Accueil du portailNUMERIQUEGrands dossiersNano2022 › Présentation du plan Nano 2022

Écouter la page
 

Présentation du plan Nano 2022

Le plan Nano2022 est un plan de soutien à l’industrie de la micro/nanoélectronique, qui doit permettre de consolider l’industrie nationale dans le domaine de la fabrication de composants électroniques.

Cette industrie, qui figure parmi les technologies clés génériques, est en effet stratégique tant pour son rôle initiateur dans le processus d’innovation des filières avales, que pour assurer à la production nationale une indépendance économique et une autonomie dans les domaines de souveraineté.

Ce plan vise à épauler les industriels nationaux dans le contexte d’une industrie nécessitant des investissements élevés pour rester dans la course à l’innovation, sur un marché très dynamique et en grande concurrence.

Il s’inscrit dans un projet européen ambitieux et structurant (Important Project of Common European Interest, ou IPCEI ) pour la nanoélectronique. Cet IPCEI, conclu entre quatre pays (France, Allemagne, Royaume-Uni et Italie), est divisé en cinq sous projets :

  • Les composants à faible consommation énergétique (FD-SOI)
  • Les composants de puissance
  • Les capteurs intelligents
  • les équipements de fabrication de semi-conducteurs
  • les circuits en matériaux composites

Le projet important d’intérêt européen commun (PIIEC ou IPCEI en anglais) est un dispositif dérogatoire au régime des aides d’État prévu par le Traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne (TFUE), qui permet notamment d’accorder des aides aux travaux de première industrialisation.

De gauche à droite : Rudi DE WINTER (XFAB), Jean-René BOIS (UMS), Jean-Marc CHERY (STMicroelectronics Groupe), Emmanuel SABONNADIERE (Directeur du CEA-Leti), Christophe MALEVILLE (Soitec), Bruno LE MAIRE (Ministre de l’économie et des finances), Jean-François DELEPAU (Sofradir-Ulis), Cyril MENON (Soitec), Thierry TINGAUD (STMicroelectronics France).

Le soutien public au plan Nano2022 entraînera de nombreux effets positifs les écosystèmes français et européens. En France, les retombées attendues incluent :

  • des dépenses de travaux et d’investissements réalisés par les partenaires, à hauteur de 5 milliards d’euros ;
  • 4 000 emplois directs créés ou maintenus ainsi que 8 000 emplois indirects et induits potentiels ;
  • le maintien et le développement des sites industriels, avec la création de nouvelles capacités de production sur le territoire national ;
  • le renforcement de la collaboration entre les acteurs de l’écosystème, au-delà du seul cadre de travaux de R&D ;
  • le soutien à l’innovation et à la compétitivité des filières situées en aval, ainsi que la sécurisation de leur approvisionnement en composants.

 

Bénéficiaires du plan Nano2022

Financement du plan Nano2022

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »