Accueil du portailETUDES-ET-STATISTIQUESTourismeÉtudes › Le Tourisme d’Affaires dans le Grand Paris : pour une nouvelle ambition - Juin 2011

Mouvement des « gilets jaunes » : accompagnement des entreprises
Mouvement des « gilets jaunes » : accompagnement des entreprises
Voir les mesures d’accompagnement mobilisables par les entreprises; la boite mel dédiée mise à votre disposition, les pages locales des DI(R)ECCTE...
En savoir plus

 

Écouter la page
 
Tourisme

Le Tourisme d’Affaires dans le Grand Paris : pour une nouvelle ambition - Juin 2011

Rapport de Gilles PELISSON, assisté de Marie-Christine ARMAIGNAC, Jacques LOVERGNE, Contrôleurs généraux économiques et financiers.

Au niveau mondial, le tourisme d’affaires, au travers des foires, salons et congrès notamment, connaît sur le long terme une croissance durable et forte, nonobstant les périodes de crise économique.

Paris a longtemps été la destination phare et elle reste encore aujourd’hui attractive comme l’attestent des chiffres – au demeurant foisonnants et variables selon les sources (deux instances internationales font autorité pour les congrès, mais la situation est plus disparate pour les salons) et surtout, selon les critères utilisés (la taille ou le degré d’internationalisation de l’événement, par exemple...) qui font que la collecte présente des disparités importantes.

Néanmoins, on doit se demander si Paris tire pleinement avantage de sa situation exceptionnelle, et pourquoi elle connaît, en valeur relative, une diminution de sa position dans les classements internationaux.

L’objet de ce rapport est d’évaluer la réalité de cette tendance et d’examiner les forces et faiblesses de la place pour faire apparaitre « une nouvelle ambition ».

Cette interrogation n’est pas nouvelle, et la décennie écoulée a été riche en réflexions alimentées au niveau national et régional par de nombreux rapports, tel celui de Jean-Luc Margot-Duclot pour le Conseil régional en 2005, de Bernard Plasait pour le Conseil économique et social de 2007, de Philippe Augier au Président de la République en 2010 et celui du Conseil national du tourisme en février 2011.

Des propositions ont été formulées, dont les pouvoirs publics se sont souvent inspirés, à la fois pour tenter de remédier aux faiblesses constatées, principalement dans le domaine de l’accueil, et pour inscrire cet effort dans une politique plus globale d’internationalisation.

Ce rapport mesurera les progrès récemment accomplis, et ceux qui doivent encore être réalisés, en tenant compte du contexte nouveau induit par la politique du Grand Paris.

Or, le Schéma de transports du Grand Paris n’a notamment pas pris en compte de manière spécifique l’attente forte des touristes d’affaires, quant à un accès rapide de leur point d’arrivée (majoritairement l’aéroport de Roissy) jusqu’au centre de Paris, où se situent les sites des foires, salons, congrès, évènements, ainsi que les hôtels.

La mission s’est attachée à recueillir le témoignage de l’ensemble des acteurs, publics et privés, du tourisme d’affaires, en procédant à une comparaison internationale, à partir d’études existantes et grâce à une série de contacts avec les responsables de places plus ou moins concurrentes, comme Francfort, Barcelone, Vienne, Berlin, Dubaï et Singapour ainsi que Lyon.

Dans l’esprit d’une « nouvelle ambition pour le tourisme d’affaires » pour le Grand Paris, elle s’est donné pour objectif de faire à la fois des recommandations à caractère structurant et dont la réalisation pourrait s’inscrire dans un horizon à cinq ans, et des propositions très concrètes, qui pourraient, une fois prises en charge par les acteurs publics, être mises en oeuvre sans délai.

Ces vingt recommandations portent sur :

  • en premier lieu, les transports (n° 1, 14, 15 et 16),
  • les équipements (n° 2, 3, 4),
  • l’accueil (n° 5, 11, 12, 13, 17, 18),
  • et enfin sur l’organisation et la fiscalité (n° 6, 7, 8, 9, 10, 20).

Elles visent à identifier des pistes d’amélioration et à dynamiser la compétitivité de la place de Paris ; en effet, le tourisme d’affaires, pour une région comme le Grand Paris et pour la France, représente à la fois une vitrine de savoir-faire nationaux et, par l’opportunité qu’il donne à des étrangers de découvrir la ville et la région, les infrastructures et les talents, il est aussi le meilleur ambassadeur de l’attractivité de la France pour des investissements internationaux.

 

 

Téléchargement

 

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »