Accueil du portailINNOVATION-20308 ambitions › Huit ambitions stratégiques

Écouter la page
 

Huit ambitions stratégiques


La Commission Innovation 2030 a défini 8 ambitions dans des domaines très différents qui pourront constituer des piliers du développement futur de la France.
Les projets d’entreprise déposés dans le cadre du Concours Mondial d’Innovation devront impérativement s’inscrire dans l’une des 8 ambitions suivantes :
 

 

1. le stockage de l’énergie.

Le développement des énergies renouvelables, pour la plupart intermittentes, l’optimisation de la production électrique et le développement de la portabilité nécessitent des innovations majeures dans les systèmes de stockage. Ceci constitue un élément indispensable à la réussite de toute transition énergétique. Les projets attendus répondront donc à la problématique du stockage de l’énergie sous toutes ses formes. Les programmes de R&D pourront utilement envisager les modalités d’expérimentation in concreto de leur innovation en lien avec les territoires. Le Concours est complémentaire aux appels à projets existants notamment l’appel à manifestations d’intérêt « Stockage et conversion d’énergie » du PIA.

2. Recyclage des métaux

Le tri des déchets et le recyclage des matières constituent deux composantes essentielles de l’économie circulaire. Pourtant, dans notre pays, trop peu de déchets vont au recyclage, en comparaison de pays comme l’Allemagne. Le Concours vise à permettre de développer des réponses à ces problématiques et concerne toutes les étapes du recyclage : collecte, tri, extraction des substances d’intérêts, transformation et mise en œuvre des matières recyclées.

3. La Valorisation des richesses marines

Le Concours doit permettre l’émergence de solutions innovantes pour la valorisation des minerais métalliques sous-marins et les projets favorisant des solutions de dessalement de l’eau de mer plus efficaces, et/ou aux impacts environnementaux et énergétiques réduits.

4. Les protéines végétales et la chimie du végétal

Le Concours, au-delà des projets de R&D, doit permettre de concevoir puis de développer des prototypes de produits alimentaires nouveaux à base de protéines végétales. Les forces que constituent l’agriculture, l’industrie agroalimentaire et la tradition d’innovation culinaire pourront utilement être conjuguées. Les progrès de la biologie de synthèse et l’exploitation des ressources marines (algues, etc.) seront prises en compte dans ce Concours.  Par ailleurs, le Concours est également ouvert à des projets de chimie du végétal afin de développer de nouveaux matériaux. Il est complémentaire aux appels à projets existants notamment l’appel à manifestation d’intérêt « chimie du végétal » du PIA.

5. La médecine individualisée

Le Concours vise à recueillir des projets d’une part s’appuyant sur les sciences « omiques » (génomique, protéinomique, etc.), la biologie de synthèse, l’imagerie à haute résolution (au niveau tissulaire voire cellulaire) et les Big Data et, d’autre part, favorisant le ciblage des interventions thérapeutiques qu’elles soient pharmaceutique ou interventionnelle par imagerie.

6. La silver économie, l’innovation au service de la longévité

En France, les personnes âgées de 60 ans ou plus sont aujourd’hui 15 millions. En 2030, elles devraient être 20 millions. Le Concours vise des projets ambitieux et innovants conduisant à des produits ou services nouveaux, permettant aux seniors d’avancer en âge dans les meilleures conditions possibles. Les projets pourront utilement envisager les modalités d’expérimentation de leur innovation en lien avec les territoires.

7. La valorisation des données massives (Big Data)

La multiplication des données créées par les particuliers, les entreprises et les pouvoirs publics est porteuse de nouveaux usages et de gains de productivité. Des programmes de développement d’usages et notamment de valorisation par licence des « stocks » de données massives sont attendus.

8. Sécurité collective et protection contre les actions malveillantes

Les projets proposeront des solutions innovantes pour protéger de manière active ou passive les sites sensibles et les populations contre les actions agressives, et pour gérer les crises. Les réponses aux enjeux de l’Ambition pourront être aussi bien des matériels (ex : capteurs, robots, drones, systèmes embarqués et distribués sécurisés et sûrs) que des services ou logiciels (ex : cyber sécurité, communications et réseaux sécurisées ou résilients, systèmes d’authentification forte, analyse comportementale). Les entreprises, les startups et les PME qui développent des innovations destinées à des particuliers, des entreprises ou l’Etat, et susceptibles de répondre à un besoin de l’Ambition n°8 pourront contribuer de façon significative à l’émergence de nouvelles solutions de sécurité.