Accueil du portailETUDES-ET-STATISTIQUESTourismeÉtudes › La performance économique de l’offre d’hébergement touristique marchand du littoral

Écouter la page
 
Tourisme

La performance économique de l’offre d’hébergement touristique marchand du littoral

Cette étude dresse un état des lieux de l’ensemble de l’offre littorale pour les trois façades de la France métropolitaine, l’espace littoral étant le plus fréquenté et celui sur lequel la France est le plus en concurrence avec des pays comme l’Espagne. Une analyse des performances de l’hôtellerie, de l’hôtellerie de plein air, des résidences de tourisme et des villages de vacances est réalisée à partir d’un échantillon de neuf stations.

Les spécificités du littoral français sont,notamment, les suivantes. Pour l’hôtellerie, le problème de la requalification de nombreuses petites exploitations y est plus accentué. Pourl’hôtellerie de plein air, l’offre est supérieure sur le littoral (48 % du nombre total d’emplacements en France), résolument tournée vers les segments moyens et hauts de gamme et la capacité moyenne des campings y est plus élevée. Pour les résidences de tourisme, les besoins plus faibles en personnel (18,2 % du chiffre d’affaires) participent aux résultats bruts d’exploitation relativement élevés (39,9 % en moyenne). Les villages de vacances étudiés se distinguent par des résultats d’exploitation corrects (18,3 % en moyenne). L’hôtellerie a besoin de nouveaux capitaux : les chaînes intégrées comme Accor jouent ce rôle dans les destinations urbaines et dans les stations les moins saisonnières mais la plupart des stations du littoral manquent d’opérateurs moteurs. À l’inverse, sur le marché de l’hôtellerie de pleinair, l’étude a confirmé le dynamisme des acteurs : le littoral français présente quelques-uns des meilleurs établissements d’Europe.

Le littoral français attire une part de clientèle étrangère encore trop faible (14,3 % du total des nuitées hôtelières, 45,4 % du total des nuitées de l’hôtellerie de plein air, 14 % de la clientèle des résidences de tourisme et 7,1 % pour les villages de vacances). Les améliorations préconisées pour attirer cette clientèle étrangère sont : augmenter les liaisons aériennes directes et la desserte ferroviaire, remédier àla faiblesse ou l’absence d’hébergements qualitativement adaptés à la demande, améliorer la promotion, trop faible voire inexistante, auprès des principaux marchés étrangers.

Les actions d’Atout France et des collectivités territoriales pour la promotion sont à mieux coordonner et encourager.Le tourisme d’affaires est un facteur clé à développer car c’est une clientèle complémentaire de la clientèle de loisirs : les stations qui disposent d’équipements (palais des congrès) et d’une bonne desserte y parviennent.Les stations disposant de marques fortes s’appuient sur leurs valeurs traditionnelles qui renforcent un positionnement réel. En revanche, il n’est pas prouvé qu’un tel travail sur la marque peut être aussi efficace si les stations n’ont pas, au préalable, de solides atouts. La gouvernance, c’est-à-dire l’entente entre les différents acteurs (hébergeurs, offices de tourisme, etc.), doit être structurée car elle garantit une meilleure « mise en tourisme » de la destination. C’est ce qui permet d’accroître la fréquentation et les revenus générés par les différentes filières du tourisme. Il faut, par ailleurs, construire une complémentaritéentre les différents types d’hébergements,au lieu de les opposer, afin de répondre aux attentes de clientèles diverses (famille, seniors, affaires).

 

Téléchargement :

La performance économique de l’offre d’hébergement touristique marchand du littoral - Janvier 2012

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »