Industrie automobile : facteurs structurels d'évolution de la demande


Mutations économiques dans le domaine automobile 

Secteur clé de l'économie nationale en termes d'emploi, d'innovation et de valeur ajoutée, l'industrie automobile se trouve confrontée à de nouveaux défis, liés à des mutations structurelles, que la crise économique et financière de 2008-2009 a contribué à révéler.

En 2008, le secteur de l'industrie automobile employait en France 239 711 personnes (équivalent temps plein) et représentait 8,3 % de la valeur ajoutée de l'industrie manufacturière (hors IAA). Au cours de cette même année, l'industrie automobile a contribué à 11,5 % des exportations de l'ensemble de l'industrie.

Au regard de ces enjeux, le Pôle interministériel de prospective et d'anticipation des mutations économiques (PIPAME) a fait réaliser une étude prospective portant sur les « mutations économiques dans le domaine automobile ». Cette étude met en évidence, selon une approche prospective, un ensemble complexe de facteurs susceptibles d'influencer l'évolution de la demande d'automobiles dans les années futures.

Une comparaison internationale montre qu'il existe une corrélation forte entre le taux d'équipement en automobiles et le niveau de développement économique des pays : les parcs automobiles tendent à augmenter avec le degré de richesse par habitant des diverses économies. À l'horizon de l'année 2020, la croissance de ces parcs pourrait ainsi être impulsée par certains pays émergents. Toutefois, d'autres facteurs doivent être pris en compte pour anticiper les évolutions futures de la demande automobile, notamment au sein des marchés matures de pays industrialisés comme la France. L'évolution des comportements des diverses générations ou les différents arbitrages auxquels se livrent les ménages pour assurer leur mobilité laissent entrevoir l'érosion de certains facteurs qui ont porté le modèle traditionnel du marché de l'automobile.

Deux contraintes de portée mondiale, l'augmentation prévisible du prix du pétrole et l'impératif de limitation des gaz à effet de serre, semblent jouer un rôle moteur majeur dans cette mutation. Le développement du marché des véhicules à énergie alternative, voitures hybrides ou électriques, peut alors être envisagé comme une piste contribuant à répondre à cette double contrainte économique et écologique. Mais la levée d'obstacles, à la fois d'ordre technologique et économique, paraît encore nécessaire pour permettre, sur une échelle significative, l'acceptation par les consommateurs de ces solutions alternatives.

 

Mis à jour le 18/05/2020

Partager