Présentation du plan de soutien à l’automobile

26/05/2020

microolga / Getty images
Le président de la République a présenté ce mardi 26 mai 2020 un plan de soutien à la filière automobile de plus de 8 milliards d’euros d’aides et d’investissements.

Fortement impactée par la crise sanitaire actuelle, l’automobile est une filière industrielle essentielle et stratégique pour la France, représentant plus de 4000 entreprises industrielles et 400 000 emplois.

L’industrie automobile mondiale a été très fortement impactée par la crise du covid-19 et la chute brutale de la demande, alors qu’elle devait déjà faire face à une exigence de profonde transformation structurelle, afin d’assurer sa transition écologique et numérique. Les prévisions actuelles du marché automobile font état d’une baisse du marché en 2020 d’au moins 20% au plan mondial et potentiellement de 30% en Europe. En France, le marché automobile a chuté de 72% en mars et de 89% en avril. Le marché du véhicule industriel est également très fortement impacté par la baisse des activités économiques du pays.

Le secteur automobile a bénéficié des premières mesures d’urgences mises en place par le Gouvernement. Pendant la période de reprise partielle et progressive de l’activité, le Gouvernement poursuivra son soutien au travers des prêts garantis par l’Etat, de l’activité partielle à moyen terme, et de la mobilisation des prêts sur le Fonds de développement économique et social (FDES) et des avances remboursables. Les services de l’Etat seront tout particulièrement mobilisés pour soutenir les entreprises en difficulté.

Au-delà de ces mesures d’urgences, le plan de soutien doit permettre à l’industrie automobile de se transformer pour être plus compétitive et d’être exemplaire en matière de décarbonation.

Ce plan répond à trois objectifs :

Renouveler le parc automobile français en faveur des véhicules propres

  • Le bonus pour l’achat d’un véhicule électrique passe de 6000 à 7000 € pour les particuliers, pour l’achat d’un véhicule d’une valeur inférieure à 45 000 €.
  • Le bonus pour l’achat d’un véhicule électrique pour les flottes d’entreprises passe à 5 000 €, pour l’achat d’un véhicule particulier ou utilitaire léger d’une valeur inférieure à 45 000 €.
  • Mise en place d’un bonus de 2 000 € pour l’achat de véhicules hybrides rechargeables pour les véhicules d’un montant inférieur ou égal à 50 000 €.
  • La prime à la conversion passe à 3000 € pour les ménages modestes pour l’achat d’un véhicule thermique et à 5 000 € pour l’achat d’un véhicule électrique ou hybride rechargeable
  • Assouplissement du critère d’éligibilité pour la mise au rebut du véhicule, en incluant les Crit’air 3 pour les ménages « très modestes » et Crit’air 4 pour les autres.
  • Le nombre de ménages éligibles à la prime à la conversion augmentera grâce au relèvement du seuil de revenu fiscal de référence passant de 13 500€ à 18 000€ pour couvrir 75 % de la population.
  • Les acheteurs publics, dont l’État, accélèreront le renouvellement de leurs flottes de véhicules. Le Gouvernement adoptera dans les prochaines semaines une circulaire relative aux flottes de véhicules imposant un objectif de 50% de véhicules électriques, hybrides ou à hydrogène pour les acheteurs publics.
  • Accélération du déploiement de bornes de recharge électrique. Le nombre de points de recharge passera à 100 000 bornes d’ici 2021 au lieu de 2022.
  • Les collectivités locales seront invitées à proposer des avantages à l’usage des véhicules en mode électrique zéro émission (gratuité des parkings publics, utilisation de voies réservées etc.).

Investir et innover pour produire les véhicules de demain

  • Création du Fonds d’avenir pour l’automobile doté de 1 milliard € destiné à la modernisation et la numérisation des chaînes de production, à la transformation écologique de la filière automobile et à l’innovation.
  • Dans le détail, 600 M€ d’investissements en fonds propres sont destinés à la consolidation de la filière. 200 M€ pour la modernisation et la décarbonation de l’outil productif. 150 M€ d’aides pour la R&D et l’innovation du secteur.

Soutenir les entreprises en difficultés et protéger les salariés

  • Déploiement d’un plan massif de développement de compétences
  • Compte tenu des perspectives d’une rentrée très difficile pour l’alternance (apprentissage et contrats de professionnalisation), un plan d’urgence sera mis en œuvre pour réduire significativement le coût d’un jeune en alternance et permettre à la filière de viser une stabilisation du niveau d’alternants

 

Liens et téléchargements

télécharger
Le dossier de presse

(PDF, 888.14 Ko)

Mots clés
Mis à jour le 27/05/2020

Partager