Les savoir-faire dans les industries de la mode et du luxe

Cette étude de recensement et de cartographie porte sur les secteurs du cuir (tannerie, gants, chaussure, maroquinerie), de la fourrure, de l’habillement (façonniers, haute-couture, prêt-à-porter et tailleur), de la bijouterie/ joaillerie, de l’horlogerie et de la lunetterie.

Les marchés du luxe et de la mode connaissent de forts taux de croissance sous l’effet du développement des marques et des enseignes à l’international, en particulier grâce à l’essor des marchés asiatiques. Si les Etats Unis restent le premier marché pour les produits de mode et de luxe dédiés à la personne, les chinois sont désormais les premiers consommateurs de produits de luxe (25%) devant les européens (24%) et les américains (20%).

« L’exception française » s’appuie sur un réseau de PME aux savoir-faire réputés tant dans leur environnement professionnel qu’auprès des clients. Mais la situation est contrastée selon les sous-secteurs étudiés.

Les industries de la mode et du luxe représentent une filière stratégique pour la France à double titre :

  • d’une part, le potentiel de développement reste significatif malgré le ralentissement conjoncturel de la croissance enregistré,
  • et d’autre part elles contribuent à l’activité économique (excédent commercial de 30 milliards d’euros2), au rayonnement international et à l’image de la France.

Le Comité Stratégique de Filière (CSF) des industries de la mode et du luxe a identifié six orientations thématiques majeures : consolider la filière industrielle ; élaborer une vision de la sous-traitance française à l’horizon 2020 ; encourager l’émergence de nouvelles marques ; clarifier l’offre de formations et renforcer l’attractivité des métiers de la mode et de la création ; adapter l’organisation du travail dans la filière aux exigences de la saisonnalité de l’activité ; et valoriser le made in France.

Le périmètre de l’étude concerne les secteurs des biens à la personne, à savoir : le cuir (tanneries / mégisseries, chaussure, ganterie, maroquinerie), la fourrure, l’habillement (façonniers, haute-couture, prêt-à-porter et tailleur), la bijouterie / joaillerie, l’horlogerie et la lunetterie.

 

Mots clés

Mis à jour le 13/12/2019

Partager