Écouter la page
 

La filière Automobile

 

 

La filière automobile rassemble les constructeurs automobiles implantés sur le territoire, les équipementiers et fournisseurs de rang 1, ainsi que de nombreuses PME et ETI de secteurs très divers travaillant pour partie pour l’automobile (mécanique, plasturgie, emboutissage, fonderie, etc.). Elle comprend également les constructeurs de véhicules poids lourds, bus et autocars, ainsi que les carrossiers. Les distributeurs et réparateurs automobiles y sont associés, tout comme les acteurs de la R&D, notamment les pôles de compétitivité, et les grands organismes de la recherche publique (IFP, IFSTTAR,…).


©PSA

Filière stratégique pour l’économie française, la filière amont représente près de 5000 entreprises,  500 000 salariés et 2,3 millions d’emplois induits en France et se place au premier rang national en termes de R&D (5,9 milliards d’euros) et de dépôts de brevets.

 

 

Enquête nationale sur la qualité des relations client-fournisseur

 

La Plateforme de la  Filière Automobile (PFA), en partenariat exclusif avec Thésame dans  le cadre de son programme PEAK,  lance  en  janvier  2015  la  première  édition  du  « PEAK  Collaborative  Index  –  PFA »,  une  enquête  destinée  à évaluer la qualité des relations client-fournisseur au sein de la filière automobile française. Déployée avec l’appui des ARIA  (Associations régionales de l’industrie automobile)  et des  organisations  professionnelles, elle mobilisera toute la filière automobile.

 

 Contexte et enjeux de la filière

 

La filière automobile est en constante évolution pour répondre aux besoins des consommateurs et a un puissant effet d'entraînement sur le reste de l'économie française, notamment via le poids de ses consommations intermédiaires et les services associés à la vente d'automobiles. Entre 2004 et 2012, la valeur ajoutée (en volume) et l'emploi intérieur (hors intérimaires) de la branche ont respectivement diminué de 26 % et 31 % et la production de véhicules automobiles est  passée de 3,62 millions de véhicules assemblés en 2003 à 1,74 millions en 2013. Face à cette situation et pour faire face à la crise économique, les constructeurs se sont engagés dans une véritable structuration de la filière avec leurs partenaires équipementiers et fournisseurs.

Le 15 décembre 2014, lors de sa première réunion plénière depuis la signature du contrat de filière en octobre 2012, le CSF a adopté de nouvelles orientations pour le contrat de filière 2015-2017 qui reposent sur quatre défis majeurs :

  • Se projeter
    L’avenir se construit quotidiennement et il est nécessaire de permettre à chaque acteur de la filière d’anticiper et de construire la meilleure stratégie pour le moyen et long terme, en lui :
    - fournissant des éléments permettant aux dirigeants des entreprises de la filière de construire le moyen et long terme,
    - permettant à la filière d’anticiper les besoins de compétences et mieux accompagner, l’employabilité de ses salariés,
    - mettant l’automobile au cœur de la nouvelle mobilité.
  • Innover
    L’innovation est un puissant moteur de développement et la dynamique sur des travaux de R&D priorisés doit être accélérée, grâce à :
    -  la mise en place de l’usine et l’atelier du futur dans l’automobile,
    - le pilotage de la R&D et les grands programmes,
    - l’éclosion de nouvelles filières métiers,
    - la définition et généralisation des bonnes pratiques autour de la propriété industrielle.
  • Se développer
    La croissance et donc la pérennité des entreprises demandent une consolidation et un développement de la rentabilité des acteurs de la filière, au travers de :
    - la consolidation des filières métiers en intégrant une dynamique au niveau des territoires,
    - le renforcement du « one voice » de la filière aux niveaux français et européen,
    - le travail collaboratif et conjoint à l’amélioration des opérations par l’excellence opérationnelle,
    - le soutien nécessaire au besoin de développement de l’activité des acteurs de la filière,
    - les VU (véhicules utilitaires) /VI (véhicules industriels)/autocars et autobus et leurs exigences B2B comme vecteur de progrès pour la filière.

  • Collaborer
    Le développement des relations de confiance durable au sein de la filière représente un facteur de croissance et de dynamique qui sera apporté en :
    - favorisant l’amélioration continue de la relation client-fournisseur,
    - renforçant la qualité et la pertinence des actions en région,
    - inscrivant la politique des parcs roulants dans la filière,
    - développant la dynamique RSE au sein de la filière.


Aujourd’hui, la filière automobile souffre encore des répercussions de la crise de 2008-2009 même si la production en France repart légèrement à la hausse. Depuis 2007, et malgré la crise, l’industrie automobile française a continué d’investir avec environ 6,5 milliards d’euros de R&D par an, ce qui en fait le premier secteur français en termes de R&D et de dépôt de brevets. Aujourd’hui, les constructeurs français se placent très haut dans la course technologique et cette dynamique est encouragée par les plans de la Nouvelle France industrielle dont 4 sont destinés à la filière : « La voiture pour tous consommant moins de 2 litres aux 100 km »,  « Véhicule autonome », « Bornes électriques de recharge » et  « Autonomie et puissance des batteries ».

 

 


Le mot du vice-président

D.R

Michel Rollier

Président de la Plateforme de la Filière Automobile (PFA)

" Focaliser la filière sur ce qui fera demain la différence et mettre en action notre écosystème. Le Plan 2016-2018 de la PFA met l’accent en  particulier sur l’organisation et l’efficacité des actions par l’implication des décideurs, l’alignement des priorités, l’adaptation des compétences, l’amélioration durable de la compétitivité et sur la place des hommes au centre des préoccupations.
Le moteur le plus important du développement sera toujours l’innovation. L’organisation de son développement reposera sur des PME et ETI solides pour lesquelles la filière maintiendra une dynamique de soutien.
Leur compétitivité fera aussi l’objet d’un soutien important pour préparer l’écosystème à l’Usine Automobile du Futur, le 5ème programme en préparation, et d’un projet de financement dans le cadre du PIA.
La dynamique autour de l’attractivité, les compétences et l’emploi a fait l’objet d’un dépôt de projet dans le cadre de l’appel à projet « Partenariats pour la formation professionnelle et l’emploi » (PFPE) qui a été validé comme éligible. Le CNPA prépare de même un projet sur les compétences futures dans ses métiers, qui découle de la même dynamique.
Enfin, la filière se saisit du sujet des règlementations, normes et standards pour en faire un vecteur prioritaire de croissance.   "

 

Contacts

Michel Rollier (PFA)
michel.rollier[at]pfa-auto.fr

Eric Poyeton (PFA)
eric.poyeton[at]pfa-auto.fr

Alban Galland (DGE)
alvan.galland[at]finances.gouv.fr

 

Téléchargements

Liens externes