigfox ou Withings, la French Tech dispose de précurseurs des « objets connectés ». Le plan vise à renforcer et développer cette offre « made in France » de lieux de création et d’industrie dédiés. L’action-phare est en effet la création à Angers d’une première « Cité de l'objet connecté » qui rassemblera designers, assembleurs et sous-traitants de la plasturgie et de la mécanique, pour mettre au point les nouveaux objets de cette révolution numérique.

4 juin 2014 : Sept nouveaux plans entrent en action

  • Textiles techniques et intelligents
    L’industrie textile « made in France » a un bel avenir devant elle grâce à un tissu d’entreprises résilientes et innovantes à la pointe des transitions écologique et numérique du secteur. Des premiers projets de textiles connectés ou recyclés bénéficieront d’un soutien financier de l’Etat dans les prochaines semaines.
  • Produits innovants pour une alimentation sûre, saine et durable
    Ce plan s’est appuyé sur un appel à manifestation d’intérêt qui a recueilli plus de 530 projets d’entreprises agroalimentaires issues de toute la France. Ces projets visent la reconquête de la compétitivité dans les métiers de la viande, les emballages intelligents, le froid durable, le contrôle de la qualité des aliments et le marché de l’alimentation fonctionnelle et sur mesure. Il s’agit désormais de mobiliser les outils de financement à destination des entreprises qui portent des projets sur ces thèmes. Cela passera notamment par un appel à projet dédié aux investissements dans le domaine de l’alimentation fonctionnelle et sur mesure à paraître en juillet, avec un objectif de financement de 20 M€.
  • Qualité de l’eau et gestion de la rareté
    De la station d’épuration du futur, plus sobre en énergie, au dessalement de l’eau de mer, ce plan va permettre à nos grandes entreprises leaders dans le secteur de démontrer leurs capacités d’innovation par des projets concrets et de fédérer autour d’eux un écosystème de petites entreprises françaises innovantes.
  • Cloud computing - Souveraineté Télécoms - Cybersécurité
    Ces plans visent à construire un monde numérique plus sûr en développant des offres concrètes pour conserver et protéger les données en France. C’est essentiel pour protéger la vie quotidienne des Françaiset pour protéger l’inventivité et la croissance des entreprises et notamment de la « French Tech ».
  • Réalité augmentée
    Voix augmentée, maintenance aéronautique facilitée, visite muséale ou touristique augmentée : quatre projets concrets ont été identifiés pour démontrer la capacité des entreprises françaises à utiliser les nouvelles technologies de la réalité augmentée.

7 mai 2014 : point d'étape au conseil des ministre et Comité de pilotage

 A l'issue du conseil des ministre, un second comité de pilotage de la Nouvelle France Industrielle s'est tenue au Palais de l'Élysée en présence du Président de la République.

Quatre nouvelles feuilles de routes ont été validées :

  • Usine du futur
  • Réseaux électriques intelligents
  • Logiciels et systèmes embarqués
  • Supercalculateur

14 mars 2014 : premier comité de pilotage

Le premier comité de pilotage s'est tenu le 14 mars 2014. A cette occasion, cinq feuilles de routes ont été validées : voiture pour tous consommant moins de 2 litres aux 100 km, bornes électriques de recharge, autonomie et puissance des batteries, avion électrique et nouveaux aéronefs et satellite à propulsion électrique (cliquer dans la liste ci-dessous pour plus d'information).

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »