Écouter la page
 

Acteurs économiques

Les acteurs économiques devraient étroitement être associés à la revitalisation des centres-villes, qu’ils interviennent directement ou par la voie de leurs représentants associatifs. En amont de la stratégie, ils devraient être consultés par les élus sur leurs besoins et participer à l’élaboration de la stratégie publique de revitalisation. En aval, leurs observations, qualitatives et quantitatives, peuvent utilement servir à l’évaluation de cette stratégie et, le cas échéant, à sa redéfinition. En les associant ainsi, les élus s’assurent de la bonne appropriation de la stratégie en faveur du coeur de ville par les acteurs économiques, condition nécessaire à sa réussite durable.


Chambres consulaires

Chambres de Commerce et d'Industrie

Les Chambres de commerce et d'industrie sont des établissements publics à caractère administratif. Elles accomplissent de nombreuses missions au service de l'économie locale : gestion d'équipement public ; formation de cadres ou de salariés et de jeunes dans le cadre de l'alternance ; information aux entreprises ; soutien au portage de projets et conseil aux acteurs publics et privés locaux ; représentation des intérêts des entreprises auprès des pouvoirs publics locaux et nationaux.
Elles sont rassemblées au niveau national au sein de CCI France

Annuaire et contacts des CCI.

  • Le label Préférence commerce, délivré par les CCI, récompense la qualité de l'accueil et du service du commerce de proximité (voir les 7 étapes pour l'obtention du label).

 

Chambres de Métiers et de l'Artisanat

Les artisans, de par leurs savoir-faire comme de leur capacité d’innovation, participent à la revitalisation d’un cœur de ville. Les Chambres de Métiers et de l’Artisanat (CMA) les accompagnent à travers des missions de conseil, de formation et d’autorisation.

Les CMA sont réunies au niveau national par l’Assemblée Permanente des Chambres de Métiers et de l’Artisanat (APCMA).

Contacter l'APCMA.

  Haut de page

Associations locales de commerçants ou d’artisans

Les associations locales de commerçants ou d’artisans représentent les intérêts de leurs adhérents afin de défendre et favoriser leur activité économique, à l’échelle d’une commune ou d’un territoire. Elles constituent des espaces d’échanges de conseils, de mise en place de dispositifs communs (chèques-cadeaux,  animations, programmes de fidélité, etc.), des plateformes de propositions à soumettre aux décideurs locaux (accessibilité, occupation du domaine public, etc.). Elles peuvent accueillir et accompagner l’installation de nouvelles activités. Elles peuvent obtenir des subventions pour leur activité d’intérêt général, par exemple pour le développement d’un site Internet afin de référencer les commerces et artisans locaux.

La Fédération Nationale des Centres-Villes (FNCV) rassemble des associations locales de commerçants, des CCI, des collectivités et leurs groupements et diffuse à ses adhérents des outils, des informations etc.
Contacter la FNCV.

  Haut de page

Office du commerce et de l'artisanat

Sur le modèle des offices de tourisme, les collectivités peuvent être à l'initiative de la création d'un office du commerce et/ou de l'artisanat. Cette structure permet de fédéder les parties prenantes, en particulier les collectivités (mairie, EPCI, département etc.), les unions commerciales, les chambres consulaires, l'office de tourisme etc.

L'office peut prendre la forme d'une association, d'un établissement public à caractère industriel et commercial, de société publique locale etc., en fonction de ses activités.

C'est un lieu de discussions régulières. L'office peut mener diverses missions, comme l'observation de la vacance commerciale, des flux de passants ou de véhicules etc. Il peut également accompagner les commerces et artisans dans les démarches quotidiennes. Il peut servir de plateforme d'informations pour les résidents, les touristes, sur l'offre présente dans la ville : horaires, produits, animation, promotions etc.

De tels offices ont été créés par exemple à Rouen, Bayonne, au Puy-en-Velay, Hyères, Brioude, Mont-de-Marsan, etc.

Certaines villes ont rassemblé dans le commerce et le tourisme dans un seul office pour développer les synergies entre les deux activités et mutualiser des moyens, comme à Saint-Paul-lès-Dax.

  Haut de page

Organisations professionnelles

Les organisations professionnelles répondent à une triple vocation :
~ représenter les adhérents et la profession auprès des pouvoirs publics, par exemple en étant auditionnés lors de l'élaboration de normes juridiques ;
~ promouvoir le secteur et la profession dans l'économie et la société ;
~ fournir à ses adhérents des informations, des conseils, des outils etc.

La Commission de concertation du commerce (3C) a été installée le 12 avril 2016, suite au décret du 19 octobre 2015. Elle a pour mission de conseiller les pouvoirs publics sur la situation des commerces en France et leur contribution au développement de l'économie et de l'emploi. Elle peut proposer des actions, de dimension nationale ou européenne, visant à soutenir la compétitivité, l'innovation et le développement de ces secteurs ainsi que des emplois et des compétences associés. Elle peut soumettre des avis argumentés et des propositions relatifs à l'efficacité des aides publiques dont bénéficient les commerces ainsi qu'à l'impact des politiques publiques sur les commerces.

La 3C fonctionne notamment à travers des sections thématiques. L'une de ces sections est consacrée à la revitalisation des commerces de centre-ville.

  Haut de page

Halles, centre commercial et marchés

Les halles couvertes connaissent depuis quelques années un grand renouveau, tant en termes de commerces représentés que d'animations et d'aménagements pour attirer les clients. Elles constituent à ce titre, dans certains coeurs de ville, comme les Halles Saint-Pierre à Mâcon, un important volet de la revitalisation commerciale.


L'implantation de centres commerciaux en centre-ville peut favoriser l'installation de commerces et assurer un rôle de locomotive pour le commerce du coeur de ville, grâce à la venue d'enseignes nationales ou internationales, à des aménagements urbains etc. C'est le cas à Annecy, à Bourges par exemple. Des projets existent dans plusieurs villes, comme à Courbevoie, à Caen. Le centre commercial peut abriter, outre des commerces, des restaurants, des bureaux ou encore des services publics. Voir par exemple Le centre commercial et le centre-ville (Conseil National des Centres Commerciaux, 2016).
Contacter le Conseil National des Centres Commerciaux.



De la même façon, les marchés en plein air rencontrent un succès grandissant. Voir comment dynamiser les marchés et comment les gérer, avec l'Association pour le développement et la promotion des marchés. Elle propose des services pour dynamiser (communication, animation, événements etc.) et gérer les marchés (aspects juridiques, organisation des inscriptions etc.). Avec son site Géomarchés, elle met en relation les collectivités et les professionnels des marchés.
Contact.

En savoir plus sur la règlementation des marchés.

La plupart des halles et marchés municipaux sont gérés en régie directe par les communes ou les EPCI. Paris fait partie des exceptions, avec de nombreuses délégations de service public.

  Haut de page

Locomotives commerciales

De grandes enseignes nationales ou internationales, notamment dans le domaine de l'habillement, du bricolage ou encore de l'alimentaire, peuvent jouer un rôle de locomotive commerciale lorsqu'elles s'implantent dans le centre-ville. En effet, leur notoriété accroit l'attractivité du centre-ville, ce qui peut inciter des touristes, des résidents périurbains et les résidents du centre-ville à davantage consommer l'offre présente dans le centre. Elles nécessitent des surfaces de vente plus importantes que la moyenne des établissements.

  Haut de page

Restauration et hôtellerie

 
 

Les acteurs de la restauration et de l’hôtellerie devraient être associés à la stratégie de revitalisation des cœurs de ville en ce que leur activité contribue à l’augmentation des flux au sein des villes et avec l’extérieur, notamment grâce au tourisme, ce qui profite à d’autres acteurs économiques.



Les restaurateurs peuvent être accompagnés financièrement à travers le Prêt Restauration, géré par Bpifrance, pour financer un investissement ou une reprise.




Afin de mettre en valeur leur offre et d'améliorer sa lisibilité pour le client, les établissements de restauration traditionnelle peuvent utiliser la mention Fait maison pour qualifier certains ou la totalité de leurs plats répondant aux critères définis par le décret du 7 mai 2015.





Les restaurateurs peuvent également candidater au titre de Maitre Restaurateur, ouvrant droit à un crédit d'impôt.
Voir l'Association Française des Maitres Restaurateurs.


 

  Haut de page

Agence de développement économique (ADE)

L'agence de développement économique accompagne les entreprises dans le cadre du développement d'un projet de territoire. Elle peut être créée par des acteurs aussi divers que l'Etat, les collectivités territoriales et leurs groupements, Bpifrance, les chambres consulaires etc.

Certaines, comme celle du Pays d'Aix, se distinguent par sa capacité à convaincre des partenaires comme des banques, promoteurs, université etc.

Elle peut prendre des formes juridiques variées : association, société publique locale, ce qui permet de profiter dans certaines conditions de l'exception "in house") etc. L'agence de développement constitue un mode d'action public répandu en Europe, à l'instar de l'Atrium qui agit à Bruxelles spécifiquement en faveur du commerce local.

Le CNER est la fédération des agences de développement économique. Elle actualise un annuaire des agences et publie une documentation propre sur l'actualité économique des territoires. Contacter le CNER.

  Haut de page

Management de centre-ville

Le management de centre-ville a connu un essor considérable ces deux dernières décennies en France. Il recouvre trois métiers.

Le manager du commerce a été pionnier. Recruté le plus souvent par des Chambres de Commerce et d’Industrie, il apporte un soutien continu aux activités économiques et à leurs représentants : commerces, artisans, professions libérales. Le manager du commerce les accompagne dans les moments décisifs : transfert d’activité, cession-vente, projet d’urbanisme commercial, etc.

Dans un second temps, des managers de centre-ville, suivant l’exemple des pays anglo-saxons notamment, ont été recrutés, le plus souvent par des collectivités et leurs groupements. En plus de certaines attributions propres au manager du commerce, le manager de centre-ville assure l’interface avec les élus, anime en continu le réseau des parties prenantes publiques et privées dans l’optique de revitalisation des cœurs de ville. Il peut, par exemple, être chargé de lutter contre la vacance commerciale en recherchant de nouveaux locataires et repreneurs.

Enfin, le métier le plus récemment apparu est celui de manager de ville et de territoire. Employé par la collectivité ou le groupement, il assure certaines des attributions de manager du commerce et de manager de centre-ville, mais sur un périmètre plus étendu, incluant les espaces périphériques des cœurs de ville, voire même les centres-bourg des communes environnantes.

Il existe en France, au sens strict du terme, environ 250 managers relevant de l’un de ces trois métiers. La quasi-totalité de ces managers exercent leurs activités dans le cadre d’un Contrat à Durée Déterminée (CDD) conclu avec les collectivités territoriales concernées.

Le Club des Managers de Centre-Ville soutient et valorise les différents métiers, accompagne les collectivités dans le recrutement et assure des missions de veille, d'échanges de bonnes pratiques etc. Le Club a réalisé un référentiel des trois métiers du management pour clarifier les fonctions des managers face à la multiplication des appellations.
Contacter le Club.

Centre-ville en mouvement a créé une délégation nationale du management de centre-ville. Les élus locaux peuvent déposer leurs offres de recherche de managers. Les collectivités membres du Réseau bénéficient d'un accompagnement personnalisé pour créer un poste et rechercher des managers.
Devenir membre du Réseau.

En région Nouvelle-Aquitaine, la CCI de Bordeaux Gironde a initié le réseau MANACOM, qui rassemble les acteurs du commerce et de l'artisanat et participe activement à la structuration du métier de manager du commerce, par exemple dans le cadre de groupes de travail, d'enquêtes nationales ou encore d'événements régionaux comme à Dax avec le bus MANACOM. Cette bonne pratique peut être dupliquée par d'autres CCI.
Le réseau publie également des Cahiers sur des thèmes spécifiques :

Le marketing territorial : quels enjeux pour le commerce et l'artisanat ? Quelles initiatives concrètes ? (2014)
Comment prévenir, mesurer et circonscrire la vacance commerciale ? (2015)
Les nouveaux circuits d'approvisionnement et de distribution en agroalimentaire (2016)

  Haut de page

Accompagnement par des acteurs privés

De nombreux acteurs privés (cabinets de conseil etc.) peuvent accompagner les collectivités et leurs partenaires dans la réalisation d'un diagnostic de l'état du centre-ville, dans la définition d'une stratégie de revitalisation, dans la recherche d'enseignes et de repreneurs pour lutter contre la vacance, dans la gestion de l'aménagement commercial etc.
La liste ci-dessous, sans être exhaustive, est proposée à titre indicatif :

L’agence Franchiseo accompagne les élus locaux dans la définition de leur stratégie d’attractivité commerciale de leur ville, tant par le choix des enseignes que par leur lieu d’implantation, pour optimiser l’offre commerciale.

L’agence « Bérénice, pour la ville et le commerce » est spécialisée dans l’urbanisme commercial : assistance à maitrise d’ouvrage, stratégie territoriale, accompagnement vers l’obtention d’autorisation CDAC ou CNAC. Elle conseille des élus, des aménageurs, mais aussi des investisseurs, des promoteurs etc. Elle est intervenue à Caen, Niort, Rennes, Mulhouse, Saint-Nazaire, Strasbourg etc.
Voir ses références.

Le cabinet Cibles & Stratégies a réalisé de nombreuses études pour des villes désireuses de revitaliser leur centre, comme à Gap, à Briançon, Granville, Orsay, Lamballe, Flers, Bernay, Largentière, etc.

L'étude de redynamisation du centre-ville de Châlons-en-Champagne, réalisée par Citadia, a été saluée par les élus locaux et leurs partenaires.

L'expertise d'AID peut être mobilisé pour des missions d'observation (étude de consommation, étude d'impact etc.), de stratégie (documents d'urbanisme, dynamisation de centres-villes, de halles et marchés etc.) et de programmation (commerciale, économique et immobilière), au profit des élus locaux, des chambres consulaires, promoteurs et investisseurs, aménageurs etc.

Les cabinets offrant leur conseil en matière de rénovation et de défiscalisation immobilière (loi Malraux, déficit foncier, monuments historiques etc.) peuvent également être sollicités.

L’Association des Consultants en Aménagement et Développement du territoire regroupe et répertorie des professionnels du secteur du conseil et de l’accompagnement capables de fournir un appui sur les domaines mobilisés dans les projets de revitalisation des cœurs de ville : urbanisme, management de projet urbain, développement commercial, réhabilitation de l’habitat privé, programmation du logement social, concertation, mobilité douce ect.

Il existe de nombreuses autres structures en mesure d’offrir un conseil ou une expertise sur ces thématiques.

  Haut de page

Établissement Public National d’Aménagement et de Restructuration des Espaces Commerciaux et Artisanat (Epareca)

L’Etablissement Public national d’Aménagement et de Restructuration des Espaces Commerciaux et Artisanaux (Epareca) intervient dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville (QPPV), à la demande d’un maire ou d’un président d’établissement public de coopération intercommunal, et seulement en l’absence d’initiative des opérateurs traditionnels (défaillance de marché ou impossibilité juridique).


Son action se focalise historiquement sur les centres commerciaux et artisanaux de proximité connaissant des difficultés. Epareca est à la fois promoteur, investisseur et exploitant transitoire des centres commerciaux et artisanaux qu’il réhabilite, avant de les remettre sur le marché pour un retour au droit commun lorsque leur rentabilité est assurée.

En plus de vingt ans, Epareca a restructuré ou créé plus de 50 espaces commerciaux dans les quartiers prioritaires, par exemple à Alençon, Clermont-Ferrand, Poitiers, Reims, Trappes ou Valenciennes.

Pour mener à bien ses investissements, cet établissement public bénéficie de dotations de l’Etat et de subventions de différents co-financeurs comme les collectivités territoriales, l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) ou le Fonds européen de développement régional (FEDER). Epareca a conclu avec l’Etat un contrat d’objectifs et de performance (COP) pour la période 2016-2020 prévoyant des investissements à hauteur de 80 millions d’euros.


Epareca détaille ses modalités de saisine par les élus locaux et d’intervention en quatre phases : montage, production, exploitation, remise sur le marché.
Contacter l'Epareca.

  Haut de page

Entreprises Publiques Locales (EPL)

Les Entreprises Publiques Locales (EPL) recouvrent plusieurs types de structures, comme les Sociétés d’Economie Mixte, les Sociétés Publiques Locales ou encore les Sociétés d’Economie Mixte à Opération unique.

La Fédération des EPL (FEPL) représente et promeut ces entités. Elle conseille les élus locaux sur l’opportunité de créer une structure, de choisir le type approprié et d’organiser son fonctionnement. Son site Internet rassemble à cet égard toute la documentation utile : créer une EPL, gérer une EPL, publications etc.

Les Sociétés d’Economie Mixte (SEM), organisées au niveau national ou local (SEML), sont des sociétés commerciales constituées de capitaux publics (majoritaires) et privés en vue de gérer une activité, de mener un projet de construction ou d’aménagement etc. Elles constituent à ce titre un vecteur possible de la revitalisation des cœurs de ville en encourageant la coordination des acteurs publics (élus etc.) et privés. Par exemple, une SEM a été créée en 2016 à Nancy pour mener des opérations immobilières dans le cadre de la stratégie de revitalisation.

Des SEM peuvent être créées pour un seul projet, et prendre le nom de Société d'Economie Mixte à Opération unique (SEMOP), par exemple à Roanne pour le projet Foch Sully de centre commercial comprenant également des parkings, des espaces publics etc., et dont la Ville est actionnaire majoritaire aux côtés de la Caisse des dépôts et d'investisseurs privés.

Les Sociétés Publiques Locales d’Aménagement (SPLA) et les Etablissements Publics locaux d’Aménagement (EPA) se distinguent par leur nature juridique (privée et publique) mais se rejoignent dans leur objet, en l’occurrence, sur un territoire défini, la conduite de projets immobiliers et la gestion des activités qui y sont associées.

Les Sociétés Publiques Locales (SPL) sont des sociétés de capitaux pouvant être, par dérogation, détenus par seulement deux actionnaires publics. Sous certaines conditions, elles permettent le recours à la technique du "in house" (ou quasi-régie) dans le cadre de la commande publique.

  Haut de page

Couveuses d'entreprises

Les couveuses d'entreprise accompagnent les entrepreneurs dans le développement de leur activité. La Couveuse de commerce s'adresse en particulier aux commerçants de centre-ville, comme c'est le cas à Carvin, tandis que d'autres couveuses sont dédiées à l'entreprenariat culturel, ce qui inclut l'artisanat, les arts visuels et du spectacle, les industries culturelles etc.

  Haut de page

Ferme urbaine

Le concept de ferme urbaine désigne l'exploitation de surfaces agricoles en centre-ville ou à proximité. Au-delà de la production, la ferme urbaine développe des communautés et suscite l'organisation d'événements sur le thème de l'agriculture. Des fermes urbaines ont été développées ou sont envisagées en France (Toulouse, Calais, Annecy, Romainville, Nice, Malakoff, Lyon, Angers, etc.) et à l'étranger (La Haye, Bruxelles, Montréal, Tokyo, New York etc.).

UrbAgri peut accompagner les collectivités (comme dans le coeur de ville de Paris), les entreprises, les bailleurs sociaux et les particuliers à développer des surfaces agricoles en milieu urbain.
Contacter UrbAgri.

  Haut de page

Institut Supérieur des Métiers (ISM)

L'Institut Supérieur des Métiers est chargé de contribuer à la connaissance de l'artisanat et de la petite entreprise, d'informer sur les évolutions du secteur, de renforcer les compétences des organisations professionnelles et de piloter des dispositifs de soutien au secteur comme les Pôles d'innovation pour l'artisanat et le label des Entreprises du Patrimoine Vivant.

L'ISM a également développé le service Aides-entreprises.fr, qui rassemble plus de 2000 dispositifs de soutien public.

Contacter l'ISM.

  Haut de page

Librairies

La France est dotée d'un maillage dense de librairies sur l'ensemble du territoire. Elles contribuent à la vie culturelle, sociale et économique des centres-villes dans lesquelles elles sont le plus souvent implantées.

Pour autant, les librairies, surtout les librairies indépendantes, peuvent rencontrer en centre-ville des difficultés, jusqu'à devoir fermer leur activité, en particulier en raison de loyers trop élevés.


Il existe des soutiens publics (Centre national du livre, label Librairie indépendante de référence - LiR, qui ouvre des possibilités d'exonérations de Contribution Economique Territoriale si la collectivité territoriale l'accepte -, fonds d'aide à la transmission des librairies, Directions régionales des affaires culturelles etc.) pour maintenir, moderniser voire développer le réseau de librairies en France.


Des sites de financement participatif peuvent également être utilisés pour recueillir des soutiens privés pour financer un projet dans une librairie, soutenir le libraire en période de difficulté, aider à l'installation d'une librairie (comme à Beauvais) etc.






Le Petit guide à destination des libraires (2016) recense et explique de nombreux dispositifs pour soutenir les libraires, afin qu'ils déterminent celui qui correspond le mieux à leur projet et/ou à leur situation : aides spécifiques, génériques, privées, participatives, informelles etc.


 

 

Guide du commerce de centre-ville

 En partenariat avec l’Association des Maires de France (AMF) et le Ministère de l'Economie, le Conseil du Commerce de France (CdCF) diffuse un Guide du commerce de centre-ville. Il fournit des conseils en matière de diagnostic, d’aménagement, d’attractivité et d’organisation de la démarche concertée avec les acteurs économiques.

 

Commerces : trouver un lieu d'implantation

  • Les Indices de Disparité de dépenses de Consommation (IDC) sont un outil développé par CCI France permettant d'évaluer le potentiel marchand d'une zone de chalandise. Ils permettent d'apprécier les spécificités d'un territoire par rapport aux moyennes nationales. Par exemple, il est possible de savoir si, dans une zone de chalandise donnée, les ménages de cette zone de chalandise consomment davantage d'un produit donné que les ménages en moyenne en France.
  • Place des commerces permet de trouver rapidement des espaces vacants et propose des formations à la reprise d'un commerce.

 

Trouver une idée de commerce, diversifier son activité

 

 

  • Idées locales, imaginé par Les Pages jaunes, et son équivalent anglophone Local Ideas, diffusent les concepts innovants et récents en matière d’entreprenariat économique, ce qui inclut le commerce, l’artisanat etc. Il s’agit de concepts en matière de produit, de vente, d’aménagement de l’espace de vente, de relations au client, de communication etc.

 

Pour numériser le commerce