Écouter la page
 

La filière Chimie et Matériaux

La filière Chimie et Matériaux regroupe l’ensemble des entreprises relevant de l’industrie chimique (notamment la chimie de base, la pétrochimie, la chimie de spécialité ou encore la chimie fine), des industries de transformation des matières plastiques et du caoutchouc (notamment la fabrication de semi-produits, de pièces techniques ou d’emballages) et de l’industrie papetière (la fabrication des papiers et cartons). Elle réalise un chiffre d’affaires voisin de 120 MD€ (20 % à 60 % d’export) et génère de l’ordre de 950 000 emplois directs et induits.
Premier consommateur industriel de gaz et d’électricité, la filière Chimie et Matériaux est particulièrement sensible au coût de l’énergie, ainsi qu’au coût des matières premières qu’elle transforme. Elle est fortement exposée à la concurrence internationale. Source importante d’innovation pour les industries clientes en aval, elle est au cœur des enjeux sociétaux du XXIe siècle : énergie, eau, alimentation, urbanisation, développement durable.
Avancement des plans d'action

La maison de l’apprenti

Le projet de création d’une maison de l’apprenti à Villeurbanne visant à accueillir à terme une trentaine de chambres a fait l’objet d’un financement dans le cadre du Programme des investissements d’avenir. Après la phase d’obtention des permis, la première pierre a été posée en juillet 2016.

À l'affiche

La chimie au coeur de l'économie circulaire

Découvrez en images l'économie circulaire et le rôle de la chimie dans sa mise en place.

Contexte et enjeux de la filière

 

Au cours des années récentes, malgré des performances à l’export qui restent notables, la filière en France a régulièrement perdu en compétitivité par rapport à ses concurrents étrangers du fait de coûts du travail élevés, d’une surrèglementation qui la pénalise et surtout,  d’un prix de l’énergie très élevé notamment en ce qui concerne le prix du gaz devenu trois fois plus cher que celui des USA.

C’est dans ce contexte que les acteurs se sont mobilisés avec l’objectif d’identifier les axes stratégiques permettant de répondre aux enjeux de la filière. Ces engagements ont été formalisés lors de la signature d’un contrat de filière, le 4 février 2013, aujourd’hui porté par Philippe Goebel, Président de l’Union des industries chimiques, vice-président du comité stratégique de la filière.

6 axes prioritaires ont été définis :

  • Maîtriser le coût de l’énergie
  • Sécuriser l’accès à des ressources et des matières premières à un coût compétitif
  • Accompagner les PME et ETI dans leur croissance en facilitant leur accès au financement, à l’exportation et à l’innovation
  • Améliorer la compétitivité des infrastructures et des outils industriels
  • Attirer et former les compétences nécessaires
  • Renforcer l’innovation au sein de la filière

 

Réalisations du contrat de filière en 2016 :

Le CSF s’est réuni en séance plénière le 2 juin 2016 sur le site Arkema de Pierre-Bénite en présence d’Emmanuel MACRON (ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique), Gérard COLLOMB (sénateur-maire de Lyon), Yves BLEIN (député et président du groupe d’étude industrie chimique).

Le ministre a visité le site avant de présider la plénière du CSF qui réunissait les principaux représentants de l’Administration (DGE[1], Business France, Ademe, CNRS), les industriels et leurs syndicats professionnels (UIC, Copacel, Fédération de la plasturgie), les pôles de compétitivité et les syndicats de salariés.

Le ministre a réaffirmé son soutien à la filière, confrontée à une concurrence internationale accrue qui l’incite à innover pour monter en gamme et se différencier. Depuis la précédente plénière en juin 2014, des avancées significatives ont été réalisées pour améliorer l’approvisionnement en énergies de sites industriels (mesures favorables aux énergies intensives dans la LTECV[2]), promouvoir les plateformes chimiques intégrées (brochure de promotion des plateformes françaises en partenariat avec la DGE et Business France) et développer l’apprentissage (Maison de l’apprenti à Lyon).

Il a constaté que les objectifs du contrat 2014-2016 ont été tenus et Il a, par ailleurs, annoncé plusieurs décisions pour poursuivre les efforts engagés sur trois axes structurants :

  • Améliorer la compétitivité de la filière : Mise en place d’appels d’offres pour soutenir les cogénérations situées sur des sites industriels.
  • Renforcer l’attractivité des plateformes chimiques :

La filière doit proposer au Conseil de la simplification des mesures concernant la règlementation applicable aux plateformes chimiques. L’objectif est de supprimer les surtranspositions et de revenir au même niveau règlementaire que les concurrents européens.

  • Réussir la montée en gamme de l’industrie : Organisation d’un colloque sur la révolution du numérique en partenariat avec l’Alliance Industrie du Futur pour sensibiliser les industriels aux enjeux de la numérisation de l’industrie.

Nouveau contrat de filière 2016/2018

Les thématiques du nouveau contrat ont été abordées le 2 juin 2016 par les industriels avec les objectifs suivants :

  • Intensifier les actions visant à obtenir un accès compétitif à l’énergie notamment en y intégrant la dimension fiscalité énergétique ;
  • Simplifier la règlementation : une étude sera lancée pour déterminer les impacts économiques de la surtransposition des directives européennes et de la surrèglementation dans la filière ;
  • Favoriser la structuration de la filière plasturgie via des outils de mutualisation des achats de matières premières ;
  • Favoriser l’investissement innovant sur les plateformes industrielles françaises ;
  • Mettre en place des groupes régionaux de concertation pour accélérer le développement des plateformes industrielles et l’écologie industrielle territoriale ;
  • Inscrire la démarche d’innovation dans le cadre de l’Alliance pour l’Industrie du Futur ;
  • Proposer des mesures favorables au développement de la chimie du végétal ;
  • Décliner le contrat d’expérimentation pour le développement du recyclage des plastiques ;
  • Poursuivre la création de Maisons de l’apprenti ;
  • Lancer une étude sur le développement du transport fluvial sur le Rhône avec VNF[3].
 

[1] Direction générale des entreprises.

[2] Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte.

[3] Voies navigables de France.

 

 


Le mot du président

 

D.R

Pascal JUERY
Président de l’Union des industries chimiques

 

« La filière de la chimie et matériaux représente environ 15 % de la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière en France. Elle présente une balance commerciale excédentaire et est fortement exposée à la concurrence internationale. C’est pourquoi il est essentiel de favoriser sa compétitivité à travers un contrat qui défend à la fois l’attractivité du territoire et la montée en gamme de nos industries en :

  • améliorant l’encadrement de nos plateformes industrielles,
  • simplifiant la règlementation,
  • garantissant l’accès à une énergie compétitive,
  • modernisant l’offre de transport et les infrastructures,
  • accompagnant la filière dans ses innovations,
  • favorisant la transition vers l’industrie du futur.

Le nouveau contrat renforce ces objectifs dans la continuité des réalisations précédentes. Il devrait contribuer à la consolidation de notre filière et à la création des emplois de demain. »

 

Contacts

Pascal JUERY (UIC)
pjuery[at]uic.fr

Marc RICO (DGE)
marc.rico[at]finances.gouv.fr

 

Téléchargements

 

Télécharger le contrat de filière 2014/2015

Télécharger le contrat de filière 2016/2017
 

Liens externes

 

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »