Accueil du portailETUDES-ET-STATISTIQUES › Industries culturelles et créatives : les actifs immatériels comme facteur de croissance

Écouter la page
 

Industries culturelles et créatives : les actifs immatériels comme facteur de croissance

du 20/03/2012 au 20/03/2012 (Clos)
Paris

Les industries culturelles et créatives (ICC), longtemps considérées comme marginales, suscitent depuis un peu plus d’une décennie une attention particulière. Étant donné la place croissante qu’elles sont amenées à prendre dans notre économie, une meilleure connaissance des entreprises culturelles et créatives constitue un enjeu important pour en favoriser le développement.

Comme dans tous les secteurs, le capital financier demeure essentiel dans les activités culturelles et créatives. Mais peut-être plus qu’ailleurs, la création de valeur fait intervenir des actifs immatériels complémentaires essentiels : talents, savoir-faire, outils créatifs, capacité de collaboration.

Conscients d’un tel enjeu, le ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie (la DGCIS), et le ministère de la Culture et de la Communication (le DEPS) ont lancé, dans le cadre du PIPAME, une étude prospective, confiée au cabinet Akoya Consulting, sur la gestion des actifs immatériels dans les industries culturelles et créatives.

Cette étude s’intéresse à trois secteurs en particulier, l’architecture, le design textile et le jeu vidéo où elle identifie les meilleures pratiques de gestion des actifs immatériels et examine dans quelle mesure elles peuvent être appliquées à d’autres industries culturelles et créatives.

Ce « Rendez-vous du PIPAME », intitulé « Industries culturelles et créatives : les actifs immatériels comme facteur de croissance », a donné lieu à une présentation des résultats de l'étude, le 20 mars 2012.

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »