Accueil du portailCONSEIL-NATIONAL-INDUSTRIEActualités › Rapport « Vision prospective partagée des emplois et des compétences – La filière numérique »
Écouter la page
 
Industrie - Études - Formation

Rapport « Vision prospective partagée des emplois et des compétences – La filière numérique »

Lors de sa séance plénière d’octobre 2015, le Conseil national de l’industrie (CNI) remettait pour la première fois un avis au gouvernement sur les enjeux de l’emploi et de la formation pour l’industrie . Les questions centrales étaient les suivantes :

  • comment construire une démarche d’anticipation des besoins en compétences et en qualifications dans un contexte d’incertitude forte ?
  • Comment identifier les mutations économiques et technologiques, et les transitions professionnelles à opérer ?

Pour tenter de répondre à ce défi, le CNI a proposé l’élaboration au sein de chaque Comité stratégique de filière (CSF) d’une « Vision prospective partagée des emplois et des compétences », bâtie non par simulation de scénarios macroéconomiques mais à partir des réalités des stratégies industrielles et territoriales.

Le ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et la ministre du Travail de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social ont demandé que cette démarche fasse l’objet d’une expérimentation. Ce rapport sur la filière numérique est le premier résultat visible de ce travail, conduit dans le cadre d’un partenariat entre le CNI, France Stratégie et le Céreq.

Il aboutit à deux principaux résultats opérationnels :

  • la production d’un répertoire des métiers « cœur du numérique », qui crée un langage commun et partagé entre des acteurs d’horizons divers et donne une vision des métiers en développement à deux ou trois ans ;
  • et la mise en lumière, à partir de cas concrets, d’une nouvelle approche «itérative et en réseau » qui doit fonder la relation formation-emploi.

Le rapport confirme aussi tout l’intérêt du processus innovant mis en place pour cette expérimentation : mode de travail participatif, co-construction, recherche de solutions pragmatiques face à des difficultés d’analyse, travail finalisé sur la production d’une synthèse partagée et appropriable par tous.

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »