Écouter la page
 

Section thématique Europe

Créée en novembre 2013, la section thématique Europe regroupe des représentants des Comités stratégiques de filières (CSF), d’organisations syndicales, de fédérations professionnelles et des administrations de l’État. Ses missions consistent à : partager de l’information sur les travaux en cours se rapportant à la politique industrielle européenne, coordonner des positions et actions en vue d’influencer les institutions communautaires, contribuer à l’élaboration d’avis, répondre aux besoins des CSF sur leurs sujets européens.

 

 

2016, une année de changements

2016 a constitué une année de changements importants pour les activités de la ST Europe. En interne, son président de 2013 à 2016, Jean-François GAYET, délégué général du Cercle de l’Industrie, a passé le relais à un nouveau tandem de deux co-présidents : Loïc ARMAND, président de L’Oréal France et président de la Commission Europe du MEDEF, et Frédéric HOMEZ, secrétaire général de la Fédération FO de la Métallurgie.

Au cours des trois années écoulées, la ST Europe a notamment élaboré deux avis relatifs au soutien européen à l’industrie et à la politique énergie-climat de l’Union européenne (UE), une communication sur le marché unique numérique ainsi qu’un vade-mecum sur les opportunités de financement du programme Horizon 2020.

Au plan européen, la décision du Royaume-Uni (RU) de se retirer de l’UE suite au référendum de juin 2016, a créé une incertitude préjudiciable au climat économique et social. Cette décision emporte, en effet, des enjeux de première importance pour l’avenir des filières industrielles françaises tant l’issue des futures négociations est incertaine.
L’activation de l’art.50 du Traité sur l’Union européenne marque l’ouverture de la négociation, éventuellement séquencée, de deux accords, entre lesquels pourrait se poser la question d’une phase de transition : un accord de retrait réglant les conditions de sortie du Royaume-Uni (RU) de l’UE et un accord régissant leurs futures relations. Toutefois, la perspective probable d’un Hard Brexit (sans accord sur les futures relations), voire d’un Dirty Brexit (sans accord de retrait), ne doit pas être exclue.

La ST Europe a jugé nécessaire d’élaborer une recommandation, préalable à un avis du CNI en 2017, sur les conséquences économiques et sociales du retrait du RU. Dans ce but, les CSF ont été sollicités afin de faire remonter leurs analyses quant aux impacts du Brexit sur leurs filières.

La ST Europe s’est également investie en vue de mieux impliquer les CSF et les autres ST à ses activités et à la définition de ses priorités de travail : ainsi ont été organisés une réunion ouverte à tous, avec des grands témoins traitant de la politique commerciale européenne (février 2015), ainsi que des séminaires d’échanges (septembre-octobre 2016) avec les vice-présidents des CSF et des ST. De ces échanges, ont émergé comme thèmes européens structurants pour les filières, le besoin de conditions de concurrence équitable en matière de politiques commerciale et énergie-climat, le respect des engagements sociaux et environnementaux dans les accords de libre-échange, éviter la surrèglementation, mobiliser les financements européens au bénéfice des acteurs français et impliquer les territoires dans l’Europe.

Les perspectives 2017

Prenant en compte le démarrage des futures négociations du Brexit ainsi que les conséquences encore difficiles à prévoir des élections présidentielles aux États-Unis, le plan de travail 2017, coconstruit avec l’ensemble des CSF et des ST, s’emploiera prioritairement à :

1) promouvoir une stratégie industrielle européenne renforcée qui permette aux entreprises industrielles européennes de jouer à armes égales face à la concurrence internationale ;

2) accompagner les négociations du Brexit afin d’en mesurer les impacts pour les filières et peser sur les décisions (avis 2017 et suivi) ;

3) mieux soutenir les entreprises françaises, en particulier les PME, à participer aux programmes européens, notamment au moyen d’un Guide des financements européens.

 


 

Le mot des co-présidents

Loic ARMAND

président de L’Oréal France
et directeur général des relations extérieures
du groupe L’Oréal.

Frédéric HOMEZ

secrétaire général de FO

 

 

« Jamais dans l’histoire de la Section thématique Europe du CNI, nous ne nous sommes trouvés dans une situation aussi dramatique. Jamais donc, la qualité et la sincérité du dialogue entre les représentants des organisations professionnelles, des organisations syndicales, des administrations concernées et des personnalités qualifiées n’a été aussi utile. Le Brexit, la montée des sentiments anti-européens, le contexte géopolitique sont autant de raisons de nous voir au sein de la section Europe, d’échanger et d’affiner nos positions communes. Ce sera l’objet de nos travaux futurs. Cela ne nous empêche pas de distinguer de nombreuses voies d’amélioration dans son fonctionnement..

La France ne sera forte que dans une Union européenne renforcée, ouverte sur le monde mais capable aussi de se défendre à armes égales avec les plus grands, une zone où il fait bon vivre, respectueuse de l’environnement et au service de ses concitoyens ».

Plus d'infos

 

 

Le Vadémécum de la ST Europe sur le programme Horizon 2020

 

Contacts

 

Nolwenn CEZILLY (DGE)
nolwenn.cezilly[a]finances.gouv.fr

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »