Accueil du portailCONSEIL-NATIONAL-INDUSTRIE › Éditorial du Secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie
Écouter la page
 

Éditorial du Secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie


© Ministère de l'Economie et des Finances

Christophe Sirugue

Secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Economie et des Finances en charge de l'Industrie

Le Conseil national de l’industrie (CNI) est le lieu d’échange incontournable des acteurs de l’industrie française. En réunissant les entreprises, les organisations syndicales et les pouvoirs publics,  je souhaite saluer le collectif fort qu’a su créer le CNI. Ce collectif est le fruit d’un dialogue unique et permet de répondre aux enjeux majeurs auxquels doit faire face notre industrie.

Le soutien à notre industrie est indispensable car elle est au cœur de la compétitivité de notre pays. Elle représente 12.6% du PIB de la France, 3 millions d’emplois, 70% des exportations et 74% de la R&D privée. Depuis 2012, la politique ambitieuse mise en place par le Gouvernement a permis aux entreprises d’améliorer leur taux de marge à 35,5% fin 2015, soit à un niveau supérieur à celui d’avant-crise. L’investissement des entreprises manufacturières est quant à lui reparti et est redevenu positif avec une progression de +1,9% en 2014 et +3,5% en 2015.

Le CNI contribue à la modernisation de notre tissu industriel. La quasi-totalité des pans de notre industrie est dorénavant représentée au sein de 14 Comités Stratégiques de Filière. Ces comités sont un cadre privilégié de dialogue et d’action pour développer des synergies et établir de nouvelles relations entre donneurs d’ordres et sous-traitants.

L’industrie n’est plus aujourd’hui un mot désuet mais représente le futur de notre pays. Dès maintenant, nous devons moderniser et transformer notre modèle productif pour que l’industrie française soit pleinement intégrée dans le monde de demain. Cette nouvelle étape représente une opportunité majeure pour toute notre économie. Avec le programme Industrie du futur, le Gouvernement a mobilisé des moyens financiers conséquents : 2,1 milliards de prêts de Bpifrance et 100 millions d’euros du programme des investissements d’avenir. Ce soutien financier vise toutes les filières représentées au sein du CNI, car il n’y a pas de secteur pour lequel l’industrie du futur n’est pas un sujet majeur.

Ces évolutions de notre tissu industriel touchent tous les salariés car les métiers et les compétences se transforment en profondeur. Les salariés voient leur métier évoluer, parfois de façon rapide et imprévue, tandis que les entreprises doivent recruter des profils nouveaux, pour lesquels les formations ont du mal à s’adapter. Une attention particulière est dorénavant portée à l’anticipation de ces mutations et à la transformation de l’offre de formation continue et initiale.

Je souhaite remercier tous ceux qui contribuent au dynamisme du CNI, et tout particulièrement son vice-président, Frédéric Saint-Geours, pour le travail indispensable qu’ils réalisent au quotidien et qui contribue pleinement à faire entrer notre industrie dans le monde de demain.

 

 

 

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »