Accueil du portailCOEUR-DE-VILLEPour aller plus loin › Kit de la revitalisation commerciale
Écouter la page
 

Kit de la revitalisation commerciale

Comment redynamiser le centre-ville ? Quelques leviers et méthodes d'action pour redynamiser le commerce de centre-ville. Toutes les villes peuvent mettre en place une ou plusieurs de ces actions :

 

Se munir d'un guide pratique






En partenariat avec l’Association des Maires de France et le Ministère de l'Economie, le Conseil du Commerce de France a rédigé le Guide du commerce de centre-ville. Il fournit des conseils en matière de diagnostic, d’aménagement, d’attractivité et d’organisation de la démarche concertée avec les acteurs économiques.



 

  Haut de page

Etre accompagné

La Caisse des Dépôts accompagne les collectivités dans leurs projets locaux. Elle soutient l'investissement public local, la production de logements, les investissements pour l'attractivité du territoire et qui stimule la croissance. La transition numérique est aussi une des thématiques sur laquelle la Caisse des dépôts est engagée. La Caisse des dépôts s'est également fortement impliquée dans le plan Action Coeur de Ville en mobilisant 1,7 milliard d'euros sur cinq ans à cet effet.

  Haut de page

Voter la taxe sur les friches commerciales

La taxe sur les friches commerciales peut être décidée par les organes délibérants des communes et de certains EPCI.

Elle vise les propriétaires de locaux inoccupés et sans activité entrant dans l’assiette de la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE), depuis au moins deux ans. Son taux augmente chaque année pendant trois ans.

Pour les décideurs locaux, cette mesure incite les propriétaires de ces surfaces à activer la recherche de repreneurs ou de nouveaux locataires. En effet, les propriétaires capables de prouver qu'ils recherchent activement une reprise d'activité peuvent s'exonérer de la taxe.

Cette taxe se justifie par l’image négative que fait porter un local abandonné sur l’attractivité d’une rue, d’un quartier. Elle est également un moyen pour les responsables du bloc communal de reprendre contact avec ces propriétaires, résidant parfois loin de leurs locaux, afin d’étudier avec eux les solutions possibles à la vacance commerciale.

  Haut de page

Recruter un manager dédié au centre-ville

Le management de centre-ville a connu un essor considérable ces deux dernières décennies en France. Il recouvre trois métiers.

Le manager du commerce a été pionnier. Recruté le plus souvent par des Chambres de Commerce et d’Industrie, il apporte un soutien continu aux activités économiques et à leurs représentants : commerces, artisans, professions libérales. Le manager du commerce les accompagne dans les moments décisifs : transfert d’activité, cession-vente, projet d’urbanisme commercial, etc.

Dans un second temps, des managers de centre-ville, suivant l’exemple des pays anglo-saxons notamment, ont été recrutés, le plus souvent par des collectivités et leurs groupements. En plus de certaines attributions propres au manager du commerce, le manager de centre-ville assure l’interface avec les élus, anime en continu le réseau des parties prenantes publiques et privées dans l’optique de revitalisation des cœurs de ville. Il peut, par exemple, être chargé de lutter contre la vacance commerciale en recherchant de nouveaux locataires et repreneurs.

Enfin, le métier le plus récemment apparu est celui de manager de ville et de territoire. Employé par la collectivité ou le groupement, il assure certaines des attributions de manager du commerce et de manager de centre-ville, mais sur un périmètre plus étendu, incluant les espaces périphériques des cœurs de ville, voire même les centres-bourg des communes environnantes.

Il existe en France, au sens strict du terme, environ 250 managers relevant de l’un de ces trois métiers. La quasi-totalité de ces managers exercent leurs activités dans le cadre d’un Contrat à Durée Déterminée (CDD) conclu avec les collectivités territoriales concernées.

Le Club des Managers de Centre-Ville soutient et valorise les différents métiers, accompagne les collectivités dans le recrutement et assure des missions de veille, d'échanges de bonnes pratiques etc. Le Club a réalisé un référentiel des trois métiers du management pour clarifier les fonctions des managers face à la multiplication des appellations.

Centre-ville en mouvement a créé une délégation nationale du management de centre-ville. Les élus locaux peuvent déposer leurs offres de recherche de managers. Les collectivités membres du Réseau bénéficient d'un accompagnement personnalisé pour créer un poste et rechercher des managers.
Devenir membre du Réseau.

En région Nouvelle-Aquitaine, la CCI de Bordeaux Gironde a initié le réseau MANACOM, qui rassemble les acteurs du commerce et de l'artisanat et participe activement à la structuration du métier de manager du commerce, par exemple dans le cadre de groupes de travail, d'enquêtes nationales ou encore d'événements régionaux comme à Dax avec le bus MANACOM. Cette bonne pratique peut être dupliquée par d'autres CCI.
Le réseau publie également des Cahiers sur des thèmes spécifiques :

Le marketing territorial : quels enjeux pour le commerce et l'artisanat ? Quelles initiatives concrètes ? (2014)
Comment prévenir, mesurer et circonscrire la vacance commerciale ? (2015)
Les nouveaux circuits d'approvisionnement et de distribution en agroalimentaire (2016)

  Haut de page

Conclure un Contrat de Revitalisation Artisanale et Commerciale avec un satellite de la collectivité

Un Contrat de Revitalisation Artisanale et Commerciale (CRAC) offre la possibilité aux élus locaux de désigner un satellite (SEM, etc.) intervenant dans des quartiers définis, notamment dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville (QPPV), afin d’y favoriser le développement du commerce et de l’artisanat. Les élus peuvent déléguer à cet opérateur le droit de préemption commerciale et d’expropriation. Toutefois, le CRAC est conçu comme une alternative à ces droits traditionnels des élus, étant un outil plus souple et rapide à mettre en œuvre. Il s’agit d’une expérimentation qui se terminera, pour évaluation, en 2019.

A l'issue d'une concertation, la Ville de Paris s'est engagée dans cette démarche, avec le contrat Paris Commerce, pour la période 2016-2028, dans douze secteurs de la capitale, ce qui mobilisera environ 37 millions d'euros.

Un CRAC a également été conclu à Draguignan.

  Haut de page

Développer les boutiques à l’essai

Le concept de boutique à l’essai permet à un entrepreneur d’expérimenter une idée innovante de commerce à l’intérieur d’un local bien situé en centre-ville et en bénéficiant d’un accompagnement personnalisé pour développer son activité (conseil en stratégie, notamment), voire d’aides (prêt à taux zéro, prise en charge partielle ou totale du loyer, mise à disposition de local, etc.).

La boutique à l'essai est donc un dispositif requérant un soutien public, pour essayer une boutique qui peut, si elle atteint une certaine rentabilité, demeurer de manière pérenne sans le soutien public après une période réussie de démarrage. Ce dispositif se distingue donc des "boutiques éphémères", qui n'ont pas vocation à demeurer de manière pérenne, et qui ne reçoivent pas nécessairement de soutien public.

Le plus souvent, le développement de boutique à l'essai implique un partenariat entre la collectivité et les représentants des commerçants pour définir les modalités et choisir les projets bénéficiaires.

Ce concept a connu un tel succès qu’une fédération, la Fédération des Boutiques à l’Essai, a été créée pour mettre en réseau les acteurs qui dupliquent le concept dans d’autres territoires. Une quarantaine de villes ont déjà adhéré à cette Fédération. Elle accompagne les élus locaux dans la mise en place de ce dispositif sur leur territoire.

Développer une Boutique à l'essai sur ma commune

 

Eléments de méthode et de gouvernance

Créer un comité de pilotage

D'après le rapport sur La revitalisation commerciale des centres-villes (2016), sont susceptibles de figuer au sein du comité de pilotage les personnes suivantes :

- élus et cadres territoriaux de la commune et/ou de l'EPCI
- chambres consulaires (CCI, CMA)
- office de tourisme
- professions de santé, professions libérales
- représentants de commerçants
- commerçants non sédentaires

Cette liste peut s'étendre à d'autres satellites (SEM, bailleurs etc.), à d'autres personnes (services de l'Etat etc.).

Consulter et associer la population

La population résidente en centre-ville mais aussi en périphérie proche ou plus lointaine, usagère du coeur de ville, peut être consultée et associée par de nombreux procédés :

- réunion publique
- ateliers, pour certaines thématiques, ou pour certains publics (jeunes, personnes à mobilité réduite etc.)
- promenade organisée dans le centre-ville
- sondage et enquête d'opinion, plateforme en ligne de discussion et de partage de propositions
- budget participatif (enveloppe réservée à des projets portés par les citoyens)
- référendum (consultatif ou décisionnel)

Désigner un élu en charge du centre-ville

Dans certaines collectivités, l'un des élus de l'assemblée délibérante peut être spécifiquement en charge de la revitalisation du centre-ville. Cette configuration vise à développer une approche transversale de la stratégie locale, au contraire d'une approche en silos.

 

Connaissez-vous La page Facebook de la DGE ?

Pour suivre toute l'actualité, cliquez sur le bouton « J'aime »