Écouter la page
 

La filière Mode et Luxe

 

La mode et le luxe constituent un secteur économique majeur pour l’économie française. Ils contribuent fortement au rayonnement de l’image de la France dans le monde, tout en ayant des effets d’entraînement bénéfiques sur d’autres activités, comme le tourisme et le commerce de détail.

L’industrie de la mode allie savoir-faire, qualité et créativité des produits qui sont à l’origine de l’image et du renom international de cette industrie. C’est un domaine où se côtoient des noms prestigieux et des entreprises industrielles dont les produits se positionnent sur différents segments de marché (du produit courant au prêt-à-porter de luxe et à la haute couture). Le secteur emploie près de 130 000 personnes, pour un chiffre d’affaires du secteur d’environ 34 Mds, soit environ 5 % de celui de l’industrie manufacturière (hors agroalimentaire et énergie).

 

Collection Haute Couture
AH 2012-2013
Christian DIOR - D.R.

 

Avancement des plans d'action

Bilan de l'action "Trans'Faire"

Lors de la réunion du CSF Mode et Luxe, Emmanuel Macron a cité l’action Trans’faire comme une action emblématique de ce qui a été mené durant la première phase du CSF.
Pour remédier aux difficultés de recrutement des professions en main d’œuvre qualifiée  à destination notamment des grandes marques du luxe, le dispositif opérationnel « Trans’Faire », fruit d’un partenariat entre les professionnels réunis au sein de Mode Grand-Ouest, OPCALIA, Pôle Emploi et la Direction Générale des Entreprises repose sur une méthodologie innovante de sélection-recrutement-formation des salariés du secteur textile, habillement et cuir. 850 demandeurs d’emplois ont pu, sur les trois années 2013 à 2015, bénéficier de ce dispositif original, leur permettant ainsi de retrouver dans les secteurs de l’habillement, de la chaussure, de la maroquinerie et des textiles, un emploi à haut niveau de qualification. Ce dispositif pourrait être élargi dans d’autres régions et à d’autres secteurs.

Télécharger le bilan de l'action Trans'Faire
Retrouvez les vidéos sur les métiers de la mode
- Les métiers de la mode
- Les métiers de la mode : pourquoi pas moi ?

À l'affiche

Réunion plénière du CSF

Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique et Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication ont présidé, le mardi 15 décembre 2015, pour la première fois depuis avril 2013, le comité stratégique de filière Mode et Luxe.

A l’occasion de la réunion du CSF, Olivier Mellerio, ancien PDG de la joaillerie Mellerio dits Meller, a été nommé vice-président du CSF et Lyne Cohen-Solal a remis son rapport « La mode : industrie de créativité et moteur de croissance ».

Emmanuel Macron a rappelé l’importance des filières de la mode et du luxe pour l’économie et l’attractivité de la France : 2e secteur exportateur, 150 milliards de chiffres d’affaires, et une composante indissociable de l’image de la France.

Télécharger le communiqué de presse

Télécharger le rapport de Lyne Cohen-Solal | Avec intelligence et talent au bout des doigts : la mode, industrie de créativité et moteur de croissance

Contexte et enjeux de la filière

L’industrie française du luxe constitue une industrie stratégique pour la France. Notre pays est le n°1 mondial sur ce secteur, avec un taux de croissance élevé, une balance commerciale fortement excédentaire et des perspectives de développement toujours importantes tant en France qu’à l’étranger. Ainsi, sur 270 marques de prestige dans le monde, 130 sont françaises. Le marché mondial du luxe a crû de 10 % en 2012 et atteint les 212 Mds€. Directement ou indirectement, environ 170 000 personnes contribueraient à la fabrication d’articles de luxe en France.

Pour valoriser les multiples atouts dont disposent les filières françaises de la mode et du luxe, le Comité stratégique de filière (CSF) des industries de la mode et du luxe regroupe, autour d’enjeux explicités dans un contrat de filière, élaboré en avril 2013, l’ensemble des professionnels du secteur (fédérations professionnelles, concepteurs donneurs d’ordres et confectionneurs ou façonniers, comités professionnels de développement économiques, centres techniques industriels, écoles…), les pouvoirs publics (Bpifrance, CGI, Ministères chargés de la Culture et de l’Education nationale, Direction Générale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, …) et les organisations syndicales représentant les salariés de la filière.

Les groupes de travail du CSF

Sous l’égide du CSF Mode et Luxe aujourd'hui présidé par Olivier Mellerio, six groupes de travail thématiques (GT) ont été chargés de définir des propositions d’actions concrètes, dont la plupart ont été reprises dans le contrat de filière signé le 9 avril 2013 :

  • Le GT « consolidation de la filière industrielle » a cherché à identifier les différentes formes de rupture de la chaîne de valeur et de production, afin de focaliser les travaux sur les maillons les plus fragiles. Ainsi, sur financement de la Direction générale des entreprises (DGE), a été réalisée avec le cabinet MAZARS, une cartographie des savoir-faire de la mode et du luxe disponibles en France (habillement, maroquinerie, fourrure, chaussure, ganterie, lunettes) afin que les professionnels concernés puissent en tirer, seuls ou en liaison avec les pouvoirs publics, des pistes d’action. Sur cette base, en financement indirect via DEFI-MODE, les pouvoirs publics ont aussi contribué à la mise en place, au sein de la Maison des savoir-faire et de la création, d’un outil internet de référencement des entreprises disposant de ces capacités (lien vers la « Plateforme des façonniers »). 
    Dans ce même souci de consolider la filière, la DGE a financé un dispositif porté par la CCIP de soutien à la transmission et à la reprise d’entreprises pour les PME fournisseurs de la mode, du luxe et des métiers d’art. Un colloque qui s’est tenu à Bercy en mars 2014 en a diffusé les résultats ainsi qu’un guide méthodologique. Avec le concours financier de la DGE a aussi été initié un projet (dit « Jean Alternatif ») associant 9 entreprises de la filière textile destiné à relancer la fabrication et la commercialisation de vêtements en toile de jean 100% made in France.
  • Le GT « élaboration d’une vision de la sous-traitance à l'horizon 2020 » s’est consacré  à l’amélioration des relations  entre les concepteurs donneurs d’ordre  et les confectionneurs ou façonniers, dans l’objectif de construire de  nouvelles formes de partenariats renforcés visant à fluidifier et consolider l’activité des façonniers. A cet effet,  il a notamment produit un « guide des bonnes pratiques de la sous-traitance dans l’industrie de l’habillement » utile à la mise en relation des différents éléments de la chaine de production.
  • Le GT « clarification de l'offre de formation de la filière et renforcement de l'attractivité des métiers de la mode » ambitionne de rendre plus lisible et plus visible l'offre diversifiée de formation et ses débouchés, auprès des jeunes, de leurs parents et des enseignants.
    Avec l’ONISEP a été édité un guide des métiers et de la formation aux métiers de l’habillement et de la mode, qui devrait, avec le concours de DEFI-MODE, être aussi décliné sous la forme de fiches à destination des enseignants comme des étudiants.
    Il a également initié le dispositif opérationnel « Trans’Faire », également accompagné financièrement par la DGE, qui repose sur une méthodologie innovante de sélection-recrutement-formation des salariés du secteur textile, habillement et cuir mise en œuvre dans 6 régions de l’ouest de la France. Un kit méthodologique décliné de cette action a vocation à être diffusé et servir plus largement dans d’autres régions rencontrant ces mêmes problématiques, voire d’autres secteurs.
  • Le GT « encouragement à l'émergence de nouvelles marques »  s’est chargé d’identifier les freins, notamment managériaux ou financiers, au développement des nouvelles marques et de définir les dispositifs d’accompagnement à construire. Ses travaux ont conduit à  obtenir un abondement complémentaire par le Ministère de l’économie, de l’industrie et du numérique et le Ministère de la culture de 100 000,00 euros chacun du fonds d’avance remboursable dédiée à la filière (ce qui a porté le fonds « IFCIC » à 1,2M€).
  • Le GT « valorisation du Fabriqué en France » a entrepris  de déterminer comment valoriser le Fabriqué en France, sans affaiblir l’image des marques et répondre aux attentes grandissantes des clients français (et étrangers), prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Il a ainsi conçu un outil d’aide à la relocalisation d’activités en France, spécifique à la filière, qui vient en complément de l’outil Colbert 2.0. De même, il a réalisé une étude consacrée aux valeurs associées au fabriqué au France, qui apporte un éclairage détaillé aux industriels français sur les motivations d’achat de leurs clients français et étrangers.
  • Le GT « adaptation de l'organisation du travail aux exigences de la saisonnalité de l'activité »  vise pour sa part à identifier les contraintes incontournables auxquelles sont soumises les entreprises, à recenser et faire la promotion dans la filière des dispositifs permettant d’apporter de la souplesse organisationnelle et/ou administrative.

 

 

 

 

Le mot du vice-président


 

Olivier MELLERIO

Ex CEO de MELLERIO dits MELLER

 

 

 

 

 

« Partant du constat que la France dispose d’un patrimoine vivant exceptionnel mais menacé, je considère que ce patrimoine doit se renouveler, se régénérer sans cesse pour durer et conserver son avantage concurrentiel, car toutes ses dimensions (savoir-faire, art de vivre, création, …) sont immergées dans un marché devenu planétaire. Les segments de la mode et du luxe sont aujourd’hui en perpétuelle évolution avec de véritables disruptions sociétales et technologiques. Le CSF Mode et Luxe œuvre donc à l’atteinte de ces objectifs. »

 

Contacts

Fabrice LEROY (DGE)
fabrice.leroy[at]finances.gouv.fr

 

Téléchargements

 

Le contrat de filière

Recensement et cartographie des savoir-faire dans les industries de la mode et du luxe

Guide des bonnes pratiques de la sous-traitance dans l'industrie et l'habillement

Etude sur les valeurs associées au « Fabriqué en France »

Communiqué de presse du 18 décembre 2015 - Réunion plénière du CSF

Rapport de Lyne Cohen-Solal | Avec intelligence et talent au bout des doigts : la mode, industrie de créativité et moteur de croissance

 

Liens externes

 

Fond d'avance remboursable dédié à la filière

Colbert 2.0 : outil d'aide à la relocalisation

Plateforme des façonniers

 


Les métiers de la mode : pourquoi pas moi ?

 


Les métiers de la mode