Écouter la page
 

Financement

Le financement des travaux prévus au sein du plan Nano2022 est assuré par :

  • l’Etat pour 886,5 millions d’euros, financés par le Plan d’investissement avenir (PIA), le Fond pour l’innovation et l’industrie (FII), le ministère des Armées et la Direction générale des entreprises pour le compte du Ministère de l’économie et des finances ;
  • Les collectivités territoriales issues de cinq régions ciblées : Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne, Centre-Val de Loire, Normandie et Provence-Alpes-Côte d’Azur ;
  • L’Union européenne, à travers la part cofinancée par la Commission des projets retenus au titre des appels annuels de l’entreprise tripartite ECSEL ;
  • Les industriels eux-mêmes, qui assurent la part prépondérante des dépenses.

 

La CDC (Caisse des dépôts et consignations) sera étroitement associée, en tant qu’opérateur du PIA, à la mise en œuvre du plan Nano2022.

 

Le plan Nano2022 permet de financer d’une part le programme national et d’autre part, les partenaires français retenus dans les appels à projets européens ECSEL ou PENTA/EURIPIDES² déclinant la feuille de route technologique Nano2022.

 

Il  a déjà permis de financer plus de 30 partenaires français présents dans 8 projets européens. Tous ces projets s’inscrivent dans la feuille de route technologique Nano2022 et couvrent des travaux variés comprenant des niveaux de TRL de niveaux différents :

  • 5G_GaN2 : réduire les coûts, la consommation d’énergie et la puissance des systèmes d’antennes actives pour la 5G.
  • OCEAN12 : développer de nouveaux processeurs qui exploiteront le FDSOI pour diminuer la consommation d’énergie.
  • WakeMeUP : mettre en place une ligne pilotée pour les microcontrôleurs avancées avec mémoire volatile intégrée.
  • Ai4Di : évaluer la pertinence des méthodes d'IA dans l'industrie numérique.
  • HELIAUS : développer des systèmes de perception thermique intelligents.
  • MadeIn4 : développer de nouvelles générations d’équipements de métrologie.
  • TEMPO : balayer les options technologiques, couvrant les mémoires émergentes et l'intégration 3D, et à les associer aux paradigmes de l'informatique neuromorphique contemporaine (DNN) et exploratoire (SNN).
  • VIZTA : développer des modules de capteurs optiques spécifiques destinés à la vision 3D.
 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »