Accueil du portailETUDES-ET-STATISTIQUES › Le 4 pages de conjoncture hôtelière - Juillet 2013

Écouter la page
 
Tourisme - Conjoncture

Le 4 pages de conjoncture hôtelière - Juillet 2013

La météo et le calendrier des vacances de printemps pèsent sur la fréquentation hôtelière

Sur le bimestre avril - mai 2013, la fréquentation hôtelière est en légère baisse
(- 0,8 %) par rapport au bimestre avril - mai 2012. La fréquentation de la clientèle d’affaires est en hausse (+ 1,2 %), tandis que les nuitées pour motif personnel diminuent (- 2,5 %). La baisse des nuitées des touristes français (- 3,0 %) est à nouveau atténuée par la hausse de celles des étrangers (+ 3,2 %). Cette dernière s’explique encore une fois par l’afflux de la clientèle lointaine (+ 13,6 %), tandis que la clientèle européenne repart à la baisse (- 1,3 %), en particulier les clientèles espagnoles et italiennes (- 17,4 % et - 8,1 %).

Malgré une météo peu favorable, la fréquentation reste quasiment stable sur le littoral et à la campagne. Avec les deux tiers des nuitées, la ville, en recul de 0,6 %, contribue fortement à la baisse. La fréquentation diminue nettement à la montagne (- 4,2 %), pénalisée par des vacances de printemps tardives. Globalement, les régions de l’Est de la France sont mieux orientées. La fréquentation résiste mieux dans les hôtels classés (- 0,3 %) que dans les hôtels non classés (- 3,0 %). Le taux d’occupation atteint globalement 59,3 %, en baisse de 0,6 point par rapport au bimestre avril - mai 2012. Il augmente uniquement pour les hôtels de luxe (5 étoiles).

 

Téléchargements :

4 pages de conjoncture hôtelière - Résultats d'avril et mai 2013

Conjoncture hôtelière - Données téléchargeables avril et mai 2013

 

 

 

 

 

Rythme des publications

Le rythme de publication du 4 pages de conjoncture hôtelière évolue.  Auparavant mensuel, le 4 pages de conjoncture hôtelière est désormais réalisé huit fois par an pour être davantage en phase avec les périodes de vacances scolaires (hors été). La publication devient bimestrielle entre octobre et mai (parutions pour  octobre-novembre, décembre-janvier, février-mars et avril-mai). Pour ces mois, le commentaire privilégie l’analyse des évolutions sur le bimestre afin de gommer les effets de décalage du calendrier scolaire d’une année sur l’autre et de mieux identifier les tendances sous-jacentes. La publication demeure mensuelle pour les mois de juin à septembre.

 

 

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »