Accueil du portailNUMERIQUEGrands dossiersIntelligence artificielle › France Terre d’Intelligence Artificielle

Écouter la page
 
Numérique

France Terre d’Intelligence Artificielle

Dans son discours du 29 mars 2018, le Président de la République présentait une stratégie ambitieuse en faveur de l’intelligence artificielle, portée par un investissement public inédit de 1,5 milliard d’euros sur cinq ans.

Par l’intermédiaire de la DGE, le Ministère de l’Economie et des Finances est chargé de définir et de mettre en œuvre le volet économique de la stratégie nationale en intelligence artificielle. Le 3 juillet, le ministre de l’économie et des finances, a présenté celui-ci lors de l’événement « L’IA au service des entreprises ».

 

Dans un futur proche les technologies d’Intelligence Artificielle transformeront l’intégralité du tissu économique mondial. Son appropriation par tous les acteurs économiques est un facteur clé pour la compétitivité de nos entreprises.

La France peut se prévaloir de nombreux atouts dans ce domaine grâce l’existence sur son territoire d’un écosystème performant s’appuyant sur

  • des formations de qualité ;
  • les plus grands experts mondiaux issus de la recherche académique française ;
  • des dispositifs performants de transferts de technologies entre les acteurs académiques de l’intelligence artificielle et les entreprises ;
  • un territoire attractif pour les investisseurs ;
  • l’implantation de laboratoires de recherche en France afin de développer son écosystème.

 

Cette stratégie nationale s’articule autour de 3 enjeux principaux :

  1. atteindre un niveau d’expertise de rang mondial en attirant les meilleurs talents ;
  2. garantir la confiance des utilisateurs en soutenant une approche éthique de l’IA ;
  3. diffuser l’IA dans l’économie et les services publics pour simplifier la vie des Français, et renforcer la compétitivité de nos entreprises et la performance de nos administrations.

L’IA au service des entreprises

Le Ministère de l’Economie et des Finances est chargé de définir et de mettre en œuvre le volet économique de la stratégie nationale en intelligence artificielle. Celui-ci a pour ambition de faire émerger une offre d’IA française, de stimuler la demande via le soutien de la diffusion de l’IA dans tous les secteurs économiques, et toutes les tailles d’entreprise, sur l’ensemble du territoire, et de développer une économie de la donnée.

La mise en œuvre d’une politique économique articulée autour de la donnée est un des volets majeurs du rapport Villani sur l’intelligence artificielle : « les données sont la matière première de l’intelligence artificielle, et d’elles dépend l’émergence de nombreux usages et applications ». A cet égard, l’accès aux données est stratégique pour, notamment, l’entraînement d’algorithmes via les techniques d’apprentissage automatique de type machine learning et deep learning.

Par conséquent, l’accès aux données publiques et l’incitation au partage de données privées constituent un des piliers de la stratégie nationale en matière d’IA. Ils concernent tous les secteurs d’activité, notamment ceux dans lesquels la France dispose de fleurons industriels compétitifs à l’international (santé, industrie, mobilité, énergie et environnement).

Appel à projet : mutualisation et partage de données

Faisant suite à l’Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) diffusé à l’automne, la DGE, en partenariat avec le SGPI et la BPI a annoncé le 3 juillet 2019, lors de l’événement « l’IA au service des entreprises », un amendement à l’appel à projet « Mutualisation de moyens au service des filières et plateformes numériques de filières ». Celui-ci permet de soutenir des initiatives de mutualisation et de partage des données destinées à l’IA.

Un Manifeste de collaboration entre industriels

Huit groupes industriels français de dimension mondiale (Thales, Valeo, Air Liquide, Dassault Aviation, EDF, Renault, Safran et Total) ont élaboré un Manifeste, en lien avec le ministère de l’Economie et des Finances et la DGE, dans lequel ils partagent une vision commune d’une IA centrée sur le respect des valeurs françaises et européennes de l’IA. 

Ils identifient d’une part des thématiques d’intérêt commun : la confiance, l’exploitabilité et la certification de l’IA, les systèmes embarqués, l’IA pour la conception, la simulation, le développement, les tests et la logistique, l’IA appliquée à la maintenance et l’industrie 4.0 ou encore l’IA au service des systèmes critiques.

Les signataires relèvent d’autre part des enjeux communs relatifs à l’IA, qui doivent donner lieu à une réflexion entre acteurs publics et privés : la mutualisation de moyens de recherche et de développement, l’accroissement de la visibilité des usages de l’IA dans l’industrie et le recrutement de talents en France. Ils s’engagent aussi à leur niveau pour soutenir l’action de la France dans la protection de sa souveraineté tant dans sa dimension économique que nationale.

Tous les acteurs qui partagent la même vision stratégique, qu’ils soient privés ou public, sont invités à rejoindre l’initiative.

Des défis et des challenges

Les Grands défis, sélectionnés par le conseil de l’innovation et financés à hauteur de 120 M€ par an par le Fonds pour l’innovation et l’Industrie (FII), visent à répondre à des enjeux sociétaux dans des domaines stratégiques nécessitant la levée de barrières technologiques. Ils doivent :

  • avoir une portée scientifique et technologique et s’attaquer à des champs et à des verrous technologiques peu explorés ;
  • présenter un enjeu sociétal et offrir des perspectives de débouchés commerciaux ;
  • pouvoir s’appuyer sur un vivier d’excellence de laboratoires français et d’entreprises.

 

Deux grands défis concernent déjà directement l’Intelligence Artificielle :

  • Comment améliorer les diagnostics médicaux par l’intelligence artificielle ?
  • Comment sécuriser, certifier et fiabiliser les systèmes qui ont recours à l’intelligence artificielle ?

Le dispositif « Challenges IA », financé par le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), favorise des démarches d’open innovation entre, d’une part, les entreprises ou entités publiques confrontées à des enjeux numériques et, d’autre part, les start-ups ou PME qui fourniront des technologies innovantes. Leur objectif est de faire émerger des solutions radicalement nouvelles pour l’ensemble des acteurs économiques.

Événement

3 juillet 2019 : L'IA au service des entreprises

A lire également : L’intelligence artificielle au service des entreprises : stratégie nationale pour l'IA, présentation du volet économique (dossier participants)

 

 

 

 

Le Manifeste

Appel à projet

 

Aller plus loin

 

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »