Écouter la page
 

Témoignages

Chaque revitalisation d'un centre-ville constitue une histoire singulière et une source d’inspiration, non un modèle à reproduire à l’identique. Que ce soit par l’urbanisme, la fiscalité, la sécurité, le commerce, la santé, et le plus souvent par une combinaison de ces moyens, de nombreuses villes se sont engagées dans des stratégies de revitalisation de leur cœur de ville. Selon que cette démarche soit récente ou plus ancienne, elles témoignent ici de la mise en œuvre de ces stratégies ou de leurs résultats obtenus, de leurs réussites comme de leurs difficultés.

Une communication institutionnelle et des articles de presse offrent un tableau nuancé et équilibré de ces stratégies.

Un glossaire est à votre disposition pour accéder rapidement dans le portail cœur de ville aux explications et aux renvois vers les sites d'information.

 

 

Les témoignages en Europe

La carte des témoignages en Europe

 

OuiKiCommerce

CCI France anime OuiKiCommerce, plateforme collaborative de partage des expériences pour l’essor du commerce. Rassemblées par thématiques (sécurité, aménagement du territoire, management de centre-ville, etc.) et par territoire, ces bonnes pratiques rappellent les objectifs, les moyens déployés (financiers, humains etc.), la méthode et, le cas échéant, les résultats déjà obtenus. Une personne ressource est identifiée pour plus d’informations.

Villes de France

L'association Villes de France recense et détaille des initiatives prises par des villes moyennes contribuant à leur revitalisation.

 

Huit types de revitalisation

 

   Revitalisation par l'urbanisme

Les stratégies de revitalisation des cœurs de ville incluent, le plus souvent, des décisions d’urbanisme relatives, selon chaque territoire, à la mobilité, à l’habitat, au patrimoine etc. Combinées à des mesures en faveur de l’activité économique, de la sécurité, ou encore de la santé, elles améliorent l’attractivité du cœur de ville pour que les résidents, les entrepreneurs, les actifs et les clients réinvestissent ces territoires. 

   Revitalisation par la fiscalité

En dépit des tensions actuelles pesant sur les finances locales, les élus utilisent la fiscalité au service de la revitalisation. Toutefois, il convient de faire preuve de vigilance sur certaines mesures innovantes dont la légalité n’est pas acquise

   Revitalisation par la sécurité

Certaines villes moyennes perdent en vitalité du fait d’une insécurité croissante, qu’elle soit réelle ou ressentie. De nombreux élus, conscients de ce risque, ont réagi en mobilisant différents outils adaptés à leur situation locale : contrat local de sécurité, contrat de tranquillité, vidéoprotection, en particulier. Les CCI, les fédérations professionnelles, en partenariat avec les services de police et de gendarmerie, peuvent également agir pour la sécurité des commerces, en aidant à la mise en place de dispositifs d’entraide ou, en transmettant des conseils simples et pratiques à appliquer.

Les fiches de CCI France, OuiKi commerce 

   Revitalisation par le commerce

Le recul de la place du commerce et de l’artisanat au cœur des villes, mesuré par le taux de vacance commerciale et symbolisé par des rideaux fermés, constitue l’un des signes les plus apparents de dévitalisation dans certaines villes moyennes. Les acteurs locaux, désireux de préserver et de relancer ces activités économiques, peuvent utiliser les leviers adaptés à leur territoire, parmi lesquels peuvent être cités : le FISAC, les aides à la rénovation de façades, le management de centre-ville, le droit de préemption, la communication et le marketing territorial, les halles et marchés, taxe sur les friches commerciales etc. Ces leviers devraient être activés dans le cadre d’une stratégie plus globale de revitalisation, avec, selon les territoires, des mesures en faveur de la mobilité, de l’urbanisme, de la sécurité etc.

   Revitalisation par la santé

Dans certaines villes moyennes, l’affaiblissement du cœur de ville est concomitant avec une dégradation sanitaire, visible dans l’espace public et marquée par le recul de l’offre quantitative et qualitative de soins ou le manque d’hygiène du domaine public. Différents outils, tels que les contrats locaux de santé, ont été mobilisés par des élus, en partenariat avec les Agences Régionales de Santé et les préfets. Diverses études font état des connaissances en matière de santé publique en ville. Elles énumèrent et illustrent les politiques possibles que peuvent activer les élus.

  • Laurent El Ghozi analyse en 2012 les politiques municipales de santé publique, notamment à travers le rôle que peuvent jouer les collectivités territoriales vis-à-vis des Agences Régionales de Santé (ARS). Il détaille le cas de Nanterre.
  • L’association Élus, Santé Publique et Territoires (ESPT) a organisé en 2015 un événement sur le thème « Santé environnementale : le pouvoir des villes », dont elle publie les actes. Les connaissances, leviers, bonnes pratiques (à travers des cas concrets) et méthodes ont fait l’objet de discussions.
  • L’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) publie en 2014 un guide méthodologique pour  Agir pour un urbanisme favorable à la santé. Les élus locaux peuvent s’en servir pour mieux analyser les effets des décisions d’urbanisme, d’aménagement du territoire etc. sur la santé publique.
  • L’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) publie en 2016 un livret, dans le prolongement de son guide Agir pour un urbanisme favorable à la santé (2014), dédié à l’Analyse des Plans locaux d’urbanisme au regard des enjeux de santé. Destiné autant aux Agences Régionales de Santé qu’aux décideurs locaux, il décrit la méthode d’intégration des enjeux de santé publique dans le PLU et PLUi. Une fiche support est consacrée au dynamisme économique (pp.76-78).

   Revitalisation par le logement

De nombreuses études ont montré la concomitance entre vacance commerciale et vacance locative. La perte de population dans certains cœurs de ville peut ainsi être une cause ou une conséquence du recul commercial. Dans toutes les situations, il importe de veiller à mener une politique du logement adaptée aux nouveaux besoins et aux nouvelles aspirations des ménages (surface, normes, sécurité etc.). La politique du logement constitue souvent un défi, notamment dans des centres anciens abritant un riche patrimoine, ou dans lesquels les immeubles sont eux-mêmes une composante de ce patrimoine.

   Revitalisation par les accès

Permettre à tous les publics, disposant de modes de mobilité variés, et qu’ils combinent (multimodalité), de se déplacer en centre-ville, constitue pour les élus locaux un défi en renouvellement permanent. Certains élus privilégient la piétonnisation intégrale ou partielle, tandis que d’autres organisent la présence conjointe des piétons, automobilistes, cyclistes, usagers de transport collectif etc. Des mesures spécifiques pour les personnes à mobilité réduite (PMR) et/ou en situation de handicap sont de plus en plus souvent adoptées. Elles peuvent profiter à d’autres publics, comme les parents avec poussette, les personnes âgées etc.

   Revitalisation par la culture

Certains cœurs de ville souffrent de la dégradation du patrimoine ancien et du recul des activités culturelles en centre-ville, à travers la fermeture de boutiques spécialisées, de salles de spectacle et de lieux emblématiques, ou encore le départ d’artistes comme de créateurs. Des mesures volontaires ont été adoptées ou encouragées par des élus, en partenariat avec les acteurs de la culture, pour que celle-ci participe à la revitalisation du territoire.

 

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »