Un tourisme durable dans l’espace urbain

Imgorthand
Pour une meilleure gestion des flux touristiques des grands évènements, une étude a été menée par la Sous-direction du Tourisme - Direction Générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services (DGCIS) et la Conférence Nationale Permanente du Tourisme Urb Urbain (CNPTU).

Cette étude a été menée par ces deux direction dans le cadre d'une convention signée le 23 mars 2012. Il s’agissait :

  • d’étudier le fonctionnement du grand événement à dimension touristique, en insistant sur la gestion des flux et en capitalisant les leçons de l’expérience.
  • de connaître et évaluer les méthodes de comptage en milieu ouvert, d'identifier des publics.

Événements et tourisme

Les grands événements ont presque tous une dimension touristique, que l’événement attire des touristes ou que le tourisme soit à l’origine de l’événement. Mais l’un des enseignements du présent rapport est, d’une part, de montrer qu’une grande partie des « grands événement» relève davantage des loisirs que du tourisme et, d’autre part, d’envisager quelques pistes afin d’améliorer la touristicité du grand événement.

Le contexte national : une France, terre de festivals

Tous les grands événements ne sont pas des festivals mais tous les grands festivals sont des événements et, dans l’esprit de beaucoup, la confusion peut s’établir.

Il faut dire que la France est, par excellence, une terre de festivals, au point qu’il est impossible d’en connaître le nombre exact et que, de manière assez générale, festivals et événements peuvent résumer une grande partie des politiques culturelles mises en oeuvre en France.

Mis à jour le 06/12/2019

Partager