Accueil du portailETUDES-ET-STATISTIQUESIndustrieProspective › L'avenir du marché de la téléassistance et des services associés

Écouter la page
 
Industrie - Études

L'avenir du marché de la téléassistance et des services associés

Le marché français de la téléassistance est estimé à 112 millions d’euros, soit 580 000 abonnés en 2015. Le parc d’abonnés a connu une croissance de 5 % par an depuis 2008, mais le marché stagne en valeur. L’étude caractérise d’abord l’offre de téléassistance et des services associés et analyse le potentiel de la téléassistance en France. Elle s’appuie également sur un parangonnage international portant sur neuf pays.

Elle analyse ensuite les besoins des particuliers et les attentes des collectivités locales et des organismes financeurs. Elle identifie aussi les solutions techniques de téléassistance susceptibles de se développer à l’horizon 5 et 10 ans. L’étude examine enfin plusieurs scénarios prospectifs. Du fait des difficultés actuelles du secteur, elle envisage un scénario critique d’évolution : prix bas, concentration autour de quelques grands opérateurs et, faute d’investissement et donc d’évolution technologique, baisse inexorable du nombre d’abonnés. Elle envisage également des scénarios plus optimistes dans lesquels les réseaux de l’internet haut débit ou ceux de la téléphonie mobile permettent aux opérateurs de développer des solutions techniques enrichies et à moindre coût. Les téléassisteurs pourraient ainsi devenir, à moyen terme, des vecteurs de déploiement des solutions numériques innovantes d’alerte et de prévention. Pour ce faire, l’État et les collectivités locales devront encourager la structuration du marché et les opérateurs devront développer de nouvelles compétences et de nouveaux services.

 

Téléchargements :

L'avenir du marché de la téléassistance et des services associés - Rapport complet

L'avenir du marché de la téléassistance et des services associés - Synthèse

Observation de l'offre de téléassistance dans neuf pays - Annexe

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »