Écouter la page
 

La filière Nucléaire

© EDF314_MC3_026 -
EDF-Matthieu Colin

La filière nucléaire française regroupe des groupes industriels français d’envergure internationale, des organismes publics de recherche et un tissu de plusieurs centaines de PME : exploitants nucléaires, sociétés d’ingénierie, fournisseurs de services, fabricants d’équipements. C’est une filière intégrée, dont les activités, avec l’appui de la recherche et du développement (R&D), se structurent autour du cycle de vie du combustible, de l’exploitation des réacteurs électronucléaires et des activités de démantèlement, de gestion et de stockage des déchets radioactifs.

Par cette dimension intégrée et son savoir-faire technologique et opérationnel de premier plan, la filière nucléaire française a développé une excellence mondialement reconnue.

La filière industrielle nucléaire, qui rassemble 2 500 entreprises employant près de 220 000 salariés (empois directs et indirects) particulièrement qualifiés, génère un chiffre d’affaires de 50 Md€ dont 14 Md€ de valeur ajoutée. La filière consacre 1,8 Md€ à des activités de R&D, ce qui la place en 4e position des industries les plus innovantes.

 

Le CSF Nucléaire (CSFN), coprésidé par la ministre de l’Environnement de l’Energie et de la Mer et par le ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, réunit l’ensemble des acteurs de la filière nucléaire : exploitants, sociétés d’ingénierie, fournisseurs de services, fabricants d’équipements, entreprises du cycle du combustible, donneurs d’ordres, sous-traitants et organisations syndicales représentatives des salariés. Le CSFN a pour mission de renforcer les relations et les partenariats entre ces acteurs afin de dynamiser et développer « l’écosystème nucléaire français » et de renforcer la compétitivité du tissu industriel en France et à l’international.

Optimiser la gouvernance et la performance industrielle de la filière

Essentiels à la structuration de la filière, les statuts du CSFN sont en cours de finalisation. Afin de permettre une adhésion ouverte à tous ses membres en s’appuyant sur les structures existantes et leur rayonnement territorial. L’enjeu est de rendre la filière éligible aux financements nationaux et européens au même titre que les autres filières. C’est dans ce cadre que va s’inscrire la démarche de performance industrielle de la filière visant à améliorer la performance de la « supply chain », la compétitivité des PME-ETI ainsi que la relation entre les donneurs d’ordres et les fournisseurs.

Consolider la démarche responsable déjà engagée en termes d’emploi

La filière doit faire face, en France et à l’international, à de grands chantiers (Grand carénage, EPR, etc.), sur des périodes allant de plusieurs années à quelques décennies. L’expertise technique de la filière, construite depuis plusieurs décennies (R&D, ingénierie, exploitation de sites), est confrontée à un double défi majeur: le renouvellement générationnel avec la nécessité de développer, transmettre et capitaliser les savoir-faire. L’année 2015 a notamment été consacrée à poursuivre l’élaboration d’une offre de projet (éligible à l’AAP PIA-PFPE) selon trois priorités : attirer les jeunes vers les métiers techniques du nucléaire et les formations ciblées, en lien avec les autres filières; renforcer l’employabilité, sécuriser les compétences les plus sensibles et organiser leur transmission; associer toutes les parties prenantes dans des projets opérationnels pour renforcer la dynamique emploi et formation sur le territoire.

Améliorer l’accès des PME-ETI à l’innovation

Dans le cadre de son «axe innovation», le CSFN a poursuivi ses travaux dans trois directions : l’accroissement de la participation des PME-ETI aux projets de R&D, l’étude des modes de financement de la R&D et le maintien de l’excellence de la filière. 2015 a été marquée par le montage du dispositif pour consolider et pérenniser la «convention pluriannuelle» et le « parcours collaboratif contractualisé » visant à l’éligibilité à l’appel à projet du PIAVE. Une analyse des modes de financement de la R&D a été réalisée au niveau international (USA, Russie, Corée du Sud et Royaume Uni), avec le soutien de l’I-tésé.

Les travaux sur les « compétences et expertises de la R&D » ont permis de construire un référentiel  commun aux grands acteurs tels EDF, CEA, AREVA, ANDRA, IRSN et CNRS.

Contribuer au développement et à la promotion de la filière

La concurrence agressive des principaux pays fournisseurs de technologies et services nucléaires sur les marchés internationaux (près de 500 réacteurs nucléaires en service au niveau mondial) et la poursuite ou le lancement de nouveaux projets de construction, notamment dans des pays nouveaux entrants, ont conduit l’ensemble des acteurs français de la filière nucléaire à renforcer les actions d’organisation et de structuration pour leur activité à l’export, que ce soit pour les offres de nouveaux réacteurs ou les services.

Plusieurs démarches ont été entreprises afin de renforcer l’accompagnement des PME-ETI à l’export.  Par exemple, la mise en place de l’ « observatoire des marchés exports », la création du salon WNE, l’amélioration du dispositif de financement export français pour les grands contrats, la publication d’un «vademecum financier»,  la réflexion sur la mise en place d’un dispositif mutualisé d’expertise et d’appui opérationnel aux membres de la filière, etc.

Créés en 2015, les GT « Nouveau Nucléaire » et « Codes Normes et Standards Internationaux » ont pu ainsi définir leur feuille de route dans la continuité de ces démarches.



 

Jean-Bernard LEVY

Président Directeur Général d’EDF, vice-président du CSFN

 

 

 

"La filière nucléaire joue un rôle essentiel sur le territoire national : le poids de l’activité qu’elle développe, le rôle qu’elle joue dans la création de valeur et d’emplois en font une filière stratégique pour notre pays.

Pour répondre aux enjeux de l’économie française, tels que le Grand Carénage, et pour gagner de nouvelles parts de marché à l’international, nous devons collectivement continuer à développer et à rendre encore plus performant notre tissu industriel.

Dans cette logique, les engagements de la filière nucléaire, mis en œuvre depuis 2013, ont permis aux différents groupes de travail d’engager des actions visant à nous renforcer dans le strict respect des règles de sûreté, de concurrence, mais aussi de non-prolifération.

La France dispose d’un savoir-faire technologique et industriel lui permettant de faire partie des leaders mondiaux dans l’énergie nucléaire. Dans ce contexte, la filière se structure pour répondre à ces enjeux."

 

 

Plus d'infos

 

 

Contacts

Valérie DEROUET (EDF)
valerie.derouet[at]edf.fr